Quels films pour nos enfants ?Quels films pour nos enfants ?

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

Le prophète

LE PROPHETE

Sans dégâts dès : 7 ans - Âge conseillé : 11 ans

 

DUREE
84 minutes
MONTAGE

Film de 2015 qui utilise différentes techniques d'animation. La trame générale est réalisée dans une image de synthèse qui a un rendu classique, avec des fonds qui font plutôt croquis peinture. Huit courtes scènes parsèmeront le film, reprenant des textes de Khali Gibran, autour de différentes thématiques, à chaque fois avec un nouveau style visuel propre à chaque réalisateur (peinture à base d'argile traitée avec les doigts, théâtre d'ombres, du crayon de couleur, un hommage à Klimt, peinture stylisée, aquarelle). Il peut se passer deux choses en même temps.

MESSAGE

Force des mots. Les paroles rassurent, aident, peuvent faire du bien. Une dictature peut craindre la poésie et la réflexion. Influence. Quand on a un pouvoir, il faut l'utiliser pour l'autre. Le pouvoir d'un poète peut réveiller un peuple et le soulever contre l'oppression. Se rebeller.

Prix de la liberté. Le héros va mourir pour aller jusqu'au bout de cette liberté, elle a donc un prix. Être libre c'est aussi être en dehors d'un système, ne pas aller à l'école, n'en faire qu'à sa tête (on voit bien que pour une enfant c'est plutôt problématique, d'ailleurs cela embête bien la mère, on serait presque ici dans la critique de cette liberté, en tout cas elle a un prix).

Deuil. Importance du parent. Une petite fille qui a perdu son père souffre de son absence, elle exprime son malaise par la perte de la parole. Famille monoparentale. Si la mère tente de faire au mieux pour s'occuper de sa fille, c'est lorsqu'un homme se rapprochera d'elle que l'enfant va aller mieux. Éducation. On peut se sentir dépassé lorsque l'on est seul à élever son enfant. Même avec de bonnes valeurs, on ne peut pas toujours permettre à l'enfant de rentrer dans le moule de la société.

Spiritualité. Nous ne sommes pas dans un film religieux, mais les discours sont empreints d'une dimension supérieure à l'humain. Religion. Dieu est cité plusieurs fois dans les textes, mais sans le sanctifier. Le message tourne plus autour de l'humain. Vie après la mort. On laisse des choses sur ce monde qui peuvent nous rendre encore vivants après notre mort (dessins ou écrits). On matérialise l'âme, en nous montrant le poète vivant après sa mort.

Importance de l'esprit. Dans notre tête, on peut tout faire, rêver, imaginer des choses. On peut aussi générer de la réalité, en se montrant fort, en se confrontant aux choses, en les supportant. Imagination.

Intégrité. Aller jusqu'au bout de ses idées, ne pas renier ses valeurs. Sens du sacrifice. Mettre sa vie en jeu pour ce que l'on croit. Mourir pour des idées. Ne pas avoir peur de la mort, oser l'affronter surtout si l'on croit qu'il y a un au-delà. Sacrifice de soi.

Ouverture sur l'autre. Un film qui met en scène un pays arabe, avec des personnages sympathiques. Une fillette a créé un lien avec un animal, elle semble lui parler. Tolérance.

Aide. Les paroles de Mustafa soutiennent les gens. La petite fille va retrouver sa parole pour soutenir son ami, pour pouvoir être avec lui, créer le lien. Bonté. Mustafa tente de lier les gens, de leur offrir de belles images. Si dans sa jeunesse il était plus franchement contestataire, il a compris que c'est en donnant des messages de tolérance, d'écoute, de paix, que l'on peut changer les choses.

Handicap. Les autres peuvent blesser en se moquant, en demandant des choses impossibles pour une personne qui souffre d'un handicap. Mustafa montre le lien qu'il a avec Almitra, il permet aux autres de mieux l'accepter.

Critique des dictatures. On nous montre un gouvernement qui brime, qui n'accepte pas la liberté d'expression. Critique de la peine de mort. Maintien de l'ordre. Responsabilité. On peut choisir son camp, on ne doit pas rester parmi les méchants. Rébellion. Il y a plusieurs moyens de combattre l'oppression, lorsque l'on est trop frontal on risque gros, la poésie peut être moins agressive, plus subtile, mais tout autant performante pour lutter contre un système.

Timidité. Difficile d'oser exprimer ses sentiments (mais quand on est amoureux, il faut oser se lancer). Chagrin d'amour. Crainte de la perte de l'autre. Drague. Une femme peut apprécier l'intérêt qu'un homme peut lui porter, surtout s'il se montre prévenant, courageux, attentif. Sexualité. L'amour est charnel, que cela soit le baiser, la danse ou sous la couette, le plaisir de toucher l'autre est bien présent.

Poésie. Les textes peuvent nous apporter des images dans la tête, nous faire voyager, nous transcender. Les textes tournent autour de différents thèmes, l'écrit peut générer des impressions différentes en nous (on modifie le style d'animation pour rendre cela plus visible).

Critique du vol. Almitra se permet de prendre des choses qui ne lui appartiennent pas, sa mère tente de lui renvoyer qu'elle ne doit pas voler. On a l'impression que c'est sa souffrance qui la pousse à voler ou son besoin de se sentir libre, d'oser ne pas se mouler dans la société.

- Des thématiques mises en évidences par différents réalisateurs

L'amour (par Tomm Moore). Il faut oser tomber amoureux, mais faut avoir conscience qu'avec le bonheur, on va aussi vivre beaucoup de difficultés. On peut être tenté par aller voir ailleurs, mais ce n'est pas ce qui nous satisfera. En vivant l'amour, on expérimente et on finit par mieux se connaître.

