Quels films pour nos enfants ?Quels films pour nos enfants ?

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

Robot Girl Z

ROBOT GIRLS Z

ATTENTION DECONSEILLE AUX ENFANTS !

Sans dégâts dès : 15 ans - Âge conseillé : 16 ans

 

DUREE
10 minutes par épisode (série constituée de 6 épisodes)
MONTAGE

Série de 2015. Rythme qui peut être rapide, vu le temps réduit des épisodes, il y a des effets d'ellipse pour accentuer les effets décalés.

MESSAGE

Femme sexualisée. Un animé réservé aux hommes, les filles sont sexy et l'on nous montre comme c'est intéressant de les découvrir sans leurs habits. Mignon. Culte des personnages ou situations enfantines (comme ici c'est en parallèle d'un intérêt sexualisé, c'est un peu limite, surtout qu'on a plus l'impression de voir de jeunes filles que des femmes). Femmes faibles. On met en évidence des femmes dominées, maltraitées, humiliées. C'est un peu comme si le spectateur pouvait prendre du plaisir à voir ces demoiselles en position basse. Certainement pour apaiser une frustration quelconque. Obsédé.

Persévérance. Des personnages qui se relèvent toujours pour combattre.

Lutte du bien contre le mal. Trois demoiselles doivent sauver le monde. Force. Les héros doivent gagner contre le mal, se montrer plus puissants. On peut utiliser des armes si cela est nécessaire. Il ne faut pas hésiter à cogner fort pour vaincre, mais on peut utiliser des ruses comme la séduction.

Vieillesse. On revalorise la jeunesse, les jolies jeunes filles. Les personnages renvoient facilement des remarques sur l'âge (le maître peut se faire traiter de vieux fossile, une combattante qui n'a même pas trente ans est déjà considérée comme vieille).

Travail d'équipe. Trois demoiselles doivent former un groupe, un épisode joue sur l'idée qu'on peut les séparer en mettant un tiers là-dedans. Se mettre tous ensemble pour lutter contre l'ennemi ne fonctionne pas toujours.

Méfiance. Il faut se méfier des apparences. De jolies jeunes filles peuvent cogner dur. Les méchants peuvent se révéler gentils, et la grande méchante une enfant.

Robots japonais. On nous montre des demoiselles déguisées en différents mécha (des gentils : Mazinger Z, Great Mazinger, Goldorak, Gaking, Acier Jeeg et des méchants: Doublas, Garada, Gromazen, Minerva X).

Addictions. On peut voir des personnages plutôt extrêmes, à fond dans leurs passions, pulsions. Une des héroïnes est toujours devant son écran de jeu, ou à faire des photos. Critique de l'enfant qui fait ce qu'il veut par caprice. Être motivé à faire de la bagarre et être en manque quand les méchants sont en pause.

Revalorisation. Un leader soit savoir remobiliser ses troupes, créer une synergie de groupe, offrir des soirées repas, pour que les méchantes continues à se battre même si elles se font rétamer à chaque fois.

SCENES DIFFICILES

Sexualisation des héroïnes. Les jupes sont courtes, les poitrines sont mises en avant. On peut vouloir regarder sous les vêtements pour avoir accès aux petites culottes. Combats qui enlèvent la jupe, qui envoient valser la méchante en se retrouvant culotte à l'air, qui arrache les habits laissant que les maillots de bain. Position sexy. Grenda-san se fait tripoter les fesses et la poitrine, on la voit toute émoustillée. Scène dans les bains, avec personnages nus, poitrine bien apparente (au pire avec un peu de mousse dessus). Demoiselles au bord de la piscine en costume de bain. Sadomasochisme. La fille avec casque de Goldorak est dans une attitude dominatrice. Demoiselle appréciant se faire taper dessus, toute émoustillée, traitée de perverse. Filet qui enveloppe une demoiselle style bondage qui dit apprécier cela. Héroïne attachée sur des croix, une se plaint de ne pas vouloir du bondage. Homosexualité. Minerva X joue à l'amoureuse et prend des positions équivoques avec Mazinger, elles se déshabillent (et on réalise ensuite que Minerva est un garçon féminisé). Chanson qui érotise les gens, on voit deux des héroïnes se déshabiller, s'enlacer en petite tenue.

Mise en danger. Se retrouver éjectée dans l'eau, risquer de finir noyé. Les personnages peuvent subir de grandes attaques, ils sont tous défaits, moment ou tout semble perdu, l’héroïne n'a plus d'espoir.

Abus. Des combats peuvent être violents, et surtout couplés à du déshabillage où les demoiselles tentent de ne pas montrer leur nudité, se protègent et se font encore plus démolir.

Banalisation de la violence. Beaucoup de combats, présentés plutôt amusant si on apprécie voir des demoiselles se faire frapper (on peut même voir les méchantes pleurer dans le train).

Malaise. Les méchants vivent mal leurs échecs successifs, on en voit une qui veut se pendre, une autre qui déprime en roulant, une autre ne sait pas comment gérer les choses et a peur. La méchante perd son chef qui ne veut plus faire ce travail, elle se retrouve sans boulot, déprimée, mais avec des employés qui tiennent à elle.

Visuel effrayant. Une image de Japonais totalement affamés (allure de zombie). Le Grand Général des ténèbres à de grosses dents, on le voit que dans l'ombre, il est inquiétant.

VOCABULAIRE
Parfois vulgaire.

Commentaires. Une apparence enfantine, avec du tout mignon, mais pas du tout pour les enfants. Une image malsaine de la femme sexualisée surtout dans différents phantasmes masculins dévalorisants. Une série de magical girl (oui ces filles qui peuvent se transformer et avoir de super pouvoirs) qui est parodique, pensée pour les amateurs de robots et de petites demoiselles sexy (spécial Otaku donc). Il existe une suite, Robot Girls Z Plus, avec exactement les mêmes caractéristiques, mais avec de nouveaux personnages.

Thèmes. Robot. Sexualisation de personnages. Obsédé. Persévérance. Revalorisation. Passion. Méfiance. Force. Coopération. Vieillesse. Sexualité. Abus. Équipe.