ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

 

 

 

 

 

 
   

Vu du ciel

VU DU CIEL

Sans dégâts dès : 7-9 ans - Âge conseillé : 10 ans

DUREE
entre 90 et 100 minutes par épisode
MONTAGE

Une série de documentaires de la télévision depuis 2006 qui nous fait partir sur toute la planète. Au début de l'émission, on nous propose en quelques secondes le contenu de toutes les interventions. On voit beaucoup de belles images de scènes filmées depuis le ciel, mais aussi plus proches. Beaucoup d'entretiens, avec beaucoup de paroles. On voit Yann Arthus-Bertrand qui nous présente différents problèmes. Rythme soutenu, on nous présente différents endroits de la planète durant chaque épisode.

MESSAGE

Écologie. Beaucoup d'épisodes différents, toujours sensibles au sort de notre terre. Avec des exemples que l'homme utilise sa planète et en abuse. On réalise qu'il y a une urgence pour protéger notre environnement. Des chiffres nous sont donnés, souvent effrayants.

Se poser des questions. Une tentative de s'interroger, de poser des questions. Si le contenu est écologique, il pense aussi aux besoins des humains, on nous donne des réponses, mais aussi parfois on nous laisse activer nous-mêmes nos valeurs. On nous pousse à penser en terme de développement durable.

Activisme. Exemple de réactivité. Beaucoup d'exemples de personnes qui sont actives pour préserver la nature, les animaux. On découvre des hommes ou des femmes qui donnent de leurs temps. On nous montre des exemples, des guides qui peuvent nous influencer. On nous parle de beaucoup de leurs programmes ou associations qui veulent aider autour de la planète. Importance de dire merci à ceux qui oeuvrent pour favoriser l'écologie.

Critique médecine chinoise. On peut considérer la médecine traditionnelle chinoise comme étant bien destructrice de la diversité des animaux de notre globe.

Se décentrer. Voir notre planète et nos méfaits nous renvoie à ne pas penser qu'à nous.

Ci-dessous quelques exemples de reportages

Défendre l'eau, c'est défendre la vie. On nous parle de Las Vegas qui abuse de l'eau et d'autres villes du monde qui doivent rationner. On voit les eaux des fleuves qui diminuent. La disparition de la mer morte en 2050. Les eaux de la Loire qui ont failli être prises dans un barrage. Les oignons du pays Dogon. Et des hommes en guerre qui doivent penser paix s'ils veulent se mettre d'accord autour de l'eau nécessaire à leur survie.

L'animal sauvage existe-t-il encore ? On nous montre comme les éléphants, les tigres du Cambodge disparaissent, ainsi que les otaries d'Afrique du Sud. Critique du braconnage. On voit des bébés otaries tués à coup de gourdin. Critique de la déforestation qui fait disparaître les chimpanzés. On nous montre comme ce sont aussi les indigènes qui vivent des vies difficiles, qui sont pauvres, qui ne peuvent pas faire attention à ces animaux. Les réserves, aussi une histoire d'argent, la vie sauvage est devenue un marché. Chez les insectes, avec les abeilles par exemple, il y a aussi un risque de disparition. Images d'animaux englués dans le pétrole. La vie sauvage à Tchernobyl. Dauphins dans une mare de sang. Protection des animaux.

La terre n'appartient pas l'homme. Un nouveau rapport à la nature. Forêt amazonienne qui disparaît. Les campagnes chinoises qui perdent leur forêt luttent contre le désert. Les Everglades de Floride qui doivent être protégés, les zones humides disparaissent. Recycler ses excréments. Les forêts qui se déboisent à Haïti. Un pavillon écologique, avec tous les exemples de ce qu'on peut faire pour dépenser moins d'énergie.

La mer a besoin de nous. Certains la considèrent comme une poubelle. Protéger l'eau, crabe ou algues vertes qui pullulent. Venise ou St-Michel vont changer. Quelques images tristes autour d'animaux tués. On voit les abysses. L'abus des pêches asiatiques, qui vident la mer de ses poissons. Disparition des baleines.

Pour que vivent les grands fleuves. Des rivières n'arrivent plus à l'océan, la biodiversité se réduit. Les fleuves irriguent la planète, mais ils sont en danger, car on pompe leurs eaux et on les pollue.

Six milliards d'hommes à nourrir. On nous parle des agriculteurs. Exemple avec une population détruite par le pesticide de bananes. Dangerosité d'une agriculture intensive, avec un sol qui devient mort. Les glaciers menacés par le réchauffement. On nous montre des images de cochons ou de poulets élevés pour être mangés et on se pose la question d'une possibilité de produire une industrie respectueuse. Critique des OGM. Aliment.

SCENES DIFFICILES

Thèmes adultes. Préoccupations d'adulte, autour de la survie, de la maladie, de conflits. Uniquement présent dans le discours, sans un visuel agressif.

Visuel effrayant. Selon les thèmes on peut par exemple voir des baleines se faire dépecer, couper la queue. Beaucoup de sang. Requins tués uniquement pour les ailerons. Oiseaux pleins de pétroles. On voit des bébés otaries tués à coup de gourdin. Dauphins et mare de sang.

Malaise. Image d'animaux qui vont finir dans notre assiette. Production de masse, avec peu d'espace pour "vivre". On verra le sang des poulets, et les plumes qui disparaissent.

VOCABULAIRE

Langage classique. Beaucoup de paroles et un contenu important.

Commentaires. Une série résolument écologique. Des thématiques qui ne sont pas enfantines, mais une série qui devrait être montrée aux enfants pour les sensibiliser à la cause. Dans certains épisodes, il y a quelques moments durs, qui méritent d'être accompagnés. Comme chaque épisode dure plus d'une heure, cela peut être assez long pour les plus jeunes, on peut facilement découper une émission en plusieurs parties.

Pour ceux qui ne veulent pas entendre cette propagande écologique, il ne vaut mieux pas regarder, il y a de grands risques de culpabilisation si on n'est pas un peu attentif à ces problèmes.

Thèmes. Documentaire. Écologie. Nature. Activisme. Se décentrer. Protection des animaux. Aliment. Culpabilité.