La liberté (par Michal Socha). On est libre quand on a plus de besoins, quand on réalise ce qui nous enchaîne. La liberté est déjà un travail sur soi. Peu de chance que l'enfant comprenne ce message avec un passage sur des oiseaux enchaînés.

Le travail (par Joan C. Gratz). Importance de faire partie du groupe. Ne pas souffrir au travail, être content de soi, en travaillant bien on dégage de l'amour autour de nous, on est responsable de ce que l'on produit, c'est pour les autres. Tout travail est important, il ne faut pas en dénigrer, nous sommes tous nécessaires et égaux. Étranges images plutôt non figuratives.

Les enfants (par Nina Paley). Permettre aux enfants de ne pas devoir se calquer à ce que pensent leurs parents, il faut leur laisser devenir ce qu'ils sont. Les enfants sont le futur dynamique, nous sommes le passé stable, s'il y a une influence à avoir c'est d'aller dans la direction que prendront les enfants. Importance d'avoir un lien d'amour entre l'enfant et le parent.

Le mariage (par Joann Sfar). Rester ensemble pour la vie, en laissant de l'espace à l'autre, il faut une autonomie dans le couple, pouvoir rester une individualité, ne pas s'approprier l'autre. Couple.

Le boire et le manger (par Bill Plympton). Remercier cette nature ou les animaux qui permettent de nous nourrir. Se sentir faisant partie d'un tout, et rendre ce que l'on a consommé en jouant un rôle positif. Les images sont étranges (style Plympton).

Le Bien et le Mal (par Mohammed Harib). L'homme est bon, mais il peut être poussé à autre chose lorsqu'il a des besoins et cela dépend de l'endroit où il va puiser les choses. Les gens ne sont pas mauvais parce qu'ils sont moins performants que les autres, la critique n'est pas constructive.

La mort (par Paul et Gaëtan Brizzi). Besoin de comprendre la mort, connaître ce qu'il y aurait après. On nous donne le message qu'il peut y avoir quelque chose de bien après la mort, on va renaître ailleurs.

SCENES DIFFICILES

Mise en danger. Feu de forêt, avec animaux qui fuient, on craint que les tortues n'avancent pas assez vite. Almitra fait parfois l'équilibriste en hauteur, risque de tomber d'un toit, marche sur un fil, on craint qu'elle se fasse mal. Mustafa va être amené au quartier général plutôt qu'à son bateau, le peuple tente de le protéger, il s'ensuit une bagarre généralisée, avec coups de matraque et Almira petite et qui a besoin d'aide au milieu de tout ça, le poète va arrêter le conflit et accepter de rentrer dans l'endroit où on le pense condamné. La mère et la fille vont protéger les écrits, on voit arriver l'armée, on craint qu'elles ne soient surprises et capturées quand ils défoncent la porte de la maison.

Malaise. Bêtises de la petite fille qui brise des échoppes de vendeurs, qui peut aussi voler (on est mal à l'aise pour la maman, on peut craindre que la petite ait des problèmes). La mère ne va plus avoir de travail et c'était son seul revenu. Pauvres oiseaux attachés, un lien se transforme en serpent pour manger le volatile. Un verre se casse, les danseurs semblent marcher dessus à pied nus. On réalise que le sergent ne veut pas vraiment libérer le poète, Almitra le sait, mais personne ne l'écoute. La police veut détruire la production du poète, risque que tout soit brulé.

Tristesse. Le poète est en cellule, on le voit seul, dans le malaise, tout est tristesse. Les gens ne veulent pas qu'on fasse du mal à Mustafa, larme quand la mère réalise sa mort.

Mort. Mustafa est amené au peloton d'exécution, sur le mur derrière lui, des impacts de balle laissent entrevoir ce qui va lui arriver, il n'accepte pas de se répudier, il se condamne lui-même. En parallèle à un moment de soulagement dans les collines, une violente détonation fait sursauter le spectateur, on réalise que le poète a été tué.

Complexité. Il peut y avoir des thèmes qui sont difficiles à lier avec les images que l'on montre à l'enfant (peu de chance que l'enfant saisisse les textes de la liberté, du boire et manger ou du bien et du mal).

Vie adulte. L'amour passe par le corps, on parle de sentiment amoureux, on voit deux personnes dans une danse de proximité, on devine un couple nu sous des couvertures, ils s'embrassent. Cela reste bien discret, mais c'est présent.

VOCABULAIRE
Il peut y avoir des termes complexes. Deux thématiques sont chantées, en anglais, donc avec sous-titre, mieux vaut savoir lire vite.

Commentaires. Un film avec un véritable contenu dans les messages, mais le contenu est tellement riche et traité parfois de manière poétique, que les enfants ne vont pas toujours saisir ce qu'ils voient ou entendent. Une histoire plus facile d'accès lie les huit textes de Gibran Khali Gibran, mais elle reste dure, surtout à la fin où Mustafa est tué, heureusement on traite la mort du poète pour que l'enfant puisse imaginer qu'il a survécu. Si l'histoire est dure, on protège les petits spectateurs en ne montrant rien de traumatisant. Un film intelligent.

Thèmes. Poétique. Se rebeller. Sacrifice de soi. Famille monoparentale. Éducation. Deuil. Religion. Mort. Vie après la mort. Tolérance. Imagination. Timidité. Chagrin d'amour. Drague. Sexualité. Vol. Amour. Liberté. Travail. Couple. Handicap. Historique. Artistique.