Quels films pour nos enfants ?Quels films pour nos enfants ?

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

Jack et la méchanique du coeur

JACK ET LA MECANIQUE DU COEUR

Sans dégâts dès : 9 ans - Âge conseillé : 10 ans

 

DUREE
94 minutes
MONTAGE

Film en images de synthèse de 2014. Si l'animation est bien travaillée, les visages des personnages sont un peu statiques. Beaucoup d'ellipses (pas toujours explicites), effet de films en noir blanc, flash-back, moments rêvés, histoires dans l'histoire. Un montage plutôt complexe, tout cela n'est pas toujours facile à saisir pour les plus jeunes.

MESSAGE

Rapport amoureux. Le coeur qui bat fort quand on est amoureux, le temps suspendu, donner la clé de son coeur, un film qui permet de saisir comme on peut vibrer fort, mais aussi comme on peut souffrir lorsque l'on tombe amoureux. Les personnages ont tous leur histoire d'amour, besoin d'avoir un enfant, frustration d'avoir été abandonné par une femme, attendre l'amour d'enfance. On vit notre rapport amoureux en lien avec ce que le parent nous a transmis. L'amour peut être dangereux. La mère adoptive martèle bien ce message, l'amour peut être souffrance, avec le manque, la jalousie, et même la mort. Face à la souffrance, on peut vouloir ne plus rien ressentir. L'amour peut générer de l'agressivité. On va bien réaliser, avec ce film, que c'est la peur de la perte de l'être aimé qui va rendre Joe agressif. Risque de passions destructrices.

Surprotection maternelle. La mère protège le petit au début de sa vie, et ce n'est pas évident pour elle de le laisser partir, mais ce n'est que libéré de la mère que l'enfant peut aller vivre l'amour. La mère transmet des règles que l'enfant va intégrer pour éviter les problèmes de la vie, mais ce ne sera pas facile pour lui d'atteindre la véritable autonomie.

Être soi-même. Si nos parents nous guident vers l'âge adulte, il faut un moment parvenir à s'en séparer si l'on veut pouvoir être soi-même. Autonomie.

L'émotion, expression des sentiments. Un film qui va faire en sorte de nous présenter une émotion visuelle. Surtout axé sur l'amour, le sentiment de bonheur va faire apparaître quelques intéressantes représentations animées. La colère, avec les épines et aussi bien mise en valeur.

Ouverture sur l'autre. Ne pas rejeter ceux qui sont différents, ne pas les considérer comme des bêtes de foire. Accepter tout le monde, qu'il soit sans-papier ou prostitué, tout le monde a le droit à être bien traité. Handicap. Connaître son handicap, pouvoir s'en faire un atout pour approcher l'autre.

Prendre soin des autres. Une personne dévouée aux autres, elle soigne les malades, adoptera un enfant, s'occupe des prostituées. Don de soi. La mère va jusqu'à se sacrifier pour sauver son enfant.

Revalorisation du cinéma. On nous montre un sympathique Georges Méliès bien motivé à offrir au monde une nouvelle façon de ressentir les choses, à travers ses films.

Dominer en figeant le temps. Pour garder le pouvoir, on n'apprécie pas le changement, on n'accepte pas les nouveaux. Critique de l'ancien qui est là depuis longtemps et qui use de son pouvoir pour dominer les autres.

Harcèlement. Violence à l'école. Un film qui permet de discuter ce qui peut se passer dans la cour de récréation, avec un grand qui prend Jack comme bouc émissaire, les maltraitances d'enfants. L'école ne fait pas envie, endroit morose et même dangereux où on ne se fait pas d'amis.

Gothique. Des ambiances qui peuvent être sombre et dans un style gothique.

Adoption. Les femmes ne peuvent pas toutes avoir un enfant, cela peut être source de souffrance, mais on peut adopter.

