Des films pour les enfants, série adaptées à leurs âges

 
 

 

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

 

 

 

 

 

 
   

Brave Story

BRAVE STORY

Sans dégâts dès : 10 ans - Âge conseillé : 12 ans

DUREE
103 minutes
MONTAGE

Animé classique de 2006, avec parfois des incrustations en images de synthèse. Le film a quelque chose d'un jeu vidéo, avec des artefacts à récupérer pour atteindre le dernier niveau. Ellipses, on voit le héros vivre des aventures, découvrir des endroits merveilleux en très peu de temps. Différents retours en arrière. Un film qui semble avoir du mal à gérer le temps. Peut-être que résumer tout le scénario de Brave Story en un film était trop compliqué.

MESSAGE

Quête initiatique. Mitsuru tente de découvrir la bravoure, la sagesse, la vigueur, le bonheur, mais il doit avant tout accepter sa condition... Pour cela, il doit s'embarquer dans une aventure, avec son épée de héros.

Intégration. Pour bien fonctionnner, il faut se sentir intégré dans des groupes, lier contact avec des personnes et aider les autres.

Problématique du divorce mal vécu. Éclatement familial. Le héros voit son père le quitter, lui et sa mère, pour aller vivre avec une autre femme. La mère en est tombée malade.

Héroïsme. Honnêteté envers soi-même et envers les autres, courage amitié. Défendre la justice.

Suivre la bonne voie. Rencontre d'un autre jeune qui comme lui est entré dans le monde magique, mais qui va suivre le côté obscur, qui n'hésite pas agresser les autres, à générer la guerre, pour arriver à ses fins. Mitsuru a tellement souffert qu'on peut être empathique, mais cela n'excuse pas ses crimes. Intéressant personnage que nous propose ce film qui ne glisse pas dans le manichéen.

Physique. Être bon ou méchant n'est pas en lien avec l'apparence, on verra des beaux méchants, et des gentils à l'allure de monstres. Obésité. Une princesse est obèse, on ne fait pas de discrimination autour du physique comme c'est souvent le cas dans les films pour enfants.

SCENES DIFFICILES

Mises en danger. Le héros va devoir subir beaucoup de choses : il sera accusé de vol et enfermé par erreur, presque noyé par un monstre tentaculaire, agressé par une image agressive de son père, il devra se combattre lui-même.

Visuel effrayant. Différents monstres peuvent apparaître durant tout le film (un petit chien dont la gueule s'ouvre en quatre parties, un énorme monstre aquatique, apparition d'un dragon, sorte d'ombres qui détruisent la ville). Les humains peuvent être fourbes, agressifs.

Beaucoup de scènes sombres, de nuit. D'ailleurs la première scène se passe presque dans le noir, avec deux enfants qui recherchent des fantômes dans une maison hantée. On ne comprend pas bien ce qui se passe quand surgit un personnage étrange. Le passage entre les deux mondes est étrange, sombre, on ne sait pas où Mitsuru va devoir aller, ce qui va lui arriver, tout est étrange.

Tristesse. L'abandon du père, l'hospitalisation de la mère sont des moments difficiles pour le héros, mais ce n'est rien par rapport aux autres personnages dont les parents sont morts ou dont la petite soeur à été tuée. La fausse mort de Yatsu. La vraie mort de Mitsuru.

VOCABULAIRE
Classique. Les voix de la version française font très enfantines.

Commentaires. Difficile de dire pour qui a été pensé ce film dont l'apparence pourrait être un film pour enfant avec beaucoup de personnages mignons, mais avec une histoire trop complexe pour eux. Pour des 12-16 ans, je suppose.

Thèmes. Quête initiatique. Divorce. Héroïsme. Apparence. Obésité. Intégration.