Quels films pour nos enfants ?Quels films pour nos enfants ?

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

Les Shadoks

LES SHADOKS

Sans dégâts dès : 4 ans - Âge conseillé : 7 ans

 

DUREE
1 à 2 minutes par épisode
MONTAGE

Série d’animation de 1968. La première saison a été crée avec un animographe, plus rapide et plus économique, le rendu est forcément minimaliste, mais cela a un charme. Épisodes à suite. Un unique narrateur, Claude Piéplu, raconte ce qui se passe. Un résumé à chaque épisode, qui reprend en quelques secondes l’histoire là où on l’avait laissé.

MESSAGE

Critique de la société. On se moque du travail ou des hiérarchies, du conditionnement de masse. Une série qui devrait nous permettre de réfléchir. Répliques philosophiques. Les actions des Shadoks sont souvent enrichies par des phrases pleines de sens « S’il n’y a pas de solutions, il n’y a pas de problème ». « Pourquoi faire simple, quand on peut faire compliqué ». « C’est encore dans la marine qu’il y a le plus de marins. En essayant continuellement, on finit par réussir. Donc: plus ça rate, plus on a de la chance que ça marche ». « Il faut pomper pour vivre, et donc vivre pour pomper ». « Je dis des choses tellement intelligentes que, le plus souvent, je ne comprends pas ce que je dis. ». « Tout avantage a ses inconvénients et réciproquement. ».

Étrange logique. On présente souvent des choses d’une façon décalée avec les Shadoks, cela permet de nous décentrer, tout n’est pas pensé comme on aurait l’habitude de le faire. Les lignes droites ne le sont pas, et tout est repensé. On joue beaucoup avec les causes à effets, on attend des choses qu’elles aient une utilité et on les imagine nécessaires à cela. En générant sa propre logique, on peut arriver à réaliser des choses absurdes.

Critique de la religion. Le Sorcier-Devin est aussi Plombier, et ses pouvoirs lui font faire lever le soleil alors tout le monde le vénère, et les spectateurs ne peuvent que saisir que c’est un grand arnaqueur. On critique aussi le fait que le gouvernement le prenne à ses côtés pour l’aider dans les affaires de l’État. Charlatan.

Invention. Besoin de solution. Invention de mécanique absurde, avoir besoin de construire des choses pour réponde à des besoins.

Assiduité. Les personnages ont un objectif qu'ils continuent de viser malgré l'adversité. On revalorise la persévérance, vu qu'à la fin ils obtiennent ce qu'ils veulent (même s'il y a beaucoup de perte entre-deux).

Gestion du suspense. Chaque épisode va s’arrêter sur une problématique à résoudre, on joue sur l’attente de la suite.

Mort. On nous parle souvent de la mort, de la disparition de ces oiseaux. On réalise que l'individualité n'est pas grand-chose, que le temps passe et fait disparaître des générations de Shadoks. Se décentrer. On est bien peu de chose face au temps. L'importance des choses est toute relative, tout change tout le temps.

SCENES DIFFICILES

Malaise. On se moque de ces pauvres oiseaux, on crée une idée d’infériorité. Difficile pour l'enfant de saisir qui est le héros ou le gentil, la série est en dehors de ces problématiques. On nous pose dès le départ que les Shadoks sont méchants et stupides et que les Ghibis sont intelligents et gentils, mais tout ne peut pas être noir ou blanc et on a tendance à plutôt apprécier les Shadoks.

Banalisation de la violence. Les oiseaux se font frapper, tombent, meurent, et cela pour faire rire.

Violence. Beaucoup de malheurs pour ces oiseaux, le pire sera certainement la maladie, gros monstre rouge qui s'en prend à eux et qui les décime presque entièrement.

Maltraitance. Existence pathétique, des Shadoks sont exploités à pomper ou à ramer, individualité réduite à une action commune qui les perdra. Les marins qui oeuvrent dur pour leur communauté se font rejeter jusque parce qu'on a fait une statue quand on les croyait mort, et que la statue a plus d'intérêt que leur existence. On exploite une partie de la population, ceux d'en bas qui passent leur vie à soutenir la planète. Moquerie. Il existe une espèce, dite supérieure, qui observe les Shadoks et se moque d'eux.

VOCABULAIRE
Classique, par un narrateur.

Commentaires. Une série qui parodie l’humain, ses croyances, ses besoins d’actions, les causes à effet. Il faut supporter l’absurde, comme il faut supporter l’absurdité de la vie. Cette fiche a été faite à partir de la première saison.

Thèmes. Critique de la société. Religion. Invention. Persévérance. Se décentrer. Mort. Charlatan.