SCENES DIFFICILES

Mise en danger. Oiseau qui doit éviter la glace qui envahit tout, il finira quand même mort gelé. Glace qui parvient à entrer dans la maison et qui se rapproche du bébé. Beaucoup de moment où Jack transgresse les lois qui régissent sa vie, il se met ainsi en danger, et l'on peut croire à différents moments qu'il est proche de la mort (son coeur horloge fume, perd des pièces, on le voit tomber à terre). Bagarre, Jack se fait étrangler par Joe qui tente aussi d'atteindre son coeur (finalement l'oiseau coucou va sortir et crever l'oeil de son agresseur, petite goutte se sang sur Jack). Scène dans un train fantôme, avec personnage attaché sur une table qui se fait étirer les membres, mains squelette, crânes, ambiances étranges (mais cela reste attractions de fête foraine en toc). Histoire des parents de Miss Acacia, sans-papiers, qui ont été dénoncés, et qu'elle ne reverra jamais.

Peur. Personne sombre dans le train, on ne le connaît pas, il a un couteau, on va saisir que c'est Jack l'Éventreur qui va commencer à poursuivre notre héros, on craint pour sa vie, couteau lancé, vitre cassée, effets stressant avec un espace entre les wagons qui bouge beaucoup, il se cache sous un siège.

Malaise. On ne saisit pas pourquoi la maman abandonne son bébé au début du film, après avoir difficilement gravi une montagne de neige, on la voit pleurer. Des policiers viennent arrêter Jack, il doit quitter sa maison, fuir le pays. Ne pas oser avouer son amour. Le retour de Joe, au moment où tout semblait devenir heureux, toujours aussi impassible et dominateur, il parvient à séparer les deux amoureux. Temps stressant quand il faut se dépêcher pour sauver Jack qui n'a plus sa clé pour remonter son coeur, les personnes se croisent, et Miss Acacia voit le train partir juste devant elle.

Tristesse. Histoire de Roméo et Juliette revisitée, où les amoureux finissent séparés, l'un plongeant dans un abîme, son casque rempli de larmes et l'autre enfermée dans son coquillage. Dispute et séparation des deux amoureux. Se sentir rejeté. On apprend la mort de la mère adoptive de Jack en prison. Désespoir de Jack devant la tombe de sa mère, on le voit pleurer, tomber gelé dans la neige, on a le sentiment qu'il ne veut plus vivre.

Maltraitance. Souffre-douleur de Joe qui donne des claques, lui impose d'être l'objet des autres qui peuvent s'amuser avec son coeur (scène dure de maltraitance à l'école).

Étrangeté. Le monde forain est peuplé d'êtres étranges. Femme avec sa tête qui est un ballon, personnage à grosses oreilles, femme à deux têtes, être soleil, vieille femme squelettique et fumeuse.

Vision adulte. Les deux femmes qui habitent dans la maison de l'accoucheuse ne sont pas clairement montrées comme prostituées, mais on peut bien le deviner, par leurs accoutrements racoleurs ou un sous-entendu par rapport à un client (elles renvoient finalement une image sympathique de ces femmes). Pas facile à saisir, dans l'animé, que la mère qui abandonne Jack est aussi une de ces femmes. L'enfant risque de ne pas trop se poser de questions.

Santé. Personne qui fume.

VOCABULAIRE
Classique, beaucoup de chansons (pas toujours en français). Il peut y avoir des moments avec un grand flux de parole. Le doublage peut être étonnant, un enfant avec une voix d'adulte, des personnages qui ont quasiment la même voix, des tons pas toujours convaincants (les chanteurs ne sont pas tous comédiens).

Commentaires. Un film sur l'amour, qui n'est pas spécialement pensé pour les enfants (et pour ceux qui ont aimé le livre de Malzieu, le film n'a pas exactement le même scénario). La fin est ouverte, on n'explique pas vraiment ce que veut dire ce temps qui s'arrête, et Jack qui monte sur des flocons (mais il y a beaucoup de chance que l'on imagine la mort pour un personnage). Bien intéressant si l'on veut parler des émotions et de l'amour. C'est un film qui peut marquer fortement un enfant, mieux vaut l'accompagner dans sa vision.

Thèmes. Amour. Surprotection. Autonomie. Handicap. Tolérance. Sacrifice de soi. Adoption. École. Harcèlement. Cinéma. Aider l'autre Gothique.