ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

 

 

 

 

 

 
   

LA NUIT AU MUSEE 3 - LE SECRET DES PHARAONS

Sans dégâts dès : 9 ans - Âge conseillé : 10 ans

DUREE
97 minutes
MONTAGE

Film de 2015, avec des effets en images de synthèse. L'introduction se passe en 1938, puis dans le présent et trois ans plus tard. Il peut se passer différentes choses en même temps, le rythme peut être rapide.

MESSAGE

Famille. On va parler du lien parents-enfants plusieurs fois. Amour parental. Les parents égyptiens ont inventé une magie qui leur permettra de toujours rester avec leur enfant. Éducation. L'éducation est importante, il faut poser les limites, faire réparer les bêtises (mais critique du contrôle excessif, ce n'est pas toujours adéquat de faire en sorte de suivre le natel de son fils à la trace). Autonomie. Laisser voler de ses propres ailes. Un père doit accepter de voir son fils devenir un homme, pouvoir faire ses propres choix, devenir autonome lorsque le travail éducatif est enfin terminé. Difficile de voir son fils faire les choix qui ne nous conviennent pas (espérer une année sabbatique pour faire DJ à Ibiza). Divorce. On voit un père se questionner sur les conséquences d'un divorce chez l'enfant, il semble culpabiliser.

Amitié. On voit ici des liens forts entre les différents personnages, on peut compter les uns sur les autres. Faire partie d'un groupe. Appartenance.

Tolérance. S'ouvrir sur les autres. On ne peut pas seulement être dans sa propre quête, il faut aussi regarder ce que font les autres. On peut même s'apprécier entre espèces. Accepter les religions des autres. Une scène nous montre le héros renvoyé que toutes les religions se valent (même si certaines religions sont montrées plus naïves que d'autres). On doit être ouvert et se respecter.

Musée. Le musée est un lieu idéal pour apprendre, les personnages ont conscience de l'importance de leur rôle et acceptent de retourner dans leur rôle de statue. Le veilleur de nuit va quitter son travail pour devenir enseignant. Un musée doit évoluer, on voit que le planétarium fait son entrée au musée. Revalorisation de l'art. Une scène se déroule dans une peinture de M.C. Escher, avec une perte de perception gravitationnelle classique (on s'ouvre à de nouveaux possibles avec l'art). Préhistoire. On découvre un ancêtre du héros (tellement ressemblant que l'on peut se demander si on est vraiment dans la théorie de l'évolution).

Quête identitaire. Les personnages ont tous un rôle à jouer dans notre monde (ceux du musée vont réaliser qu'ils servent surtout à être des statues qui instruisent, le jeune garçon qu'il a des études à faire et le veilleur de nuit qu'il vaut mieux faire des études pour avoir un meilleur travail).

Motivation. Mobilisation. Un jeune adulte doit trouver sa propre voie, un mentor le motive à ne pas se laisser influencer. On se moque des auto-interrogations, de la personne qui se pose beaucoup de questions, il faut surtout agir. S'affirmer.

Méfiance. Il ne faut pas se fier aux apparences. Le chevalier Lancelot qui semble gentil et qui est beau va pourtant voler nos héros et mettre tout le monde en péril. Trahison.

Homosexualité. Le Romain laisse entrevoir son attirance pour les hommes (veut tenir la main de son "pote" le cow-boy, trouve beaux les yeux de Lancelot). Le personnage est montré non stéréotypé et plutôt sympathique.

Vieillesse dynamique. On retrouve un personnage du premier film, dans sa maison de retraite, on le voit danser tout guilleret, une bonne représentation d'une vieille personne en santé et heureuse de vivre. Retraite.

Nouvelles technologies. On se moque des addicts de nouvelles technologies. On rit de ceux qui font des commentaires sur les vidéos YouTube ou qui jouent à des jeux durant leurs moments de travail.

Mise en abyme. Des moments d'humour où les personnages sont plus l'acteur que le rôle qu'ils jouent (plaisanterie autour du comique qu'est Ben Stiller dans la réalité. Hugh Jackman qui joue son propre rôle allant jusqu'à parodier Wolverine).

