Benoît Brisefer : Les Taxis rouges

Benoît Brisefer : Les Taxis rouges

À partir de 7 ans

Benoît Brisefer : Les Taxis rouges est un film en inspiré d’une bande dessinée de 2014, avec quelques effets en images de synthèse (de moyenne qualité). Ellipses. Plusieurs choses en parallèle.

MESSAGES

Gentillesse

On revalorise la convivialité, le bien-vivre ensemble. Benoît est un gentil garçon qui veut faire le bien (et qui en plus travaille bien pour l’école). Il a de bonnes valeurs et sait que voler c’est mal. Critique du vol. Bien mal acquis ne profite jamais.

Accepter l’autre

Il ne faut pas mettre des personnes de côté, on voit bien que Benoît peut souffrir quand ses camarades le rejettent. Penser aux autres. Il faut plus penser aux autres qu’à soi-même si on veut être un gentil garçon. Amitié. Importance d’avoir des amis, cela peut être utile.

Un enfant peut être fort

On nous montre un garçon de 8 ans qui se débrouille mieux que les adultes (autant dans sa force physique, que dans son intégrité morale). Importance de la force. C’est avec des muscles que l’on peut résoudre ses problèmes.

Industrialisation

Critique de la grosse entreprise qui peut empêcher le gentil petit taxi individuel de bien fonctionner. Le progrès, ce n’est pas faire disparaître le petit travailleur à son compte. Revalorisation du petit commerce. On voit comme un sympathique chauffeur de taxi pourrait perdre son travail quand une grande compagnie joue la concurrence.

Une bonne vieille époque

Les années 60, quand les enfants pouvaient encore jouer dans les rues. On nous montre une image clichée vieille France, quand il n’y avait pas un étranger en France (que des blancs dans ce film).

Paradis terrestre

Apprécier une belle île déserte, ne pas vouloir de la civilisation qui stresse trop. Apprécier la nature, la beauté d’une cascade. Nature.

Mauvaise image des autorités

La police est vraiment dénigrée, elle est arnaquée par ceux qui ont le pouvoir, se moque d’une grand-mère qui souhaite les avertir d’une disparition et le commissaire va même finalement faire croire que c’est lui qui a attrapé les bandits. Le maire ne fait pas grand-chose non plus. Critique des puissants. On nous montre un businessman qui peut se mettre la police dans la poche, qui est proche du maire, et qui avec l’apparence peut être un malfrat. On nous montre comme des personnes peuvent se faire embobiner par l’apparence. On critique de riches snobs en croisière qui ne sont même pas capables d’aider les autres.

Timidité

On voit que ce n’est pas facile d’oser montrer à l’autre son intérêt (même quand il s’agit de vieillards). Être intéressé par l’autre crée de la bonne humeur.

Benoît Brisefer : Les Taxis rouges

Benoît Brisefer : Les Taxis rouges

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

On voit qu’une voiture suit de près le vieux taxi, puis soudain un choc violent se fait de côté, par une autre voiture qui le percute. Benoît se fait attraper par ruse, il est menacé par un pistolet. Menace par torture, on voit le conducteur de taxi mis sur une table, avec un pic en verre qui descend vers sa tête dans un bruit de fraiseuse. Crainte d’un nuage toxique, toute la population court, on voit des enfants s’enfuir, crier. Benoît va devoir lutter contre des adultes, on peut en voir un imposant se dresser contre lui, il y aura ensuite toute la bande, dans une parodie duel Far West, mais ils ont des pistolets. Benoît s’inquiète d’avoir été trop brusque avec le méchant, mais celui-ci en profite pour le faire tomber dans un trou, il se rattrape à un tissu, risque de tomber de haut, Poilonez ne l’aide même pas.

Malaise

Benoît se fait rejeter parce qu’il détruit un ballon de foot. Le commissaire se moque de Benoît, il ne le croit pas, et on voit qu’il est séduit par le malfrat qu’il considère comme un bon patron. Nombreuses voitures qui cherchent Benoît de nuit, des hommes en sortent et vont le chercher dans un parc. Les deux héros sont mis au fond de cale, ils sont entourés de marins menaçants. Ils se retrouveront seuls en pleine mer, le temps passe et il n’y a pas de changement. On voit une vitrine brisée violemment, des choses sont dérobées. – On ne parle pas des parents de Benoîts, les plus petits peuvent se demander où sont son papa et sa maman qui ne s’occupent finalement pas vraiment de lui.

Stress

Benoît va sortir seul de nuit, bruit un peu stressants, il va dans un bureau et une personne arrive, il doit se cacher, il est découvert, l’homme sort un pistolet, on voit un gros plan de son visage fâché.

Santé

Le méchant fume le cigare.

VOCABULAIRE

Classique

Beaucoup de moments qui pourraient être trop tendus, avec beaucoup de pistolets, heureusement ceux-ci sont écourtés et accompagnés de moments humoristiques. Adaptation fidèle de la bande dessinée, avec quelques scènes en plus pour ajouter du temps, pour les plus jeunes, c’est toujours mieux de lire la bande dessinée avec eux avant, ils saisiront mieux l’histoire plutôt complexe.

Partager cette page :

Lost Password