ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

 

 

 

 

 

 
   

Young Justice

JOUNG JUSTICE

Sans dégâts dès : 9 ans - Âge conseillé : 10 ans

DUREE
22 minutes par épisode
MONTAGE

Une série d'animation de 2010 qui adapte l'univers DC avec un accent sur les jeunes héros. Les deux premiers épisodes posent l'intrigue de base, les autres peuvent plus facilement se regarder indépendamment les uns des autres.

MESSAGE

Autonomie. Les jeunes héros ne veulent plus être considérés comme des acolytes, ils veulent montrer leurs capacités, leur courage, leur force. S'affirmer. Ils vont ainsi tenter de faire leurs preuves avant qu'ils ne soient plus considérés comme des héros à part entière. Responsabilité. Les adultes vont les envoyer sur des missions.

Adolescence. On dépeint différents types d'adolescents (Aqualad sait donner des ordres, calme, humble. Robin, désinvolte, maîtrise l'informatique, apprécie le combat. Kid Flash, décontracté et séducteur. Superboy colérique, irrationnel. Miss Martian, optimiste et naïve. Artemis, impertinente), un panel de personnalités qui vont permettre de travailler aussi des problématiques adolescentes dans leur vie hors de l'héroïsme.

Estime de soi. Besoin d'être bien considéré. Reconnaissance. Difficulté pour des adolescents de ne pas se sentir reconnus, de ne pas participer à ce que font les adultes. Injustice. Se sentir parfois trahi, quand ce n'est pas le cas.

Coopération. Travail en commun. Difficulté à créer une équipe, avoir confiance les uns les autres, ne pas se disputer, se définir les rôles. Capacité à s'adapter au changement. Liberté. Plus individuel, Speedy, l'acolyte de Green Arrow préfère devenir Red Arrow et ne pas faire partie de l'équipe. Leader. Trouver un leader qui sache bien donner les ordres, clair et explicite.

Intérêt à l'autre sexe. Avec petites tensions amoureuses, disputes, oser avouer qu'on aime, demander pardon. Jouer au joli coeur et drague. On n'hésite pas à montrer les gros muscles des jeunes héros, et les garçons ne sont pas insensibles à la plastique.

Multiculturalité. Représentations raciales. On est sensible à faire apparaître la communauté noire, même en transformant Aqualad en noir. Miss Martian est verte, mais elle plaît aussi aux garçons. C'est bien de se mélanger.

Complexité des méchants. Les supers-vilains agissent à différents niveaux, et les plus dangereux ne sont pas forcément ceux que l'on combat dans un premier temps.

Combattre. Les jeunes héros doivent commencer à remporter de petites victoires avant de gagner la guerre.

Méfiance. On craint être trahi.

SCENES DIFFICILES

Mises en danger. De nombreux combats,contre des adversaires mécaniques, avec de gros coups de poings ou d'utilisation d'armes en tout genre, de la classique mitraillette à la décharge laser. Différentes souffrances. Recevoir des décharges électriques, se faire écraser par des rochers. Les femmes ne sont pas épargnées, elles sont aussi menacées et reçoivent aussi des coups.

Visuels effrayants. Monstres en tout genre : énormes bestioles monstrueuses, mutation d'un humain en une sorte de bête violette ou autres choses musclées à dents. Micro-insectes qui forment un nuage tueur. Moment sombre, dans la nuit. Les méchants peuvent porter des masques.

Malaise. On laisse planer des doutes sur l'intégrité de certains personnages. On ne peut pas avoir confiance.

VOCABULAIRE

Langage classique.

Commentaires. Une série de surperhéros, avec son lot de violence et danger, ce n'est pas pour les plus jeunes, même si c'est déjà nettement moins violent que les films. Ici, ce sont les jeunes qui partent en mission.

Thèmes. Superhéros. Autonomie. Responsabilité. S'affirmer. Adolescence. Reconnaissance. Estime de soi. Coopération. Liberté. Leader. Intérêt à l'autre sexe. Multuculturalité. Combattre. Monstre. Méfiance.