Quels films pour nos enfants ?Quels films pour nos enfants ?

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

Baby Boss

BABY BOSS

Sans dégâts dès : 7 ans - Âge conseillé : 8 ans

 

DUREE
97 minutes
MONTAGE

Film en images de synthèse de 2017. Effet d'ellipse complexe où l'appartement se transforme à cause du bébé, mais c'est présenté comme une forme de jeu imaginaire. Rythme qui peut être rapide. Tim avec une voix adulte est le narrateur de l'histoire, on comprend à la fin du film qu'il raconte cette histoire à sa fille pour qu'elle n'ait pas peur du nouveau bébé qui va arriver.

MESSAGE

Naissance. Il ne faut pas s'imaginer découvrir comment on fait des bébés (ici c'est une usine qui les envoie sur terre, déjà avec lolettes. Par contre le film traite bien de l'impact de l'arrivée du bébé dans une maison. Le bébé est présenté comme le Boss qui gère son monde et met les parents à sa botte). Doudou. Importance du doudou, même à 7 ans.

Amour parental. On fait croire que l'amour est limité à un quota, et qu'il ne peut pas être augmenté. Si l'enfant peut craindre que l'amour des parents ne puisse pas être partagé, on nous dit bien à la fin du film qu'il y en a assez pour tout le monde. On nous montre des parents qui sont attentifs à leur bébé.

Fratrie. Avoir un petit frère, et ajouter l'amour fraternel à l'amour parental. Crainte de l'enfant qui va avoir un petit frère (non, on ne risque pas de se faire renvoyer de sa famille, on vieillit ensemble, on reste toujours frère et c'est bien). Jalousie. On voit que l'attention des parents se centre sur le bébé. Tim devient jaloux de l'attention des parents qui ne sont plus capables de lui dire bonne nuit tellement ils sont fatigués. Craindre perdre l'amour des parents, craindre se faire renvoyer de sa propre famille. C'est en fonctionnant avec son petit frère, qu'il va petit à petit s'attacher à lui et l'apprécier.

Coopération. Si au départ les deux frères travaillent ensemble pour mieux pouvoir se séparer, ils vont finalement ainsi créer des liens et s'apprécier (l'objectif principal n'est pas toujours l'unique résultat d'une coopération).

Foyer. Importance de faire partie d'une famille. Baby Boss réalise petit à petit qu'il se plaît dans sa famille, plus que de rester dans son entreprise.

Mignon. Une guerre du mignon entre les bébés et les chiots (parce qu’on craint qu'il n'y ait plus assez d'amour à donner).

Travail. On nous donne ici l'idée de ce que peut être une entreprise, et si au début du film le travail semble être le plus important, la vie de famille va prendre le dessus (nous sommes dans le thème du travail monopolisant, mais pour une fois ce n'est pas le parent qui est trop obsédé par sa soif de réussite). Vouloir être performant dans une entreprise, vouloir une promotion. Une certaine critique de comment on peut être formaté pour le travail dès son plus jeune âge. Exemple de chef agressif qui veut des résultats concrets. Monde de l'entreprise, avec réunion, mémo, ... Argent. Le bébé semble vouloir résoudre les choses avec de l'agent (quand Tim est triste, il lui propose des sous. Quand il craint traverser il lui donne des sous pour payer l'amende. Il donne de l'argent à sa nièce pour qu'elle aille acheter un cheval) (l'adulte peut sentir que c'est une critique de l'argent utilisé comme moyen, pas certain que l'enfant le saisisse).

Chien. On parle des mignons petits chiens, mais dans le film, on se moque un peu de ceux qui recherchent le mignon dans le chien. Le must pourrait être un chiot éternel, un chien mignon pour toujours parce que bébé pour toujours (même si c'est de la fiction, certains animaux actuels ont ce type d'apparence).

Dispute. Il faut faire attention à ce que l'on dit quand on est fâché, on risque de blesser l'autre "j'aurais préféré que tu ne sois jamais né".

Jeu symbolique. Tim est dans le jeu symbolique. On le voit parler avec ses jouets qui peuvent aussi lui parler, il transforme son environnement pour y vivre des moments qu'il se sent gérer, avec la complicité de son frère. Imagination.

