Quels films pour nos enfants ?Quels films pour nos enfants ?

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

Party de saucisse

SAUSAGE PARTY - PARTY DE SAUCISSES

ATTENTION DÉCONSEILLE AUX ENFANTS !

Sans dégâts dès : 17 ans - Âge conseillé : 17 ans

 

DUREE
89 minutes
MONTAGE

Film en images de synthèse de 2016. Si l'animation est fluide, il n'y a pas beaucoup de textures. Petite séquence animée qui raconte comment la religion est apparue.

MESSAGE

Sexualité. Les demoiselles pain parlent clairement de la pénétration, et se moquent des lapins qui ne durent que 15 secondes. On parle de rentrer dedans sans protection. De la nervosité de la première fois. Plaisir. Se questionner si c'est mal de juste se toucher, regretter son geste, se poser des questions, craindre ne plus être pure. On joue avec la question de la virginité qui semble importante pour Brenda, une demoiselle aliment. Positionnement. La fin de l'animé nous permet de découvrir différentes pratiques sexuelles, clairement montrées et jouissance finale. Sexualisation des personnages. Les saucisses qui s'excitent devant les pains aux formes aguicheuses.

Relation à la femme. On nous montre surtout une femme intéressante à draguer (avec qui on peut vivre sexuellement des choses). Un aliment typé arabe fait un commentaire désobligeant, en lui demandant d'aller se couvrir, d'être contrôlée par son homme.

Homosexualité. On nous montre l'intérêt que peut avoir une demoiselle pour une autre. On voit que ce n’est pas possible pour elle d'oser avouer ce sentiment, qu'elle culpabilise. Finalement ce sera entre deux hommes que l'on découvrira en premier l'amour homosexuel, mais les femmes s'y mettront rapidement, pendant qu'une partouse générale se déroule.

Amour. C'est ce qui nous pousse à vraiment agir. Couple. Si la sexualité et l'apparence motivent à former un couple, quand il s'agit de voir si on est sur la même longueur d'onde, c'est moins évident (ce que l'on pense de la religion par exemple).

Se décentrer. Réaliser que notre façon de percevoir le monde n'est pas la réalité. Réalité. Après avoir découvert la vérité sur la religion qui n'existe pas, les aliments accèdent à une autre réalité. Le quatrième mur. Ils prennent conscience qu'ils sont de personnages de dessin animé. Liberté. Ne plus être rattaché à quoi que ce soit, être libre de son destin.

Critique de la religion. On nous montre que la perception des aliments de considérer les humains comme des Dieux, c'est une invention pour sécuriser. Leur envie d'être choisis, d'espérer une autre existence dans le futur, d'accepter les choses qui nous échappent, le besoin de certains d'avoir des preuves, ressemble beaucoup aux religions classiques (y compris des 77 bouteilles d'huile d'olive extra-vierge qu'espère celui qui est typé arabe). Athéisme. Certaines personnes ont besoin de connaître la vérité et font des recherches pour la découvrir, mais ça ne peut pas plaire à tout le monde et peut briser un couple. Un mensonge. La religion a été inventée, parce que les aliments finissaient mangés et que c'était trop anxiogène. Plutôt que de vivre dans l'angoisse et la peur de la fin, mieux faut instaurer une croyance. Même devant l'évidence et des preuves, pour éviter d'avoir trop peur, on préfère encore croire. Pour montrer aux gens que c'est un mensonge, il ne faut pas se moquer d'eux et leur donner de l'espoir. Vie après la mort. Les aliments espèrent un au-delà où tout le monde sera égal.

Morale. Certaines règles de société nous contraignent et l'on ne peut pas faire ce que l'on veut (comme coucher avec une fille quand on est une fille). Quand les règles sont divines, on ne peut pas céder à la tentation.

Quête identitaire. Se demander à quoi on peut servir, ne plus avoir de but dans la vie. Passer par des étapes qui nous font découvrir qui on est vraiment.

Travail. On nous montre que les employés de centre commercial n'en ont pas grand-chose à faire de leur travail.

Rébellion. Contre des monstres comme les humains, les aliments doivent pouvoir combattre. Ne pas hésiter à frapper. Pour oser combattre, il faut montrer que c'est possible de gagner, de contrôler sa vie. Force du faible. Coopération. Ensemble on est plus fort. Sacrifice de soi. Être prêt à donner sa vie pour la cause.

Consommation. La vie d'un grand magasin, avec les clients qui viennent acheter, les produits passés de date qui sont jetés.

Recherche de pouvoir. Une douche vaginale va se prendre pour un Dieu, tue ses congénères, recherche la puissance. On le sent devenir fou.

Différence. Ne pas maltraiter ceux qui sont différents

Tolérance. En se fréquentant, un aliment arabe et un aliment américain ont appris à s'apprécier, ils sont surpris de voir comme leurs communautés sont centrées sur elles même (et ils vont finir en couple).

Danger. Il existe des tueurs en série, comme une douche vaginale, qui tue pour se remplir.

