Bécassine ! est un film de 2018. Rythme plutôt lent. Ellipse au début du film où on va voir grandir la petite Bécassine. D’autres ellipses avec le petit bébé dont s’occupe la nounou qui devient une petite fille. Un rêve. Quelques rares effets en numériques (la tour Eiffel, l’invention).

MESSAGES

Histoire

Le début du siècle passé en France. On nous montre des inventions de cette époque. Progrès. On voit apparaître des choses nouvelles, Bécassine apprécie la vitesse d’une voiture, est heureuse d’avoir accès au téléphone, découvre l’ancêtre du cinéma, elle va elle-même produire une invention révolutionnaire …

Famille

On nous montre des parents pas vraiment soucieux du sort de Bécassine (ce sont plutôt de gros ronfleurs qui ne pensent même pas à la petite souris et le cadeau sous l’oreiller). Marie, une de ses copines a été élevée à la baffe. Bébé. Importance d’être gentil avec le bébé (pas comme Marie qui lui donne des baffes. Pas facile le travail de faire cesser les pleurs d’un bébé. On nous montre comme Bécassine est attentionnée. Un bébé doit recevoir des bisous. Adoption. La marquise a adopté un enfant et demande à Bécassine de s’en occuper (on la voit bébé puis petite fille). Un pensionnat ce n’est pas bien pour les enfants, il n’y a pas assez d’affection. Parentalité. Aimer un enfant et bien s’en occuper, même s’il est adopté (avec une Bécassine nounou qui va être heureuse de s’occuper d’un enfant et qui est bien plus affective et relationnelle que la mère adoptive).

Différence de classes

On nous montre des personnages qui proviennent de classes différentes (Bécassine qui vient d’une famille modeste en Bretagne et la Marquise de Brand-Air qui emploie plein de domestiques). Il y a clairement deux mondes entre le monde paysan et les riches.

Naïveté

Une petite fille qui croit aux mensonges des adultes (la petite souris ou un arbre qui pourrait pousser bleu). Adulte on continue à la voire simple (elle s’extasie devant le robinet ou l’électricité).

Soucis d’argent

Il ne faut pas faire confiance à n’importe qui pour placer l’argent. La Marquise va perdre de l’argent. On voit petit à petit les biens de la marquise disparaître. Les serviteurs risquent d’être renvoyés, car il n’y a plus d’argent. Danger des crédits, il ne faut pas faire trop d’emprunts. Mais à la fin tout va bien parce que le filou revient avec plein de sous. Mais on rappelle qu’il ne faut pas placer n’importe comment, mais dans des valeurs sures.

Vol

Critique des personnes qui se permettent de voler de l’argent (le Marionnettiste prend de l’argent qui devait être dans les enveloppes). Son intérêt pour l’argent va ruiner la Marquise.

Travail

Une femme qui met du coeur à l’ouvrage et qui montre que c’est bien de travailler. On nous montre que les enfants doivent plutôt tôt partir en apprentissage (et le travail en campagne ce n’est vraiment pas évident). On nous montre une nourrice investie à son travail. Domestique. En dehors de la nourrice, on voit la cuisinière, l’homme de maison…

Bécassine !

Bécassine !

Exploitation

Bécassine reste une servante, malgré le fait que cela soit elle qui rapporte plein de sous à la Marquise. Il n’y a qu’elle qui s’intéresse au sort de la petite fille et qui va la chercher au pensionnat.

Drague

On voit le joueur de marionnette draguer la Marquise, il lui fait des bisous avec une de ses poupées et elle glousse bien (de son côté Bécassine semble aussi conquise). Le côté roublard bohème plait plus que celui qui est sérieux. Amour. On nous montre une des domestiques peut-être se mettre en couple avec l’homme de maison. La marquise se fait draguer par un homme qu’elle ne veut pas épouser.

Inventivité

D’un côté on nous montre Bécassine un peu décalée, naïve, de l’autre on la voit inventer des choses (une machine à donner des biberons ou une machine à faire des œufs à la coque.