Espionnage. Il y a parfois des moments qui ressemblent à des films d'espionnage, avec Tim déguisé en ninja qui a tenté d'espionner son frère, tentative d'effraction. On voit le bébé créer une conférence pour expliquer le problème à ses partenaires.

Obésité. Un des bébés est très dodu, on le montre souvent un biscuit à la main ou voulant en manger.

Injustice. On peut se faire remplacer dans une entreprise, et souffrir lorsque l'on se fait renvoyer. Genèse de la méchanceté. On nous montre bien que c'est le besoin de revanche, une souffrance qui peut provoquer des sentiments agressifs (mais aussi l'éducation).

SCENES DIFFICILES

Mises en danger. Tim, qui voulait remettre une preuve à ses parents, doit faire face à des bébés qui veulent l'en empêcher (le moment où il réalise cela est plus stressant que la séquence de confrontation). Les deux petits craignent qu'Eugène se montre agressif, il se dirige vers eux en grognant, relève une manche. Certains moments comiques sont des moments qui sont dangereux pour un bébé (par exemple se faire envoyer à travers une fenêtre, descendre les escaliers). Tenter d'atteindre les parents et être poursuivi par Eugène, il y a un rythme rapide, Tim tombe dans le vide, se raccroche d'une main et tient son frère de l'autre main. Le bébé risque d'être envoyé dans l'espace avec une fusée, il n’ose pas sauter dans les bras de son frère et pleure.

Malaise. Sonnerie de téléphone étrange à l'étage du dessus, Tim se rend vers la chambre de son petit frère dans une atmosphère sombre. Sous forme d'humour, Tim se sert d'un pistolet à ventouse pour tirer sur son petit frère, un bébé sous ses ordres fait comme s'il se sacrifiait pour l'empêcher d'être tué en se mettant devant et en prenant toutes les flèches. Baby Boss descend l'escalier en roulant avec ton trotteur et semble finir à l'extérieur sur la route. Le bébé prend le doudou de Tim en otage et menace de le trouer, sa tête finit par se détacher. Injustice, quand la cassette est détruite et que les parents se retrouvent déçus de son comportement anti-frère et le punit. Parodie d'un emprisonnement, avec Tim qui se voit en prison, qui parle de son point de rupture. Entrer dans une zone interdite d'un bâtiment, rechercher des dossiers dans l'obscurité. Baby Boss est privé de son lait spécial, il risque de devenir un vrai bébé, perdre sa conscience adulte. Les deux enfants tentent de rattraper ses parents, mais ils partent devant leur nez, suite à cela, les enfants se critiquent et finissent fâchés. Il y a différents moments tendus où le bébé reperd sa personnalité. Ils ont peu de temps pour arrêter le compte à rebours de la machine à créer des chiots. Baby Boss semble partir de la maison à la fin du film, c'est un peu triste.

Visuel effrayant. Avec ses lunettes spéciales, Tim voit tout en vert, et voit des bébés difformes, fantomatique, rapides (bref étranges) dans la maison

Moquerie. Les bébés sont encore des petits, et lorsqu'ils font une réunion, Baby Boss ne pas être content de leur performance, on se moque un peu de leurs bébés attitude. On se moque d'Eugène, un adulte qui semble avoir un handicap (ne semble pas savoir parler, à la fin on entend une voix presque féminine), c'est le frère du méchant qui est à son service, il vomit dans les W.C et on l'y coince.

VOCABULAIRE
Classique.

Commentaires. Le film est tout mignon, mais mieux vaut avoir le sens du deuxième degré, un enfant trop jeune risque de ne pas comprendre l'humour de ce bébé déjà tout formé qui parle et qui joue au chef en toute conscience. Il y a des scènes un peu stressantes qui ne sont pas adaptées aux touts petits et l'humour est presque plutôt pensé pour les adultes. Le film saura plaire à toute la famille, même si des gags risquent d'être compris uniquement par les parents (parodie de la scène de la statuette d'Indiana Jones, la musique de l'homme qui valait trois milliards, ou de mission impossible).

Thèmes. Bébé. Naissance. Amour parental. Travail monopolisant. Fratrie. Jalousie. Coopération. Foyer. Mignon. Travail. Argent. Chien. Dispute. Jeu. Imagination. Injustice.