Des films pour les enfants, série adaptées à leurs âges

 
 

 

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

 

 

 

 

 

 
   

Omoide Poro Poro, souvenirs goutte à goutte

SOUVENIRS GOUTTE A GOUTTE - OMOIDE POROPORO

Sans dégâts dès : 3 ans - Âge conseillé : 8 ans

DUREE
118 minutes
MONTAGE

Un film d'animation de 1991, avec des séquences qui font des allez-retours entre 1966 (plutôt dans les tons pastels) et 1982 (avec des décors presque photographiques). Animation lente et souvent contemplative. Grand soin à poser les gestuelles des personnages, avec une animation de grande qualité. Importance du générique de fin.

MESSAGE

Quête identitaire. L'héroïne doit se positionner, définir ce qu'elle est, ce qu'elle veut. Rechercher dans l'enfance ce que l'on a été pour mieux faire ses choix. Introspection. Revenir sur des éléments de son passé.

Rechercher les choses simples. Revalorisation des choses belles, de trouver un sens à sa vie en retrouvant de véritables sensations. La campagne est capable d'apporter cela à une citadine qui va devoir faire un choix de vie et qui entre en résonance avec ses souvenirs d'enfance pour avancer dans son existence.

Vie en communauté. Importance du lien, on fonctionne avec d'autres personnes.

Nature. Belles images et importance du travail aux champs. Travail aux champs. La fatigue est saine et l'on s'ennuie moins que dans un bureau. Il y presque une revalorisation de l'agriculture biologique.

Enfance. Importance des petites choses qui peuvent se passer durant l'enfance. On nous montre bien la perception de l'enfant confronté à ses pairs ou à l'adulte. Contraste entre l'enfance dynamique et libre, avec plein de rêves et de futur et la vie d'adulte qui risque de s'enfermer dans une ligne toute tracée.

Nostalgie. Revalorisation du traditionnel. Avec les images du passé, et l'arrivée à la campagne, on nous montre bien que les traditions du passé ont leur valeur. La jeune femme va finalement choisir cette voie à la fin. Mémoire d'une époque. On voit l'arrivée des Beatles et les émissions de ce temps. On nous montre une famille japonaise avec un père dominateur.

École. Avec les assemblées d'enfants, les cours d'éducation sexuelle, les relations avec les camarades. L'école est plutôt montrée comme positive. Mathématique. Difficulté avec les fractions (la petite se pose de bonnes questions et n'arrive pas à apprendre par coeur un système pour résoudre le problème).

Menstruation. La difficulté d'avoir ses règles pour la première fois, face aux garçons.

Couple. Il vient un temps où la demoiselle et l'homme qui prennent de l'âge se questionne plus fortement sur l'idée d'être en couple (l'entourage aussi d'ailleurs).

Tomber amoureux. Durant l'enfance, ou adulte. Mais on est au Japon, cela reste très introverti.

Choix de vie. Découverte d'une héroïne qui ne fait pas de grands exploits, qui n'a pas de pouvoir ou d'existence trépidante, une femme commune, mais qui va oser (dans les dernières secondes du film) changer sa vie.

SCENES DIFFICILES

Tension. Il n'y en a pas.

Malaise. On peut voir une représentation du père plutôt froide, il est le maître de la maison qui lit le journal. On le voit donner une claque à l'héroïne qui faisait un peu de caprice.

Longueur. Pour les plus jeunes, il n'y a pas de version française (donc beaucoup de lecture de sous-titre) et que cela pourra paraître long.

VOCABULAIRE

Classique, pour l'instant n'existe qu'en japonais sous-titré. Différentes musiques folkloriques pas forcément japonaises.

Commentaires. Il n'y a pas vraiment de public cible bien précis. Un film qui peut se voir à n'importe quel âge, mais qui prend son sens chez les adultes. Une immersion dans le Japon, avec beaucoup de références que l'on n'aura pas toujours le plaisir de reconnaître, mais que l'on sent bien venir d'un autre temps. Film intimiste et subtil, très psychologique. Une petite merveille trop méconnue des Studios Ghibli et de Takahata.

Thèmes. École. Asie. Nostalgie. Amour. Quête identitaire. Menstruation. Nostalgie. Campagne. Couple. Poétique.

Ce que disent les autres. Ici une analyse du film par le site Buta-connection, toujours une référence pour les productions Ghibli.