Des films pour les enfants, série adaptées à leurs âges

 
 

 

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

 

 

 

 

 

 
   

Osmosis Jones

OSMOSIS JONES

Sans dégâts dès : 7 ans - Âge conseillé : 11 ans

DUREE
95 minutes
MONTAGE

Un film de 2001 qui présente en alternance des prises de vue réelles et des scènes de dessin animé. Flash-back.

MESSAGE

La santé c'est important. Il faut manger des fruits et des légumes. On nous montre un père qui ne fait pas attention à lui. Fume, mange gras, ne se soigne pas, ne fait pas d'exercice. Ongle incarné. Gros boutons. Bière. Gros bide. Malbouffe.

Anatomie. On nous montre l'intérieur du corps, avec un globule blanc comme héros. L'effet d'un mal de gorge, de poussières qui entrent dans le nez. Une campe. L'effet toilettes.

Importance du père. Quand le papa ne s'occupe pas de sa fille, elle peut filer du mauvais coton, en acceptant un look de pouf.

Deuil. Une fille dont la mère est morte d'une maladie a du mal à fonctionner avec son père qui se laisse décrépir, se nourrit mal.

Sens du devoir, des responsabilités. Même si on est critiqué il faut avoir confiance en ses valeurs et se battre jusqu'au bout pour faire le travail auquel on est assigné.

Égoïsme. Critique du politicien véreux, qui cache des informations pour ses propres profits. Qui peut dénigrer des personnes.

Romance. Avec Jones qui joue au gros tombeur, mais qui doit juste être un héros pour sortir avec la fille.

Dénigrement de l'école. On nous montre une enseignante au rire stupide, qui se fait vomir dessus par Frank (un de ses boutons va sauter au visage de cette institutrice). On la voit caractérielle, criant sur ses enfants.

SCENES DIFFICILES

Mises en danger. Les héros voient un barrage céder, cris, musique tendue, ils sont engloutis par la morve. Étranglement par lanière. Différentes scènes tendues qui se jouent dans le corps, en animé. La police qui doit arrêter différents microbes, pistolets qui tirent, chef de commissariat qui fait des remontrances. Méchants qui font très mafia. Paris sur des combats de streptocoques. Travail avec informateur. Boîte de nuit mal famée, avec danseuse en petite tenue, boisson dégoûtante. Prise d'otage avec menace de mort.

Visuel effrayant. Les méchants peuvent avoir un look monstrueux. Le virus est plutôt diabolique. On le voit tuer en faisant exploser ou dissoudre. Il parle de comment il a tué de vraies personnes. Il va finir dissous, façon squelette.

Tristesse. Quand Jones se fait congédier et qu'il erre en dans la ville pendant que le grand méchant continue son vilain plan. Le père est hospitalisé, on s'inquiète, on dit que c'est fini, il semble mort. Le virus menace de s'en prendre à la fille de Frank.

VOCABULAIRE

Langage classique. Fond sonore plutôt bruyant, avec musique hip-hop. Quelques dialogues vulgaires ("mon école était une vraie merde, je l'avais dans le cul. Débile. La ferme. Je bouffe. Nous allons crever. Pauvre conne").

Commentaires. Malheureusement quelques gags autour du cul qui gratte ou des pets. Pourtant un film intéressant qui nous présente ce qui se passe dans le corps, dans une version anthropomorphe, avec des globules ou autres petites choses internes qui nous sont montrés très vivantes (l'enfant a intérêt à saisir le deuxième degré, l'idée d'avoir une véritable ville en soi est plutôt étrange). Une violence certaine qui n'est pas pour les plus jeunes.

Thèmes. Santé. Anatomie. Relation au père. Deuil. Responsabilité. Égoïsme. École. Drague. Malbouffe.