Magie. Il existe des pouvoirs magiques véritables.

SCENES DIFFICILES

Mises en danger. Un jeune garçon tombe soudainement dans un trou, il est inquiet et appelle son père à l'aide. Un vieil égyptien s'en prend brusquement au garçon, il condamne la découverte du tombeau, il menace tout le monde d'une malédiction. Le British Museum va être inquiétant au début du phénomène magique, on ne sait pas comment les pièces de musée vont apparaître (la première rencontre se fera avec des statues de mythologie grecque auquel il manque des parties, l'effet est proche d'un film de zombie, puis apparait un tricératops qu'il faudra tenter de fuir puis combattre après qu'il ait défoncé une porte soudainement). Stresser de ne pas réveiller un serpent géant de neuf têtes, puis finalement devoir se confronter à ses grosses dents en acier. Tomber de haut et longtemps, en criant, puis croire sa dernière heure venue. Lave qui risque d'ensevelir deux amis. Craindre pour la vie de son ami que l'on doit lâcher dans le vide. Crise de Lancelot qui effraie les spectateurs d'un théâtre.

Visuel effrayant. Animaux monstrueux, comme le tyrannosaure ou le tricératops squelette, et surtout le Xiangliu, serpent à neuf têtes. Le visage du jeune égyptien semble se fissurer pour finir desséché comme une momie égyptienne.

Malaise. Une réception est gâchée par la malédiction qui rend les personnages du musée incontrôlables (ils semblent prendre du plaisir à faire le mal et saccagent tout. Roosevelt menace les convives d'une arme, dangereuse flèche tirée, agressivité du singe). Le directeur du musée ne croit pas à la magie et ne veut pas soutenir son employé. Craindre un bruit effrayant derrière soi, on distingue une grosse ombre. Le plan pour trouver deux amis perdus est remis en cause quand le téléphone est retrouvé cassé. On pensait que tout allait s'arranger, mais au dernier moment Lancelot met un couteau sous la gorge d'un enfant pour pouvoir récupérer la tablette (jusqu'ici on le croyait gentil). Il y a une étrange scène entre le singe et le veilleur de nuit, avec bisou sur la bouche (proche de l'amour).

Tristesse. Les gentils héros du musée vont mourir, on voit le petit singe agoniser en tenant le doigt de son ami, le jeune pharaon redevient une momie, les autres personnages se figent, on peut voir une larme couler de l'oeil du président Roosevelt. Le gardien de musée va permettre que la tablette magique soit donnée à un autre musée, il n'a plus d'intérêt à continuer son travail là-bas et quitte ce monde magique. Les personnages se font des adieux et c'est triste.

Dénigrement. On se moque du physique et de la stupidité d'une gardienne de musée qui aura le coup de foudre pour un homme des cavernes idiot (elle a toutes les tares, on nous la montre aussi ronflante et n'assumant pas son travail). Le beau chevalier se moque du héros en le traitant de comique. On se moque d'Attila qui perd ses moyens et louche, il faut lui donner une baffe pour qu'il se maîtrise. Une personne avec une tare physique est moquée (quand Lancelot a son nez qui a fondu).

Banalisation de la violence. Beaucoup de gags tournent autour de souffrances qui peuvent faire rire (défibrillateur sur la tête, se faire uriner dessus).

VOCABULAIRE
Classique.

Commentaires. Des moments qui peuvent être impressionnants pour les plus jeunes, mais ce film plaira certainement aux enfants. Un peu dommage de rabaisser ainsi un personnage féminin. Mieux vaut avoir vu les deux premiers films, on ne présente pas vraiment les personnages.

Thèmes. Historique. Musée. Amour parental. Appartenance. Autonomie. Éducation. Tolérance. Religion. Quête identitaire. Motivation. S'affirmer Méfiance. Équipe. Trahison. Homosexualité. Vieillesse. Nouvelle technologie. Magie. Romain. Préhistoire. Divorce. Peinture. Retraite.