Babar, roi des éléphants est un film d’animation de 1999, de bonne qualité en comparaison des séries. Le début nous fait découvrir plein de petites scènes autour de Babar enfant puis nous découvrirons différentes histoires. Le montage n’est pas linéaire. Différentes ellipses. Flash-back.

MESSAGES

Voyage initiatique

Un petit sauvage va apprendre à devenir un éléphant civilisé, puis un roi et père de famille.

Revalorisation de la bourgeoisie

Avec la gentille vieille dame huppée qui va prendre en charge le petit sauvage Babar pour en faire un animal de bonne famille. Babar va reprendre l’exemple de ce standing quand il deviendra roi. Règles de société.

Importance du leader

Nécessité de maintenir l’ordre, il faut un roi à une communauté. Et on donne ce titre à Babar qui a pu vaincre les rhinocéros intelligemment. Difficulté pour Babar qui sent avoir trop de responsabilités.

Importance de l’apprentissage

Apprendre à lacer ses chaussures ou savoir ses livrets. Apprendre les bonnes manières. Critique des farces qui peuvent créer des conflits.

Famille

Inquiétude quand les enfants disparaissent. Mariage et bébé pour Babar (mais c’est un monde où le papa n’assiste pas à l’accouchement). Importance des petits pique-niques en famille, de la pêche pour se détendre. Importance de surveiller ses enfants.

Consumérisme

Découverte de la ville, la civilisation, les joies de la consommation (glaces et jolis habits). Babar va révolutionner le monde des éléphants et en faire une ville, une maison pour chacun (revalorisation du travail pour accéder à ce que l’on veut).

Critique des guerres

On ne veut pas de combat meurtrier, plutôt que combattre et perdre des hommes, autant tenter de vaincre par intelligence (et sans faire de morts) et présenter ses excuses pour faire la paix.

Afrique

Découverte d’un environnement africain et des animaux de la savane.

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

Une suite d’évènements difficiles. Babar est seul, il est triste, il y a un orage avec éclairs, il court sous la pluie. Il voit un serpent dans l’obscurité, s’enfuit, se fait emporter par un torrent en crue. Quelques risques d’accident en ville, avec les voitures et Babar. Des rhinocéros furieux chargent en bande. C’est la guerre et on voit les deux clans qui veulent se battre.

Mort

La mort de la maman de Babar, avec une scène pathétique où on voit le petit sur sa maman morte qui lui demande de continuer de jouer avec lui. Puis on voit l’arme du chasseur tout en menace. On peut faire craindre la mort. Un cobra s’attaque au petit singe, la vielle dame s’interpose et c’est elle qui se fait mordre, on craint pour sa vie. Incendie dans la maison de Cornélius, il crie à l’aide depuis le premier étage. Assommé il se retrouve à l’hôpital. Le petit Alexandre risque de se noyer et se fait attaquer par un crocodile.

Peur

Un cauchemar de Babar, avec une sorte de sorcière sur un animal volant qui amène de nuit une série de monstres étranges, avec des cris.

VOCABULAIRE

Langage classique. Différentes chansons (dont certaines de Maxime le Forestier). Un oiseau comme narrateur.

Un film proche de l’univers graphique des livres. Il y a surtout les scènes difficiles autour de la disparition de la maman au début du film ou le rêve de Babar avec la sorcière, qui peuvent poser problème pour les plus jeunes. Cela nécessiterait donc un accompagnement pour les moins de 7 ans un peu sensibles. Un joli film pour toute la famille. Bien accompagné, un tout petit pourra aussi bénéficier des nombreux animaux présents dans l’histoire. Il existe un premier film, pour les plus grands.

Partager cette page :

Lost Password