Avatar : La Voie de l’eau (Avatar: The Way of Water) est un film de 2022. Des images de synthèse impressionnantes, et une 3D réussie. C’est clairement la suite du premier opus, mieux vaut l’avoir vu. La longueur est impressionnante. Le film oscille entre des moments de contemplation d’une nature luxuriante peuplée d’une vie magique et des moments de rythme trépidant où des combats font rage. Il peut se passer différentes choses en même temps.

MESSAGES

Extra-terrestre

On nous fait découvrir le monde de Pandora, que l’on avait déjà rencontré dans le premier film, mais on s’attarde encore plus sur les Na’vis, un peuple qui le constitue (et après ceux qui habitent dans la forêt, on va découvrir les Metkayina qui sont un clan qui sont proches de l’eau).

Créer une famille

On voit l’importance de devenir une famille pour le couple qu’ont formé Jake Sully et Neytiri. On voit aussi l’importance de la paternité chez le colonel qui a réussi à reconnaitre cette affectivité seulement à la fin du film. Protection parentale. On voit comme les enfants sont importants et qu’il faut les protéger. Relation au père. Sully est un combattant et ses deux garçons doivent pouvoir lui prouver qu’il doit pouvoir être fier d’eux. Il leur parle comme à des militaires, on voit qu’il a peur de les perdre. Adolescents. On nous montre des relations entre adolescents, avec début d’amourette et besoin de se protéger entre frère et soeur. Fratrie. Différents liens dans une famille. Couple mixte. On voit comme les enfants métis peuvent être dénigrés parce qu’ils sont différents des autres.

Combattre

Lorsque l’on est agressé, il faut combattre. Mais c’est surtout à la fin du film que Jake Sully va réaliser qu’on ne peut pas sauver sa famille en s’enfuyant (le véritable combat sera plutôt dans le troisième film) (ici, on ne fait que se défendre). Force. Importance d’avoir des capacités pour vaincre, avoir des alliés ou des armes, parce que si on ne vainc pas, on meurt. Armée. On voit comme les militaires ont mauvaise presse, mais que l’on peut devenir un guerrier et se battre de la même manière que les envahisseurs si on se fait agresser. Femme performante. Chez les Na’vis, même si ce sont les hommes les chefs, on voit bien que ce sont les femmes qui décident. On nous montre Neytiri comme une femme puissante. La personne qui commande chez les humains, c’est une générale. Bon en dehors de tout ça, on voit bien que c’est un film centré sur les garçons. Développer ses potentiels. On voit les Na’vis de la forêt s’adapter à nager sous l’eau, tenir longtemps leur respiration. C’est possible de progresser en s’entrainant.

Écologie

On critique les humains qui ont détruit leur planète et qui veulent en coloniser une nouvelle. Importance de l’environnement avec qui on fait un tout. Protection des animaux. Et dans ce film, on critique encore plus leur envie de se faire de l’argent et de tuer des animaux pour utiliser juste une petite partie de leur dépouille pour se faire de l’argent. Ce sont ici de gros animaux, qui ressemblent à des baleines qui sont visées. On nous montre ces animaux comme intelligents. On voit la chasse avec harpons. Nature. On voit bien la beauté de la nature de Pandora.

Déménagement

La famille Sully doit quitter le royaume de la forêt pour ne pas mettre en danger le clan. Réfugié. On voit comme c’est compliqué pour Jake Sully et sa famille de s’adapter à un nouvel environnement. Lorsque l’on est plus chez soi, on peut se retrouver avec des difficultés d’adaptation, avec beaucoup d’énergie à mettre pour réussir comme les autres. On voit comme certaines personnes peuvent rabaisser sur le physique, se moquer et que cela peut provoquer des conflits (y compris en famille quand le père ne souhaite pas avoir de problèmes avec le voisinage).

Avatar : La Voie de l'eau

Avatar : La Voie de l’eau

Mort

Si la vie est précieuse dans ce film, on verra de nombreuses morts. Et si quand les méchants reçoivent des flèches, on peut être presque content, la mort d’un enfant ou un animal est presque insoutenable. Il ne faut pas tuer.

