ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

 

 

 

 

 

 
   

WAKFU

Sans dégâts dès : 8 ans - Âge conseillé : 9 ans

DUREE
24 minutes par épisode
MONTAGE

Série dérivée de 2010, inspiré d'un jeu vidéo online. L'intrigue se dévoile le long de la série, mais chaque épisode contient une mini-aventure. Quelques flash-back rapides. Deux saisons. Quelques effets d'images de synthèse.

MESSAGE

Quête identitaire. Rechercher de soi. Ici le héros va découvrir que son père l'a en fait adopté, recherche de ses origines. Faire partie d'une famille, faire partie d'une équipe. Goultard va aussi devoir faire un travail sur lui avant de devenir un Dieu.

Voyage initiatique. La séparation d'avec le parent pour partir à l'aventure, découverte de ses capacités. Prendre conscience de sa puissance. Les garçons ont le besoin de se montrer fort. Force de l'enfant. Un enfant n'a pas fini de grandir, même s'il est devenu un héros, à la fin de la série il n'est pas encore prêt à être un roi, on lui laisse encore le loisir de progresser.

Réflexivité. Il ne s'agit pas seulement de force, dans les combats ou dans la vie il faut aussi savoir utiliser sa tête.

Héroïsme. Se montrer fort, aider les autres. Partir à l'aventure et résoudre des problèmes. Persévérance. Ne pas abandonner, même quand tout semble perdu.

Romance. Intérêt pour les jolies filles. Amour entre personnages (on voit des bisous).

Maîtrise de l'autre. Avoir le dessus sur son adversaire, et parfois même le réduire à un objet que l'on possède. Enjeux de pouvoir entre le bien et le mal, on parle de Dieux et de Démons.

Femme forte. Une princesse peut aussi partir à l'aventure, les filles ont aussi la capacité de se battre.

Aider l'autre. Se montrer héroïque et sauver son prochain.

SCENES DIFFICILES

Mises en danger. Nombreux problèmes pour les héros, combat en tout genre, un monde magique avec différents monstres (qui peuvent faire plus ou moins peur), et donc plein de bagarres (plus ou moins violentes, y compris dans une idée d'armées gouvernementales qui ripostent à des menaces, avec armes à feu). Prise d'otage.

Tristesse. Au début de la série, le papa semble mourir végétalisé, transformé en arbre puis rendu très vieux. On va croire que Tristepin est mort à la fin de la première saison. Malaise. Trahison de personnages que l'on pensait amis. Pathétique destin de Qilby, envoyé dans un néant de solitude pour l'éternité.

Environnement. Différents effets de pluies, tonnerres, noirceurs et autres. Laboratoire de Qilby, ou monde de Rushu, de lave rouge et monstres noirs.

Visuel effrayant. Il peut y avoir différents personnages affreux, apparence cadavérique, yeux blancs, pirates agressifs, Bellaphones avec transformation de jeunes filles en monstres). Monstres sombres.

VOCABULAIRE

Limite vulgaire "gardien de mes fesses", "mythomane débile". Termes spécifiques propres à la série (des Noxines, les polter, le Wakfu, les Kamas, les Araknes, chouchous, boufbowl).

Commentaires. Le début de la série fait assez enfantin, possible pour un six ans, mais les difficultés vont devenir plus tendue petit à petit. Dans la saison deux, il y a des épisodes bien sombres dans les derniers, remplis de monstres, Qilby qui pactise avec Rushu, les forces du mal sont bien effrayantes. Les femmes et les petits enfants sont plutôt celles qu'il faut défendre (les demoiselles sont souvent en détresse) ou des hystériques motivées par l'or (la femme de Kabrok). Le seul adulte de la bande est un vieillard plutôt avare et qui n'est pas vraiment la personne à laquelle on a envie de s'identifier. Beaucoup d'humour décalé.

Le film Dofus livre 1 : Julith fait partie d'un jeu de rôle en ligne qui a sorti plusieurs dérivés. Aux trésors de Kerubim se déroule avec les mêmes personnages, juste avant le film, puis bien plus tard se déroulera Wakfu (il existe aussi des OAV), où on retrouve Joris ou Kerubim.

Thèmes. Aventure. Heroic fantasy. Amour. Héroïsme. Persévérance. Quête identitaire. Voyage initiatique. Aider l'autre.