Des films pour les enfants, série adaptées à leurs âges

 
 

 

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIE

 

LES LIENS

 

 

 

 

 

 
   

alice au pays des merveilles

ALICE AU PAYS DES MERVEILLES - BURTON

Sans dégâts dès : 11 ans - Âge conseillé : 12 ans

DUREE
109 minutes
MONTAGE

Film avec beaucoup d'images de synthèse de 2010. On découvre Alice enfant qui se plaint de cauchemar, puis une ellipse nous emmène 15 ans plus tard, dans une Angleterre qui veut la marier. Elle va retomber dans le trou et dans le pays des "merveilles" il y a perte des repères, de nombreux effets spéciaux impressionnants (en dehors de quelques maladresses autour de Ilosovic Stayne, le valet de coeur qui en synthèse est parfois mal réalisé). C'est important de connaître la première histoire, car celle-ci est la suite et pas un remake. On y fera référence, avec un petit retour en arrière avec Alice enfant.

MESSAGE

Affirmation de soi. Importance de l'étincelle au fond de soi. Avoir une force intérieure qui nous permet de nous positionner, de nous affirmer, d'oser. Penser différent. Aller à l'encontre des règles établies (quand elles sont stupides). On n'est pas obligé de suivre le chemin, on peut aussi le faire.

Quête identitaire. Question existentielle "Suis-je la bonne Alice?". Avec un embryon de réponse, nous ne sommes pas une personnalité construite une fois pour toutes, nous évoluons dans l'expérience. Il y a plusieurs Alice possibles, c'est à nous de faire le choix de ce que nous voulons devenir.

Amour. La jeune fille face aux avances, qui doit pouvoir se positionner contre son mariage arrangé. La jeune fille prise dans des jeux de relations malsaines, en refusant les avances du valet de coeur, il la fait condamner par la reine en prétendant qu'elle tente de les séparer. Une ambivalence amoureuse, entre Alice et le Chapelier qui lui demande de rester. On a ici une ode à l'abstinence tant que l'on n'es pas certain du bonhomme.

Importance de la liberté. Critique des familles qui veulent imposer des choses à leur enfant (ici ce sont des règles de société, comme le corset, ou un mariage arrangé).

Importance de la transmission familiale. Alice est comme son père, elle en a hérité les qualités, elle se sent porteuse de son message, elle va d'ailleurs continuer son travail, en osant même aller plus loin.

L'apparence. Un thème bien présent chez Burton qui a souvent été du côté des personnes différentes. Ici c'est moins clair, la reine de coeur, avec sa grosse tête infirme déteste sa jolie soeur qui a toujours tout pu avoir avec ses clignements de cils. Le prétendant d'Alice, qui se fera remballer, est un moche rouquin. On glisse dans une critique du laid, du handicap, mais ce monde est aussi constitué de fou, de monstres ou de laid qui font partie des gentils, ça peut compenser. Alice est toujours dans ce temps où elle n'a pas la bonne taille. Trop grande ou trop petite, avec des habits qu'elle doit sans cesse changer. Métaphore d'un état pas encore adulte, d'une position inconfortable. Jusqu'au moment où elle ose se positionner, qu'elle est reconnue dans le monde de l'adulte où elle peut aller discuter boulot. Jumeaux. Tweedledum et Tweedledee. Excentricité. Personnages qui sortent de l'ordinaire.

Intrigue pour le pouvoir. La guerre autour d'un problème de succession, elle est ici entre deux soeurs. Pour rallier les gens à sa cause, la reine de coeur inspire la crainte plutôt que l'amour, tandis que sa cadette saura utiliser sa beauté pour se mettre les gens dans sa poche.

Critique de la peine de mort. Les têtes coupées ne sont pas une bonne idée. Il existe d'autres moyens pour punir, la condamnation à l'exil, être sans amis, c'est presque pire.

Le bien et le mal. On arrive ici à sortir de cette dualité. Les messages ne sont pas manichéens, si on condamne la peine de mort, Alice est pourtant obligée de couper la tête du dragon pour offrir la victoire. On lutte contre la reine rouge, mais la reine blanche à l'air d'avoir certaines lubies pas nettes (on découvre ses talents de sorcellerie quand elle prépare le liquide Riquiqui), l'histoire des deux reines est esquissée, on se rend compte que l'on n’a pas seulement affaire au bien contre le mal.

Gothique. Parfois une ambiance sombre.