Santé. On met en scène des moments ou les produits consomment. Alcool. On nous montre le coin des alcools, ils font vraiment la fête, si c'est dégradant, ce n'est pas vraiment posé comme négatif, ils ont tous l'air content. Joint. On voit fumer en disant que c'est du bon matos, de la bonne défonce. On voit comme on peut se faire motiver à fumer avec les autres. Toxicomanie. On nous montre une vente de drogue, puis toutes les étapes d'une prise de drogue, avec produit chauffé à la cuillère et seringue, on voit l'homme triper, apprécier cela et prendre conscience de la réalité (il peut parler à une saucisse). Ça le fait flipper et culpabiliser d'utiliser les aliments comme ça. Il il finit la tête tranchée, ça lui apprendra de vivre n'importe comment.

Hygiène. Le méchant de l'histoire est une Douche vaginale. Un objet plus vraiment conseillé qui permet de se rincer les parties intimes.

Immortalité. Il existe des denrées impérissables, ils n'ont pas de date d'expiration et ont la connaissance.

Mort. Les aliments doivent réaliser que la disparition est leur destinée. Suicide. Un pot de moutarde au miel ne veut pas être de nouveau consommé, il préfère se suicider, on le voit au ralenti s'écraser au sol, du sang moutarde éclabousse des fruits.

SCENES DIFFICILES

Mises en danger. Angoisse des aliments d'être jetés à la poubelle, parce que passés de date ou plus assez frais. Tentative de retenir la moutarde qui veut se suicider. Accident de cadi et aliments qui se retrouvent au sol, sorte de scène apocalyptique avec boite qui semble avoir ses viscères qui se vident, banane dont le visage se détache, la femme confiture de beurre de cacahuète est écrasée, les aliments sont hébété, ils fuient, se font tuer. Frank est jeté dans un sac, on entend des personnes qui veulent le tuer. Brenda est amenée dans une taverne, elle croit que c'est pour retrouver Frank, mais c'est un piège, c'est Douche qui la recherche, elle a juste le temps de fuir avant que ce psychopathe arrive et menace tout le monde, il finira par briser une bouteille et boire de son jus. Douche retrouve la demoiselle, semble prêt à tout, complètement fou, il court après elle, mais elle est bloquée, il se rapproche. Barry, une petite saucisse toute seule dans la rue, puis chez un consommateur de drogue. Le toxicomane arrête de tripper et ne peut plus entendre les aliments, il ouvre le gentil paquet de chips et s'empare de la saucisse pour la faire cuire. Brenda ne parvient pas à s'enfuir de son paquet, ses congénères l'empêchent de sortir. Les humains qui voient les aliments bouger les considèrent comme diabolique et commencent à les détruire, nos héros sont acculés, ils vont se faire écraser, puis échappent et se font poursuivre. La douche à lavement prend le contrôle d'un humain armé, il parvient à s'emparer de Frank et veut le tuer, il lui croque un morceau.

Malaise. Un pot de moutarde revient traumatisé de son séjour chez un humain, il va dire ce qu'il a vécu, mais il voit une sorte d'eau de vie indien qui le menace de l'égorger durant son sommeil s'il parle. Un jus de fuit qui craint de mourir parce qu'il ne lui reste qu'un peu de jus va se faire cannibaliser par la méchante douche vaginale, c'est plutôt montré contre nature, malsain, le psychopathe a assez d'énergie pour se venger de Frank. La saucisse hallucine et imagine voir son amoureuse flirter avec d'autres, être prête à se donner à eux. Frank arrive dans l'endroit réservé au matériel de cuisine, ça fait peur, avec des couteaux qui lui tombent dessus. On voit que Douche a tué plusieurs produits pour se remplir, devenir plus fort.

Maltraitance. On voit que l'on se moque d'une plus petite saucisse, que l'on traite de différente. Un paquet de chips obèse qui se fait dénigrer sur son poids. Scène proche d'un film d'horreur, quand la patate, heureuse d'être lavée, reçoit ses premiers coups d'éplucheur, sa peau s'enlève petite à petit, elle hurle et la musique devient stressante, puis on voit la ménagère (yeux rouges) couper une tomate qui la supplie de ne pas le faire, puis bien d'autres aliments stressent et se voient périr. Carl qui voulait motiver son ami Barry à partir se fait transpercer son corps de saucisse par un couteau pointu, les yeux exorbités, puis coupé en deux. Barry apporte une tête d'humain coupée à ses amis (le toxicomane) et l'utilise pour expliquer que les humains sont mortels (en s'amusant à faire parler la tête en lui faisant bouger la bouche).

Moquerie. On se moque de Stephen Hawking, en le parodiant avec un chewing-gum intelligent sur une chaise roulante

Sexualité. En dehors des nombreuses allusions sexuelles, la caméra peut se diriger sur les parties intimes de la femme (certes encore avec le pantalon). On nous montre une capote qui a été utilisée.

VOCABULAIRE
La version anglaise est bien vulgaire, avec des allusions sexuelles. Quelques chansons.

Commentaires. Un film qui n'est pas pensé pour les enfants. De l'humour cynique et beaucoup d'allusions sexuelles. On lui a attribué un RéRated aux USA, c'est-à-dire que les 17 ans et moins doivent être accompagnés d'un adulte. Le contenu peut être intéressant pour un adulte, c'est une critique de notre société et surtout de nos religions et de notre rapport coincé à la sexualité (bon, là ils parlent bien sur du rapport coincé des Américains à la sexualité).

Thèmes. Religion. Aliment. Respect de la vie. Sexualité. Sexualisation de personnages. Homosexualité. Critique de la société. Coopération. Force du faible. Sacrifice de soi. Se décentrer. Liberté. Résistance. Toxicomanie. Mort.