Critique de la chasse

On voit bien au début du film que la petite Bécassine n’apprécie pas le lapin mort que transporte son oncle. Plus tard elle va vouloir avertir les animaux qu’il se rend à la chasse. Mais le gentil oncle reste un chasseur.

Déprime

Bécassine n’a plus la petite fille avec elle, elle déprime, dit qu’elle prend un produit pour oublier.

Nature

Un environnement bien naturel, avec campagne française.

Marionnette

Un spectacle de guignol d’époque, avec de petits personnages à main (spécial coups pour faire rire).

Poésie

Avec un rythme lent, une musique tranquille et des moments apaisants, le film nous propose un rythme que l’on n’a plus l’habitude de gouter. Un cinéma tranquille avec des petits moments plutôt contemplatifs ou hors du temps.

Bécassine !

Bécassine !

SCÈNES DIFFICILES

Malaise

La petite fille va perdre sa dent, elle l’attache à un fil à la porte pour la faire tomber, elle est tirée en avant, on voit ensuite le sang sur les mains de l’oncle. Bécassine est de nuit dehors quand il pleut et qu’il y a du tonnerre. On voit Bécassine quitter ses parents, sa mère aurait bien voulu qu’elle reste, on la voit partir seule sur la route avec son petit baluchon. Bécassine n’imagine pas comme Paris est loin, mirage de la Tour Eiffel, on réalise qu’elle va devoir vraiment beaucoup marcher. On voit Marie, une nourrice, donner une claque à un bébé qui pleure et quand elle est congédiée, elle veut étrangler le chien. Marie n’est pas très contente de ne plus avoir sa place, l’oncle de Bécassine lui dit de se méfier d’elle. Bécassine conduit la voiture, on a un peu peur sur ce qui pourrait se passer, elle va très vite et c’est un peu stressant. Le marionnettiste semble s’intéresser aux objets du château, on peut craindre que cela soit un voleur, il découvre le coffre de la marquise qu’il se met à ouvrir. Pathétique fête où la marquise fait semblant d’avoir des invités de marque pour cacher qu’elle n’a plus d’argent. Marie trouve cela louche et va voir ce qui se passe, on craint des problèmes (elle passe par la cheminée et découvre Bécassine qui danse avec une fausse personne), ils vont être découvert et les journalistes font des photos de la supercherie. Le marionnettiste prend toutes les valeurs qui restent et la marquise doit licencier tout le monde sauf Bécassine qui doit remplacer tous les domestiques à elle seule. La petite fille doit aller en pension, car sa mère a été jugée incapable de s’en occuper. On voit la petite ne pas vouloir partir et Bécassine souffrir du départ (la dame de la pension lui prend sa poupée et lui dit qu’elle ne la lui rendra qu’à l’heure du coucher). Bécassine doit tout faire à la maison, on la voit beaucoup travailler. Elle se rappelle de la petite tristement, on la voit pleurer. La pauvre n’a pas de sous pour envoyer une lettre, elle décide de l’apporter au pensionnat pendant la nuit parce que le lendemain elle travaille (arrivée sur place personne ne lui ouvre la porte, elle s’endort devant, le vent souffle). Elle tente d’envoyer sa lettre avec son parapluie et une lumière, on peut craindre qu’elle n’y arrive pas, on la voit tomber épuisée au sol. Bécassine téléphone à Loulotte, elle entend que la petite n’a pas de copine et qu’elles se tapent dessus, son doudou perd du coton, le coup de téléphone se termine brusquement.

Moquerie

Becassine marche bizarrement, elle a un peu une allure de personne handicapé. Marie la méchante louche.

VOCABULAIRE

Langage classique.

Un petit film que les enfants pourront voir et qu’ils pourront apprécier vu la gentillesse du contenu. Une Bécassine pleine d’affection, mais quand même un peu exploitée par le système, même si on tente de la rendre inventive, elle reste un exemple de femme qui doit rester dans sa condition de bonniche.

Partager cette page :

Lost Password