Quels films pour nos enfants ?Quels films pour nos enfants ?

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

Ma vie de courgette

MA VIE DE COURGETTE

Sans dégâts dès : 6 ans - Âge conseillé : 7 ans

 

DUREE
66 minutes.
MONTAGE

Film en stop-motion de 2016. Un style particulier, beaucoup de poésie artistique, mais qui pourra rebuter les plus de 12 ans qui aiment d'autres styles. On voit bien la texture des décors bricolés. Ellipse, parfois alimentée de dessins pour montrer le temps qui a passé.

MESSAGE

Abandon. Enfants qui n'ont plus leur parent pour différentes raisons. Ils sont tous en souffrance affective. La fin du film doit sécuriser l'enfant qui doit comprendre que quel que soit son défaut, on ne l'abandonnera pas (l'abandon n’est pas lié à l'enfant, mais au problème d'un parent).

Misère sociale. Des vies difficiles d'enfants. Ces choses sont compréhensibles par les adultes, pas vraiment par les jeunes spectateurs qui sont bien protégés par un réalisateur qui n'a pas voulu les heurter, mais les thèmes durs ne sont pas escamotés. Différentes problématiques familiales dures (abus sexuel d'un père. Petite fille qui a vu son père tuer sa mère et se suicider. Enfant dont la mère est psychiatrisée, avec différents tocs. Parent braqueur en prison. Mère renvoyée en Afrique. Parents toxicomanes. Mère alcoolique).

Protection. Les enfants avec une problématique familiale qui met en danger leurs développements ont besoin de protection. Le foyer est fait pour cela.

Reconstruction. Enfants qui peuvent bénéficier d'un endroit où ils peuvent se reconstruire après avoir vécu un moment difficile. L'amitié, le lien à l'autre permettent de mieux se sentir. Espoir. Même des situations lourdes peuvent bien se terminer.

Foyer d'accueil. On découvre, plutôt bien représenté, le quotidien d'enfants dans une institution. Pour une foi, ce n'est pas l'orphelinat avec une vilaine directrice. Les éducateurs veulent bien faire leur travail. On voit bien les liens entre les jeunes. L'école peut se dérouler à l'intérieur. Famille d'accueil. C'est ici quasiment une adoption, avec un policier qui décide de prendre 2 enfants chez lui, et qui va les considérer comme ses enfants. En cas de manque, un substitut parental est nécessaire (mais le manque peut apparaitre n'importe quand).

Importance de la parole. C'est entre pairs que les enfants tentent de dépasser leurs malaises. On entend Courgette dire à son nouvel ami qu'il croit qu'il a tué sa mère, mais qu'il n'a pas fait exprès. On le voit aussi écrire des choses au policier avec qui il a tissé un grand lien (écrire sur sa vie, ses rêves).

Amour parental. Un amour important pour l'enfant. On voit bien le manque affectif de ces enfants qui n'ont plus de parents. Le bisou de l'éducatrice avant de s'endormir n'est pas de trop. Les nouvelles des proches sont nécessaires, on voit la souffrance d'un Simon qui reçoit un mp3 plutôt qu'une lettre. "Il n'y a plus personne pour nous aimer".

Intégration. Difficile d'arriver dans un nouveau lieu. Devoir faire face aux anciens et aux moqueries. Chacun règle son arrivée à sa manière (ici on verra en s'affirmant ou en se montrant conciliant).

Importance du lien. Les humains ont besoin des autres. Créer des amitiés. Se sentir utile, aimer, ça permet de mieux se sentir. Ne pas oublier ses amis.

Jeu. On voit que les enfants apprécient jouer (dessin, cerf volant, tour avec des cannettes, sortie à la neige avec luge et bonhomme de neige, boum). Importance du plaisir.

Intérêt à l'autre sexe. Camille dit à Courgette qu'elle ne dormait pas quand il lui a fait un bisou (ce n'est pas toujours clair comment l'autre nous apprécie). Ils allaient s'embrasser quand la tante est venue chercher Camille.

Sexualité. Un thème qui intéresse les enfants qui se questionnent sur ce que font les adultes. Si le plus grand a eu accès à des cassettes sans vraiment tout comprendre, il explique les choses à sa manière et on voit que ces petits comprennent ce qu'ils peuvent. Une femme trompée parle des poules de son mari. Femme habillée plutôt vulgairement (la tante de Camille donne cette impression).

Mort. Difficile pour un enfant de comprendre la mort et aussi difficile pour un adulte d'en parler à l'enfant. Les mots peuvent-ils être justes ? Pour expliquer la mort de la maman, Courgette entendra « Elle est partie ta maman » ou « Elle est partie au ciel ». Deuil. L'absence, le lien avec les autres, assumer de revoir l'endroit où le drame s'est déroulé, tout cela permet de se reconstruire (mais le film ne fait pas beaucoup intervenir d'autres choses, on voit que le sujet est compliqué).

Arme. Danger de l'arme à feu. Même si on peut frimer dans un jeu de tir en maîtrisant l'utilisation de l'arme, ce n'est pas forcément conseillé pour un enfant. Camille dit que c'est son père qui lui a appris (et c'est ce père qui a tué un jour la mère avec une arme).