Quête identitaire

Se sentir différent, ne pas comprendre où est sa place, ressentir des choses étranges (Kiri). Pour le colonel, c’est la destruction du crâne de la personne qu’il était autrefois, histoire de suivre sa propre destinée. Estime de soi. Une adolescente doit faire face à des tensions internes qui la rendent mal. Ce sera certainement pour le troisième film, mais pour mieux se sentir, il faut comprendre d’où on vient et quel peut être son rôle. Dépression. On la voit souffrir d’être partie loin de chez elle. Injustice. On peut ressentir l’injustice quand les enfants de Jake doivent faire position basse lorsque ce sont eux les victimes (on voit bien comme les critiques vont souvent vers Lo’ak, même lorsqu’il raconte la vérité).

Maladie

Magie. La culture des Na’vis permet des soins qui ne sont pas technologiques comme ceux des humains, mais qui peuvent se montrer plus performants (on voit comme la guérisseuse Ronal parvient à sauver Kiri). Technologie. Les humains ont leur technologie comme moyen de s’en sortir, on critique cela (surtout lorsqu’ils ont trouvé le moyen de ne plus vieillir et que cela doit aller se chercher dans les carcasse d’êtres intelligents).

Adoption

L’enfant du colonel va être accueilli par la famille de Sully.

Avatar : La Voie de l'eau

Avatar : La Voie de l’eau

Amitié

Pour créer des liens avec les autres, il faut les comprendre et leur montrer que l’on a un caractère juste. En prenant la responsabilité de problème que pouvait avoir un jeune (et ainsi lui préserver le lien à son père), Lo’ak parvient à recevoir le respect d’un jeune de l’autre clan.

Colonisation

On critique ces humains qui viennent s’approprier les ressources ou les animaux d’une autre planète. Racisme. On critique les rejets des autres quand ils sont différents (la couleur de peau, des différences dans le corps…). Même s’ils sont amis, on traite « gentiment » de macaque le jeune Spider. Tolérance. À la fin de l’histoire, la famille de Sully va faire partie du clan de l’eau. Argent. On voit bien que derrière tout cela, il y a l’envie de se faire de l’argent.

Animaux

On nous montre une relation aux animaux qui ne ressemble pas à ce que l’on expérimente nous. Les animaux ont la même importance que les Na’vis, ils les respectent (il y en a même avec qui ils communiquent, le Tulkun) (et qui sont reconnus comme ayant un esprit tout aussi complexe que le leur, voire plus). Un film qui sans en avoir l’air est plutôt antispéciste. On voit comme c’est important de créer un lien avec l’animal.

Danger

Le monde est dangereux, ce n’est pas pour rien qu’il y a des règles et des interdits. Les enfants se mettent souvent en danger et on doit ensuite les secourir. Stéréotype. Les filles sont celles qui faut sauver, les garçons sauvent et peuvent se faire tuer.

Vengeance

On voit la folie qu’engendre la vengeance du colonel Miles Quaritch. Il faut savoir tourner la page, sinon on peut être pris dans une spirale infernale (pour l’instant il est toujours dans l’envie de tuer Jake, mais on peut espérer une rédemption dans les films suivants) (il s’attache à son fil élevé par la famille de Jake).

