Quels films pour nos enfants ?Quels films pour nos enfants ?

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

Scooby doo le fantome d'holywood

SCOOBY-DOO! : LE FANTÔME D'HOLLYWOOD

Sans dégâts dès : 6 ans - Âge conseillé : 7 ans

 

DUREE
72 minutes
MONTAGE

Film d'animation en images de synthèse de 2016, qui reproduit bien l'apparence plastique des Legos. On reprend les personnages de Scooby-Doo en version lego. Ils ont tous des têtes de petits bonshommes lego, sauf le chien qui reste bien classique. Une énigme est déjà résolue avant le générique.

MESSAGE

Groupe. Fonctionner ensemble. Pouvoir compter l’un sur l’autre, être attentif à l’autre et ne pas l’exploiter.

Peur. Le petit spectateur se confronte à des peurs qu'il doit surmonter, comme les faibles héros de sa série. Revalorisation du film d'horreur. Le studio, visité par les héros, produit des films d'horreur (nos héros apprécient les zombies, les momies et autres). On nous renvoie que les films d'horreur rendent les gens heureux. On parle d'une émission avec une animatrice déguisée en vampire qui met en avant les films d'horreur. Celui qui aime les films d'horreur rit pendant que tout le monde risque d'être tué par un homme citrouille avec une épée. Les vieux classiques de l’horreur c’est bien.

Publicité LEGO. On nous montre que les décors sont faits en brique (on peut tout refaire quand c'est cassé), que les personnages peuvent changer de coiffure et devenir n'importe quel personnage (de Batman au pirate, on peut bien s'amuser). Consommation. On peut ensuite acheter les petits personnages de Scooby-Doo qui sont maintenant en vente chez Lego.

Résoudre un mystère. Face à l'inconnu, il faut agir. Fausses pistes (même s’il n’y a pas beaucoup de suspense).

Méfiance. Il faut se méfier des apparences. Les gentils ne le sont pas forcément. Les monstres n'existent pas. On nous montre que les monstres, ce ne sont que des personnes déguisées.

Pardon. On voit un méchant du film être finalement pardonné, et réussir dans la vie à faire ce qu'il voulait faire.

Force du faible. On peut tous être performants. Même les gaffeurs sont valorisés, montrés comme libres et capables d'être ce qu'ils sont, des héros.

Besoin de célébrité. Daphné voudrait être actrice, être sous les feux de la rampe. Star-système.

Gourmandise. Ce qui est apprécié par les héros, ce sont des biscuits ou des hamburgers (malbouffe). Ils pensent souvent à manger et ça peut leur poser des problèmes (ils acceptent n'importe quoi pour de la nourriture). Ils vont faire un travail sur eux pour ne plus être dépendants.

Égoïsme. Ne penser qu'à soi. Scooby-Doo et Sammy ne pensent qu'à leur estomac. Fred ne pense qu'à terminer son travail. Daphné ne pense qu'à devenir connue.

Hollywood. Revalorisation d'une ville pleine de lumière et de publicité. Visite des studios. Une chanson rien que pour elle, car le Show doit continuer, les rêves doivent pouvoir se réaliser.

Motivation. Ne pas se laisser abattre, continuer ce que l'on a commencé.

Factotum. On nous montre un personnage qui s'occupe un peu de tout, y compris les travaux mineurs (on le montre en bas de l'échelle, devant travailler et se taire) (un thème, mais aussi un nouveau mot appris).

Création d'un film. On nous montre comment il faut faire pour réaliser, penser le scénario, avoir un acteur, penser des manières de filmer. Travail d'acteur (exercice de maintient, savoir se déplacer, jouer des émotions). Scènes d'aventure et cascade.

SCENES DIFFICILES

Mises en danger. Ambiance lugubre avec brouillard, Scooby-Doo et Sammy doivent entrer dans un phare pour trouver un monstre, il va se trouver derrière eux dans les escaliers, amphibien aux yeux violet et dents pointues, il défonce le plancher, les suits, est accroché à leur bateau. Le piège a attrapé les deux héros, le monstre se dirige vers le reste de l'équipe. Un cavalier à tête de citrouille avec une épée à la main apparaît et fonce contre les héros, rire lugubre, il donne des coups d'épée. Apparition du cavalier en plein tournage, il met le feu et poursuit l'équipe, des hommes sont poussés dans une impasse, des briques vont les recouvrir, on entend des cris en parallèle du rire lugubre. Tout est détruit. Une momie au visage vert fait peur aux héros qui fuient. Un zombie (vert, yeux rouges, ridé et qui grogne) avance sur l'avion de Scooby-Doo. Le chien est en l'air, mais il ne maitrise pas son avion qui fonce contre le sol, qui démolit une série de maisons avant de s'écraser (il reçoit la fin du décor sur la tête).

Banalisation de la violence. Des monstres pensés pour faire rire, avec différents moments où les héros fuient et ça nous fait rire.

Maltraitance. On utilise Sammy et Scooby-Doo comme des appâts. Fred envoie son ami Scooby-Doo faire le cascadeur, tout le monde réalise que c'est dangereux. Fred apprécie l'apparition des monstres dans son film (n'est pas vraiment inquiet pour son ami).

Visuel effrayant. Si les personnages de film d'horreur ont une apparence de lego et que ça réduit les tensions, le zombie est plutôt effrayant, presque réaliste.

Crainte. Il fait nuit, un veilleur de nuit est effrayé, mais ce n'est qu'un chat, puis craint du bruit derrière lui, il se retourne, on le voit hurler, et on voit un visage de citrouille. Se retrouver dans le noir dans un tunnel, la voiture ne fonctionne plus et une petite musique apporte de la tension, on entend des bruits étranges, les personnes ont peur.

Malaise. On parle de studio au bord de la faillite, on craint qu'il doive fermer (en plus le dernier film qui était tourné est vandalisé et les acteurs partent tous).

Tristesse. Le film a été exposé à la lumière et est complètement détruit, on voit Fred triste. Tout est fini, le patron se retrouve prêt à signer les contrats de vente du studio (l'employé part en pleurant).

Moquerie. Daphné qui voulait être une star est à chaque fois mise de côté quand il s'agit de trouver un acteur (son désir d'être devant la caméra lui fait rater plein de prises).

VOCABULAIRE
Classique.

Commentaires. Le début des films qui peuvent faire peur aux enfants. Il y a beaucoup de poursuites et de monstres, mais le fait que cela soit du LEGO et l'humour qui est apporté aux scènes désactivent les tensions.

Thèmes. Monstre. Peur. Équipe. Coopération. Cinéma. Égoïsme. Gourmandise. Motivation. Force du faible. Malbouffe. Méfiance. Film. Star-système. Fantôme.