Alcool. On repère que la mère a un souci d'alcool. Cela peut rendre violent.

Agressivité. On peut avoir un parent agressif. On peut être un enfant sensible et avoir des comportements agressifs (comme Simon).

S'affirmer. Exemple de Camille qui ne se laisse pas faire, qui a de la répartie. Tenir tête à l'autre. Elle parviendra, avec l'aide de Simon, à montrer que sa tante n'est pas sincère quand elle dit l'aimer.

Don de soi. Laisser ses amis partir, même si on doit souffrir de ne plus pouvoir rester avec eux, ne plus le voir. Leur faire comprendre qu'ils ne doivent pas hésiter à pouvoir vivre leur bonheur.

Solidarité. Dans l'adversité, il faut se serrer les coudes (jusqu'à la grève de la faim). Cafeteur. Courgette ne va pas dénoncer son camarade, cela fait en sorte qu'il soit respecté.

Différence. Être amis avec des enfants qui sont tous différents.

Mémoire. Garder le souvenir de l'autre (Courgette cache une vieille canette de sa mère, le cerf volant où il avait dessiné son père). Vouloir garder une trace. Surnom. Vouloir garder le surnom donné par la mère défunte.

Naissance. On nous montre une éducatrice enceinte, les enfants réalisent bien que c'est en se mettant nu qu'un couple a fait un bébé. On voit le ventre rond de la mère. On voit le bébé.

Cupidité. Exemple d'une tante uniquement intéressée par l'argent qu'elle pourrait gagner en recueillant sa nièce.

Énurésie. Celui qui fait pipi au lit doit penser à aller aux w.c. avant le coucher. On voit qu'il peut se faire un peu moquer. Mais ce n'est pas montré comme une problématique énorme. Plutôt déculpabilisant.

Abus. Une des enfants a été abusée, mais ce n'est dit qu'à demi-mot. Elle va évoluer dans le lieu et l'estime d'elle-même (à la fin, elle ne se cachera plus derrière ses cheveux, acceptant de montrer sa cicatrice).

Changer de futur. Réaliser que ce qui se passe va permettre de changer un futur qui aurait pu être compliqué (Courgette s'imagine aussi buvant de la bière avec sa mère si elle avait continué d'être vivante). La vie est dure, mais on va de l'avant et on peut avoir une meilleure vie.

SCENES DIFFICILES

Mises en danger. On craint la réaction de la mère qui crie, s'énerve sur son enfant. On l'entend monter à l'étage en disant que ça va faire mal, on craint qu'il reçoive une dérouillée, elle monte une échelle, l'enfant referme la trappe sur la tête de sa mère, on ne l'entend plus, on imagine bien qu'il s'est passé quelque chose de grave.

Malaise. On voit un enfant vivre dans un endroit sale, avec canettes sur le sol. Courgette craint d'être abandonné une seconde fois, il dit au policer qui vient de voir souvent qu'il craint qu'il ne revienne plus. Des enfants se lèvent en pleine nuit pour aller lire un dossier d'une camarade, lampe de poche, on pourrait penser qu'ils risquent des problèmes. Les enfants sortent en pleine nuit et vont dehors, cassent de la glace (on pourrait craindre quelque chose, mais non), ensuite, ils vont faire les fous au dortoir en y amenant des boules de neige (on pourrait craindre la réaction punitive des éducateurs, mais non).

Tristesse. Pauvres enfants démunis et sans parents. Ils font parfois de la peine. On sent Courgette mal, il est seul, il pleut dehors, il vient de faire une grosse bêtise. Courgette qui dit qu'il n'a pas fait exprès de tuer sa mère à un copain. Béa pathétique qui sort de la maison à chaque fois qu'elle entend une voiture en espérant que c'est sa mère. Ahmed qui croit tout ce qu'on lui dit, qui se fait traiter de menteur par une mère qui croit qu'il a volé les lunettes de ski de sa fille. Le policier dit qu'il ne voit plus son fils, on le sent bien seul chez lui. Camille doit partir avec sa tante, Courgette se retrouve sans son amie. Camille est traitée de trainée par sa tante. Les deux enfants quittent le foyer à la fin, en laissant les copains.

Maltraitance. Des moments d'agressivité. Celui de la mère de Courgette, alcoolisée au début du film, qui veut le taper. Les moqueries, dénigrement de Simon, le grand du foyer qui veut être le chef et n'hésite pas à prendre les objets précieux de Courgette, il ne le laisse pas dormir une nuit, il lui enlève sa chaise quand il veut s'assoir, lui donne le surnom de patate.

VOCABULAIRE
Classique.

Commentaires. Un film visible par des petits, un film intéressant sur des situations familiales compliquées. Rarement des thèmes aussi durs auront pu être mis en scène pour de jeunes enfants. Si vous voulez le montrer à un enfant de moins de 10 ans, l'accompagnement est vraiment conseillé, il peut susciter beaucoup de questions.

Thèmes. Abandon. Protection. Foyer. Amour parental. Intégration. Jeu. Intérêt à l'autre sexe. Sexualité. Mort. Deuil. Arme. S'affirmer. Alcool. Maladie psychique. Abus. Espoir. Police. Poétique.

.