Avatar : La Voie de l'eau

Avatar : La Voie de l’eau

SCÈNES DIFFICILES

Mises en danger

Arrivée de nouveaux vaisseaux dans le ciel de Pandora et quand ils arrivent au sol, ils détruisent tout, on voit d’énormes trax, la terre est détruite, on voit des explosions, les animaux fuient, la forêt est détruite, Neytiri pleure. Attaque d’un convoi avec des Na’vis en l’air et au sol qui parviennent à s’emparer de l’engin, mais deux enfants de Jake, Neteyam et Lo’ak vont s’approcher et vont subir une contre offensive, Jake craint leur mort, voit du sang et est soulagé de ne voir que ses fils blessés (par contre il en veut à Lo’ak qui a désobéi). Les clones Na’vis croisent des animaux à grosses dents dans la forêt. Combat de Jake et Neytiri contre l’équipe du colonel qui ont kidnappé leurs enfants, échanges de flèches, de balle, les enfants tentent de s’enfuir, mais Spider va glisser et perdre connaissance, il sera le seul à être capturé et ramené dans la base des humains. Il va être interrogé, ils tentent de lire son cerveau, on voit qu’il souffre et le colonel arrête cette maltraitance en renvoyant qu’il va le faire parler autrement. Une bande d’ados Metkayina vont emmener Lo’ak par-delà les récifs, on devine que c’est louche et en effet il est abandonné seul là-bas et il devra faire face à un monstre qui tente de le tuer (il a déjà blessé sa monture et s’en prend à lui qui doit se cacher derrière des coraux géants, les scènes sont bien anxiogènes). Il va devoir aller respirer et fait finalement face au monstre qui est prêt à le tuer (mais une bestiole encore plus énorme, un Tulkun, va le sauver en écrasant l’autre comme une brindille). Kiri retrouve sa mère à travers l’énergie de la planète et fait un malaise sous l’eau, spasme, décharge, on craint qu’elle meure et Jack fait venir un hélicoptère de son ancienne base pour la soigner, mais on ne peut rien faire et on lui renvoie qu’elle a eu une forme de crise épilepsie (c’est la magie des Metkayina qui va finalement remettre sur pied la jeune fille). La bande du colonel arrive sur un archipel, on les voit interroger des Metkayina, mais ce ne sont pas ceux chez qui est la famille Sully, il ne les connaissent pas, on voit les pressions qu’ils subissent, les militaires tuent un animal (un Ikran) et menacent de tuer la femme du chef, Spider est dévasté devant tant de cruauté, et leurs maisons sont finalement détruites par le feu. Le Tulkun va être attaqué par les militaires, et le peuple des Metkayina va partir avec la Jake et Neytiri en direction du combat pour aller sauver leurs enfants qui s’y trouvent. Ici commence une longue suite de mises en danger, avec déjà les enfants qui doivent fuir les sous-marins et se cacher entre de grosses algues et être découverts (il y aura un effet de sursaut quand Tuk se voit soudainement rejointe par un de ses frères), poursuites et finalement capture dans un filet qui va en amener trois sur le bateau (Tuk, Kiri et Tsireya sont attachées à la barrière). Jack doit aller s’échanger contre les enfants, parce qu’ils sont menacés d’une arme et le colonel menace de les tuer. Le Tulkun voit cela depuis sous l’eau, s’énerve et finit par sauter sur le bateau, on craint qu’il soit abattu d’un coup dans la bouche, mais il renvoie le missile, il fait de grands dégâts sur le pont, différentes explosions. Un sous-marin s’attaque encore aux enfants, mais ils parviennent à le faire couler en provoquant une brèche. Les combats partent dans tous les sens, le Tulkun parvient à coincer le petit bateau avec le fils du harpon qui va finir par couper le bateau et le bras du harponneur que l’on voit gicler avec lui dans l’océan. … risque de se faire tuer, y compris chez les enfants, avec finalement une tentative de sauvetage qui finit mal, le grand fils de la famille Sully se fait tuer et le colonel menace de tuer encore les deux soeurs qu’il a réussi à récupérer. Jake et Neytiri partent sur le bateau, et tuent beaucoup de personnes, la mère a les yeux fous, le colonel met un couteau sous la gorge de leur fille et menace de la tuer, mais Neytiri prend Spider et fait de même, elle montre qu’elle ne plaisante pas en lui lacérant le torse, puis allait le tuer (ce qui fait lâcher l’arme au colonel). La famille allait partir, mais Jake décide d’aller tuer le colonel qui continue de dire qu’il ne laissera jamais cette famille tranquille. Il s’en suit un combat sous l’eau, où Jake finit par prendre le dessus et fait couler le militaire au fond de l’eau. L’eau s’enflamme, la famille doit remonter sur le bateau, Tuk est emportée par l’eau dans le navire, sa mère va à son secours. On verra ensuite des scènes stressantes avec le bateau qui se renverse et va couler, avec à l’intérieur trois groupes de héros qui doivent survivre (avec des effets d’eau qui monte, c’est bien stressant). Jake risque de mourir noyé, mais son fils l’aide et Tuk et sa mère vont être guidés par Kiri qui leur envoie des poissons brillants.

