Quels films pour nos enfants ?Quels films pour nos enfants ?

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

Darby O'Gill et les farfadets

DARBY O'GILL ET LES FARFADETS

Sans dégâts dès : 3 ans - Âge conseillé : 9 ans

 

DUREE
90 minutes
MONTAGE

Film de 1959 avec quelques effets spéciaux surtout travaillant sur la création de moments avec de petites personnes. Certains effets sont plutôt désuets, mais les trucages sont en général bien réalisés pour l'époque. Flash-back.

MESSAGE

Travail. Importance de bien faire son travail, et quand ce n’est le cas, l'employeur peut nous renvoyer. Retraite. Après avoir toute sa vie fait l'intendant, Darby ne fait plus assez bien son travail, il est vieux et est renvoyé (on voit bien que ce n'est pas facile pour lui de laisser son travail, qu'il ne peut pas en parler à sa famille). Il va être remplacé par un homme plus jeune.

Cupidité. Danger de trop s'intéresser à l'or, en voulant trop d'or, de bijoux ou de voeux, on peut avoir des problèmes. Darby a failli rester coincé dans le monde des petits hommes.

Soucis financiers. En se retrouvant viré de son travail, un père tente de trouver le moyen de s'en sortir.

Intérêt à l'autre sexe. On voit bien qu'il y a une idylle naissante, avec deux jeunes qui dans un premier temps n'ont pas vraiment besoin de se mettre en couple, et petit à petit cela va fonctionner. Séduction. Avec la question de savoir qui va être celui qui demande le bisou.

Rôle de la femme. On nous montre surtout une demoiselle disponible pour l'homme (elle se permet même de se faire un peu désirer). Bien s'occuper de son père et penser au mariage à 20 ans, à 30 ans c'est plus compliqué et il ne faudrait pas finir vieille fille.

Relation au père. Importance du lien familial, on voit un père et une fille qui se soutiennent.

Don de soi. Sacrifice. Le père est prêt à mourir pour sauver sa fille, il accepte la mort à sa place.

Différence de classe. On nous montre un Lord à qui son sort du "votre honneur". On ne remet pas du tout en cause l'idée qu'il y a une noblesse ou des riches qui dominent (on veut au mieux au moins pouvoir les servir). Noblesse. On nous montre bien une hiérarchie sociale, le noble est celui qui a l'argent et qui peut aider à monter dans la hiérarchie.

Homme fort. Un vrai homme n'est pas une mauviette et sait se faire respecter (et au pire il file un coup dans la face de celui qui le cherche). Jouer au dur devant une femme. Combat. Ne pas hésiter à donner un coup pour montrer qu'on est le plus fort.

Ingéniosité. Darby est plutôt intelligent, il sait obtenir ce qu'il veut.

Alcool. On voit bien l'effet de l'alcool, avec un roi farfadet que l'on rend ivre pour réussir à l'arnaquer. On critique celui qui passe trop de temps au pub.

Lutin. Le monde des farfadets irlandais. On voit les pouvoirs de leur roi et le fait qu'en journée ils ne peuvent plus rien faire.

Religion. Qui aide l'église est absous de ses fautes (et peut ainsi offrir la mélodie du paradis, jusqu'au jour du jugement). On voit qu'un curé est dans le film et qu'il faut être attentif à ne pas perdre son âme dans ces histoires de farfadet qui sont proches du démon (et pour être sauvé, autant faire le bien et aller chercher une cloche pour l'église) (on parle de maudire jusqu'à la fin des temps) (Dieu vous bénisse) (que Dieu nous aide).

Musique. On voit le plaisir que la musique peut engendrer. Le violon peut aussi envouter les lutins qui sont trop pris par la musique.

SCENES DIFFICILES

Mises en danger. Darby qui tombe dans un puits à cause d'un cheval effrayant, il se retrouve dans le monde du petit peuple et le roi lui dit qu'il ne sortira plus jamais de cet endroit. Michael McBride est assommé par Pony qui en plus tente de faire croire qu'il s'est alcoolisé. Katie va chercher le cheval en pleine nuit. Musique tendue lorsque Darby parle du vent de la mort, tonnerre et nuit, il dit qu'il s'est passé la même chose à la mort de sa femme, il craint pour la vie de sa fille, il tente de la retrouver et la découvre inconsciente au fond d'un ravin, on va la croire morte. Le père combat la mort pour la faire fuir, il lui lance sa lumière pour la faire exploser. La mort est derrière la porte, et elle est accompagnée du fiacre de la mort.

Malaise. Le père n'ose pas dire qu'il va perdre son travail, il ment à sa fille. Le père se fait avoir pour son deuxième voeu, il n'en lui reste qu'un. Le roi des elfes fait des menaces sur Katie si le père ne fait pas de troisièmes voeux. Katie fait partir le roi sans réaliser qu'elle vient de faire perdre un voeu à son père.

Tristesse. Katie est triste de quitter la maison. Le père accepte de se sacrifier pour sauver sa fille. On le voit s'envoler avec le fiacre, résigné, c'est triste.

Moquerie. Certaines personnes ne croient pas Darby, en renvoyant qu'à force de boire du whisky on dit n'importe quoi. Pony va quitter le village, il se moque une dernière fois de Darby.

Visuel effrayant. Une image étrange d'un cheval dans un effet en couleur négative (un tout petit peut être inquiet, mais ce n'est pas traumatisant). Une vision de la mort dans une apparence spectrale qui vole.

Santé. Pour gruger le roi des lutins, Darby est prêt à le faire boire toute la nuit.

VOCABULAIRE
Classique. Une petite chanson entrainante qui reste dans la tête.

Commentaires. Un début de film qui semble tout public, mais qui se permet une séquence plutôt effrayante pour un petit à la fin, avec la mort qui apparaît pour s'emparer de l'héroïne, avec son père qui tente de la sauver. Un film qui nous montre une image de la femme qui a surtout un beau sourire, qui sait bien s'occuper du ménage et fait bien à manger.

Thèmes. Lutin. Retraite. Travail. Soucis financiers. Cupidité. Retraite. Intérêt à l'autre sexe. Séduction. Relation au père. Don de soi. Différence de classe. Force. Musique. Religion. Alcool.