ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

 

 

 

 

 

 
   

LES TROIS BRIGANDS

Sans dégâts dès : 4 ans - Âge conseillé : 5 ans

DUREE
75 minutes
MONTAGE

Film d'animation de 2007. Un peu différent que le livre original d'Ungerer, on ajoute une histoire d'orphelinat. Différentes histoires en parallèle, on suit la petite Tiffany et les enfants dans l'orphelinat, ainsi que les deux petits qui s'en sont échappés.

L'animation est assez stylisée, gardant le graphisme bien compréhensible de l'auteur Tomi Ungerer (c'est d'ailleurs lui avec son accent qui fera le narrateur du film).

MESSAGE

Bonté. Il y a, en toute personne, du bien et du mal; les méchants brigands qui apprennent le bien montrent une image non manichéiste et une possibilité de s'améliorer dans la vie.

Tolérance. On ne doit pas s'enfermer dans la représentation de l'autre. En s'ouvrant aux autres, on peut produire de bonnes choses.

Adoption. Petite fille orpheline va être adoptée par trois brigands. Amour parental. Les enfants sont importants, il faut en prendre soin, les aimer et de donner de bonnes choses à manger. Une famille permet de ne plus être seul, d'être en lien. Foyer. Importance d'avoir un toit.

Cupidité. Rien ne sert d'amasser des biens, il faut en faire quelque chose. Ne pas garder les choses pour soi, mais partager. Partage.

Revalorisation de la fille. Fille plutôt gentille, courageuse, spontanée, pleine d'imagination. Une sympathique image de petite fille.

Manipulation. Critique des pressions affectives. La directrice donne de l'"amour" contre du travail. Culpabilisation. Elle use souvent d'un double discours culpabilisateur et anxiogène. Elle met en avant sa souffrance pour que les autres fassent ce qu'elle veut.

Exploitation. Critique de ceux qui font travailler les enfants, une directrice d’orphelinat les exploite.

Mensonge. On nous montre que suivant la situation, c'est pas plus mal de mentir pour se tirer d'affaire, mais on réalise aussi que le mensonge peut se retourner contre soi.

Doudou. Se sécuriser avec un doudou.

Deuil. Passer par des étapes difficiles après la mort d'un parent. La mort. Elle existe, il faut en avoir conscience. Mais même un parent pourra être remplacé par une autre personne aimante.

Sucrerie. Critique de l'adulte qui interdit les sucreries. La méchante directrice dit que le sucre, pas bon pour les enfants, et elle garde tout pour elle. Ce n'est pas sympathique de tout interdire, le sucre peut apporter du bonheur, du plaisir. Importance du plaisir.

Écriture. Importance de savoir écrire. Satisfaction de faire des lettres, être content de savoir lire. Lecture.

Peur. Le livre pouvait faire un peu peur, ici on ajoute un personnage pire que les brigands. Une manière de dépasser les craintes chez l'enfant.

SCENES DIFFICILES

Malaise. L'atmosphère est plutôt sombre, beaucoup de moments dans la nuit. L'orphelinat crée une fumée qui suinte dans le ciel, mais il n'y a pas de moments vraiment stressants ou mis en place pour faire sursauter. Un film de couleurs sombres finalement assez tranquille, avec une belle fin lumineuse. On peut craindre différentes choses, la directrice de l'orphelinat, le cocher grenouille, la machine à broyer les betteraves, éventuellement la forêt.

Tristesse. Tiffany qui parle à ses parents morts au cimetière. On la voit dire qu'elle ne veut pas aller à l'orphelinat. La petite fille qui pleure parce qu'elle doit quitter les brigands, elle oublie son doudou.

VOCABULAIRE
Langage parfois élaboré, le narrateur (qui est l'auteur du livre, Tomi Ungerer) a un fort accent, pas toujours facile à comprendre, mais cela donne un charme. Chanson.

Commentaires. Un beau film pour enfants, avec des touches de poésie dans la mise en scène (les lumières, les couleurs). La petite héroïne principale est pleine d'énergie et de positivisme, malgré la disparition de ses parents (elle aura quand même fait son deuil au début de l'histoire sur leur tombe).

Thèmes. Tolérance. Adoption. Foyer. Amour parental. Cupidité. Manipulation. Exploitation Mensonge. Sucrerie. Lecture. Deuil. Mort. Doudou. Poétique. Culpabilité.

Ce que disent les autres. Pour FilmAges, l'âge conseillé est 5 ans "Enfin un film pour les plus jeunes. Seules quelques images seraient susceptibles d’impressionner de tout petits enfants. En revanche, la qualité du graphisme et du scénario, de même que les voix des personnages, ne manqueront pas de séduire le jeune public.".