Malaise

Des Na’vis semblent sortir de caisson, il y en a un qui se montre violent, qui ne comprend pas où il est et qui donne des coups de poing, on va nous expliquer que c’est un clone du Colonel Miles Quaritch (avant qu’il soit tué, on a sauvegardé une version de lui-même) (on voit une vidéo du colonel où il explique que si ce message est lu, c’est qu’il est mort et qu’il faudra se venger de Jake Sully). Les Na’vis ont changé, on voit même un petit jouer à la guerre dans leur repère où on voit des objets technologiques de guerre (qu’ils ont dû voler aux humains). On voit comme les enfants de Jack lui parler comme à leur supérieur (il joue le chef de guerre avec ses enfants). Il renvoie à sa femme que c’est son rôle de père d’éduquer comme cela. Il y a le fils du colonel qui est parmi eux, on sent comme un flirt entre lui et Kiri, la fille du Dr Grace Augustine (mais on ne sait pas qui est le père et qui l’a mise enceinte). Les clones Na’vis retrouvent l’endroit où est mort le Colonel Miles Quaritch, ils retrouvent son corps criblé de flèches (son double va écraser son crane) (ils retrouvent même des images de sa mort et comprennent que c’est Neytiri qui l’a tué). Un groupe d’enfant est capturé par les clones Na’vis, ils repèrent que ce sont des métis, donc des enfants de la famille Sully. On voit que le colonel tente de convaincre Spider qu’il ne veut pas qu’il ait de problèmes. Jake parvient à convaincre Neytiri qu’ils doivent partir pour protéger leur famille et leur clan, on voit un rituel où Jake donne son rôle de chef à une autre personne (on symbolise sa mort). La famille Sully part au loin, on voit que les enfants ne sont pas contents de ce départ, et lorsqu’ils arrivent chez les Metkayina, un clan d’une autre culture (basée sur l’eau), ils ne sont pas les bienvenus. On voit Neytiri et Ronal se grogner dessus, c’est tendu. C’est parce qu’ils font une demande d’asile et que leur chef parvient à convaincre sa femme qu’ils sont finalement tolérés (mais en passant, on voit bien que les ados de ce clan se permettent de se moquer de l’apparence des enfants de Jake) (on leur renvoie même qu’ils ont du sang de démon). On voit la petite Tuk triste, elle veut retourner chez elle. Séance de nage où les enfants de Tonowari doivent apprendre à ceux de Jake à aller sous l’eau, ils se font un peu moquer, surtout qu’ils ne parviennent pas bien à retenir leur respiration. Les jeunes et même Jake ne parviennent pas à dompter les animaux aquatiques, ils tombent de leurs montures et sont moqués (Jake s’essayait avec un Skimwings plutôt qu’un plus simple Ikran). On voit que Lo’ak est attiré par Tsireya qui lui touche le torse pour le faire respirer tranquillement (et lui il a le cœur qui bat fort). L’équipe de clone de Na’vis du colonel vont approcher des Banshee, le colonel aurait voulu leur tirer dessus, mais Spider lui renvoie que Jake a su gérer cela autrement (le colonel va monter sur une des ces bestioles, et son équipe va le croire mort parce qu’il ne réapparaît pas). Des jeunes de moquent de Kiri, cela dégénéré quand ses frères arrivent et Lo’ak va finir par donner un coup de poing (et cela part en bagarre généralisée entre ados). On voit que Kiri n’apprécie pas se sentir différente des autres. Le Tulkun qui a sauvé Lo’ak a une lance dans sa nageoire, le garçon parvient à l’enlever, puis il découvre qu’il a une nageoire coupée, on comprend que cet animal a dû subir une attaque des humains. Kiri se sent toujours mal, pleure parce qu’elle ne comprend pas pourquoi elle ressent autant l’énergie de la planète. Lo’ak de retour se fera gronder et en plus on lui renvoie que le Tulkun qui l’a croisé est un paria et qu’il ne doit pas le fréquenter, il tente d’expliquer que cet un bon animal, mais on lui renvoie de se taire (et son père lui renvoie qu’il fait honte à sa famille). L’armée a repéré l’hélicoptère qui est parti de la forêt en direction des récifs, le colonel va demander un bateau pour aller rechercher la famille Sully. Lo’ak entre dans la bouche de son ami Tulkun qui lui laisse voir ce qu’il a vécu (son frère est inquiet pour lui). On voit comme l’animal s’est fait attaquer. Avec ces informations, il espère convaincre les autres que l’animal n’est pas méchant, mais on lui renvoie qu’il a décidé de tuer et qu’il est ainsi banni et que cela ne changera pas, il est dévasté que personne ne veuille l’entendre, il se sent rejeté. Le colonel fait exprès de faire en sorte que les Metkayina retrouvent la carcasse de l’animal qu’ils ont tué. On voit le peuple en colère, ils veulent se venger et veulent partir en guerre, mais Jake parvient à les dissuader pour pas qu’ils se fassent exterminer (et il sait que tout ça n’est qu’une ruse pour le capturer lui). Lo’ak veut prévenir son ami Tulkun que les humains attaquent, mais quand il le retrouve, il réalise qu’il a déjà une balise sur lui, il est en danger, il a l’aide de ses amis pour tenter d’enlever la balise, mais elle est bien enfoncée dans le corps. Lo’ak doit rester hors du combat, mais il n’écoute pas son père et va quand même partir. La mère qui est traumatisée par la mort de son fils doit reprendre de ses esprits pour aller sauver ses deux filles aux mains du colonel, Neytiri devient une forme de bête sauvage qui tue tout ce qui se trouve proche d’elle, même Spider a peur d’elle et se cache. Spider sauve le colonel qui était en train d’étouffer au fond de l’eau, il a pitié de son père, mais décide de ne pas repartir avec lui.

