Des films pour les enfants, série adaptées à leurs âges

 
 

 

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

 

 

 

 

 

 
   

Arrietty, le petit monde des chapardeurs

ARRIETTY, LE PETIT MONDE DES CHAPARDEURS

Sans dégâts dès : 5 ans - Âge conseillé : 7 ans

DUREE
94 minutes
MONTAGE

Film d'animation de 2010, d'une bonne qualité graphique, on joue avec les couleurs et on sent facilement les gouttes de pluie. Le réalisateur nous montre les scènes du point de vue des chapardeurs, il joue avec les effets de tailles pour faire comprendre que les chapardeurs sont petits. Ils font aussi ressortir les sons, avec des bruitages plus présents que d'habitude. Rythme qui n'a pas besoin de jouer avec le trépidant et qui s'offre des moments de contemplation.

MESSAGE

Discours écologique. Thématique d'une espèce en voie d'extinction, avec la critique que ce sont les humains qui prolifèrent au détriment des autres espèces, à cause de ce qu'ils font à la nature. On nous montre la beauté de paysages naturels. Ode à la nature, beaucoup de verdure, de petits insectes.

Famille. On revalorise le père qui est montré comme celui qui gère la famille, qui est capable de prouesses pour apporter les trésors de la maison et la nourriture, il est assez caricatural dans son mutisme à la japonaise. La mère s'occupe du foyer, avec la nourriture, la couture ou le linge, elle est montrée comme angoissée, s'évanouit facilement, avec de la peine à laisser sortir sa fille (le père va d'ailleurs proposer à sa fille à ne pas raconter à la mère ce qui s'est vraiment passé durant leur expédition pour ne pas lui donner des craintes supplémentaires). Elle est faible et on la voit dormir pendant que le père travaille. Critique des parents divorcés de Shô qui ne s'inquiètent pas de lui et qui sont carriéristes au point de le laisser seul juste avant son opération.

Maladie. Un enfant malade, qui doit subir une opération, devrait avoir l'attention de sa famille. Nécessité d'avoir des liens.

Fille forte. Exemple d'une jeune fille curieuse, entreprenante. Elle veut tenter sa propre approche de la vie, mais reste bien fidèle à ses parents.

Critique de principes figés. Les règles ne vont pas permettre à Arrietty de fréquenter le jeune humain. Même si on réalise finalement que ce principe de protection n'existe pas pour rien, et que la famille est vraiment en danger et doit quitter sa maison.

Importance de la vie. Le jeune Shô semble résigné à mourir, presque désabusé de la vie. Il retrouve de l'intérêt à vivre grâce à la jolie Arrietty. Il a besoin de pouvoir aider, de se sentir important et fort.

Importance de pouvoir se dire adieu. Quand on quitte quelqu'un que l'on apprécie, on est triste. Mais on peut ensuite trouver une autre personne sympathique et oublier sa tristesse.

Aucune critique du vol. C'est même l'unique moyen de subsistance des chapardeurs, qui prennent ce qu'ils ont besoin aux humains. Après on doit aussi considérer que beaucoup de choses sont récupérées, et que ces petits êtres ont une grande capacité à recycler les choses.

Chacun dans son monde. Il peut exister une grande amitié entre deux personnages totalement différents, mais à la fin c'est quand même chacun à sa place.

Méchant limité. Plutôt subtile, l'introduction de Haru la vieille servante. Ce "méchant" personnage, qui loin d'être le mal incarné, est surtout une femme simple qui trouve enfin les petits êtres qui volaient dans sa maison et qui veut s'en débarrasser. Les plus jeunes pourront avoir de la peine à saisir ses motivations.

SCENES DIFFICILES

Mises en danger. Un véritable tremblement de terre, avec la maison des Chapardeurs qui est découverte, on ne sait pas par qui, on ne voit que les grosses mains qui semblent s'attaquer à la cuisine, frayeur de la mère, inquiétude du père et de la fille quand ils n'arrivent pas à entrer dans la cuisine bloquée. Gros insecte qui fait évanouir la mère. Quelques moments vertigineux, quand on voit les chapardeurs marcher sur des marches en clous en hauteur. Moment suspendu quand l'humain voit la chapardeuse. Le chat peut apparaître agressif, on le voit tenter d'attraper Arrietty au début de l'animé, toutes griffes dehors quand il est freiné par le soupirail. Dans un autre moment, on le voit tranquillement ronronner puis il montre en nous faisant sursauter sa grande gueule agressive. Un corbeau fonce contre Arrietty, percute la fenêtre et se coince contre la moustiquaire. Grand ramdam qui est dangereux pour Arrietty qui risque de tomber du haut de la maison.

Malaise. Certains bruits du quotidien deviennent inquiétants lorsque l'on voit le monde avec les oreilles des chapardeurs. Le chat et un raton laveur apparaissent dans la nuit avec leurs yeux jaunes et rouges. Haru est une servante qui va enfermer la mère d'Arrietty dans un bocal comme un simple animal (moment d'angoisse pour la mère qui tente de fuir et se fait attraper).

VOCABULAIRE
Classique. La musique est d'orientation celtique.

Commentaires. On n'est pas forcément objectif parce qu'on aime vraiment ce que font les Studios Ghibli, mais loin de la frénésie de certains films d'animation, celui-ci propose de purs moments de poésie. Un film à goûter en famille (mais certaines scènes peuvent effrayer).

Et encore, ici les films du studio Ghibli déjà référencés sur le site.

Thèmes. Asie. Écologie. Femme revalorisée. Famille. Estime de soi. Aider l'autre. Différence. Asie. Maladie. Protection parentale.