SCENES DIFFICILES

Mises en danger. Les personnages ne sont pas en sécurité, ils craignent la reine de coeur. Elle envoie ses gardes et ses monstres les attaquer. Le Bandersnatch, sorte d'énorme chat à la face aplatie et édentée qui griffera Alice et se fera arracher un oeil; un oiseau énorme qui emportera Tweedledee et Tweedledum dans une voltige aérienne. Le Jabberwocky un dragon noir à la langue fourchue apparaîtra lors du combat final. Ces monstres sont très réalistes et impressionnants. Différents combats ou poursuites. À l'épée contre le valet au visage marqué de cicatrices qui a un bandeau en forme de coeur sur l'oeil gauche. Différents moments tendus pour Alice. Sa chute dans un trou qui n'en finit pas. Différentes fuites, risque de tomber dans le vide. Elle doit marcher sur des têtes coupées qui flottent dans un liquide noirâtre pour traverser les douves du château. Elle doit dire non à tous ces hommes qui sont autour d'elle.

Méchanceté. La reine a une tête proéminente et gens de sa cour se rendent difformes pour lui plaire, tout le monde a peur de se faire couper la tête au moindre faut pas. Lors d'une séance d'interrogatoire où la tension se lit dans les yeux des personnages, on verra une grenouille se faire condamner parce qu'elle avait mangé le gâteau de la reine. Elle fait pression sur le chien Bayard qui craint pour la vie de sa femme et ses enfants emprisonnés. Les jumeaux vont réapparaître à la cour, marqués sur le font d'un coeur certainement posé au fer rouge. Le chapelier se fera condamner à mort, on verra son exécution (mais sa tête coupée à la guillotine ne sera pas vraiment la sienne). On devinera la tête du roi, coupée pour ne pas qu'il abandonne sa femme...

Malaise. L'environnement créé par Tim Burton est magique, mais sombre et inquiétant. Le "pays des merveilles" a été dévasté par une guerre, beaucoup d'endroits sont en ruine, maisons calcinées, moulin décrépit. Secret pesant. Il existe un secret autour ce qu'a fait la reine rouge, c'est pesant. On apprendra ensuite qu'elle a envoyé un dragon contre les gens de sa soeur. On verra la scène, le feu, des cris, une personne qui reçoit les flammes et qui est désintégrée.

Folie. Le chapelier a un côté obscur et fâché qu'il laisse parfois entrevoir quand sa voix change devient plus grave, agressive. Le chapelier est étrange avec ses yeux à pupilles follement dilatées.

VOCABULAIRE
Il y a des termes complexes et inventés.

Commentaires. Ce n'est pas pour les plus jeunes, un film impressionnant qui peut se voir en 3D, mais cela n'apporte pas grand-chose au film (on peut avoir une impression de tête pesante, ça assombrit l'éclairage et diminue les détails des scènes). Il existe une suite, Alice de l'autre côté du miroir.

Ce que disent les autres. Pour FilmAges, l'âge suggéré est 10 ans "Adapté librement des aventures de "Alice au pays des merveilles" (1865) et de "Alice à travers le miroir" (1871) de Lewis Carroll, le film de Tim Burton met en scène des personnages emblématiques de la littérature pour enfants et impose un univers visuel fascinant. Et quand Tim Burton rencontre Lewis Carroll, cela donne un produit spectaculaire ! Les amateurs du genre seront donc comblés. La dimension psychanalytique de l’écrivain est certes estompée au profit du baroque visuel du cinéaste et les effets spéciaux amplifient le caractère onirique et fantastique du film. Cela dit, subsiste la désagréable impression (comme souvent avec ce type de films en 3D) que la forme prévaut sur le fond, que la technique l’emporte sur le scénario. Chacun pourra donc lire cette production à son niveau. Les enfants n’auront pas de peine à se repérer dans les personnages - les bons et les méchants - tant les codes sont clairs et les quelques scènes porteuses d’une certaine “violence de dessin animé” d’un monde imaginaire ne les perturberont pas. Par contre l’atmosphère est sombre et l’ambiance générale peut être angoissante pour les petits, ces impressions étant accentuées par les effets spéciaux et la vison en 3D. À noter que la méchante reine est la seule à être difforme, ce qui peut s’expliquer pour la schématisation du propos, mais peut aussi être vu comme une stigmatisation des personnes handicapées. La vision en 3D avec les lunettes reste inconfortable et la technique n’est pas encore véritablement au point (profondeur de champ gênante). Enfin, ce film est assez long pour les petits."

Thèmes. Aventure. Quête identitaire. Impositions familiales. S'affirmer. Guerre. Femme revalorisée. Résistance. Imagination. Loi. Responsabilité. Amour. Liberté. Mort. Gothique. Animaux anthropomorphes Excentricité.