Tristesse

La mort de Neteyam, transpercé d’une balle dans l’eau, qui n’arrive plus à respirer et qui va finir par mourir en disant à son père qu’il a envie de rentrer à la maison (on verra toute sa famille sous le choc, Lo’ak a du sang plein les mains). La mort d’une mère Tulkun (cela ressemble à une baleine) qui avait un bon lien avec un personnage du film, et qui se fera tuer par des hommes justes intéressés à se faire de l’argent, elle a un bébé avec elle, qui finira mort à côté de sa mère (les yeux révulsés morts de ces animaux est un moment plutôt poignant).

Maltraitance

L’attaque des humains sur la femelle Tulkun qui a son bébé est plutôt insoutenable, on voit bien ce qu’ils mettent en place pour tuer ce précieux animal. On voit bien comme ils vont récupérer le liquide proche de son cerveau lorsqu’ils ont réussi à la tuer. En règle général, les malversations des commandos des humains sont pensés pour nous créer des émotions.

Visuel effrayant

Il peut y avoir des monstres impressionnants sur Pandora, avec des grosses dents, que cela soit sur terre, dans les airs ou sous l’eau.

VOCABULAIRE

Il y a parfois des mots vulgaires.

Un film impressionnant, où l’écologie et la protection de la famille sont importantes. Des images saisissantes, un rythme qui sait passer de la contemplation à l’effréné. Des moments très durs le rendent plus triste que le premier opus. Mieux vaut avoir 14 ans pour le découvrir, vu les scènes de combats et de maltraitance animale (et aussi parce que le précédent, moins poignant était à 13). Si on critique les attaques des humains, on va pouvoir se sentir vibrer et vouloir la destruction de ces ennemis (un film qui condamne les violences des colons, mais qui met en avant leur déroute et leurs morts).
En France c’est plutôt absurde l’autorisation tous public pour ce film, on vous déconseille fortement de laisser un petit voir cette production.

Il existe un précédent film sorti en 2009.

Ce que disent les autres : En Suisse, l’âge légal est 14 ans. Filmages en dit ceci « A part quelques instants de répit et de félicité au sein d’une nature idyllique, la violence et l’angoisse imprègnent les scènes de guerre et de combats menées par l’ennemi contre Jake et sa famille, en danger permanent, pourchassés et en fuite : destruction de leur biotope, des animaux et de l’habitat des peuples de la nature, usage d’un arsenal d’armes et moyens technologiques de destruction massive, brutalités, enlèvements d’enfants terrorisés, mort de l’un d’eux. Les scènes de violences sont explicites, impressionnantes et éprouvantes. Le film dure plus de trois heures. Avec un travail technologique et cinématographique impressionnant, des effets spéciaux spectaculaires et efficaces, ce deuxième opus d’Avatar donne une certaine épaisseur psychologique à des êtres vivant en harmonie avec la nature. Il réussit à les rendre attachants et porteurs de valeurs humaines universelles.« . Sur le Site Films tous Public, ils renvoient qu’en France c’est Tous public, en Allemagne déconseillé au moins de 12 ans, en Angleterre déconseillé aux moins de 12 ans et en Amérique déconseillé aux moins de 13 ans. Ici une critique positive et ici une critique plutôt critique et ici négative.

Attention, l’effet 3D peut provoquer des effets de tournis, ici une explication.

Partager cette page :

 

Vous pouvez nous soutenir sur Tipeee !