Des films pour les enfants, série adaptées à leurs âges

 
 

 

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

 

 

 

 

 

 
   

Princesse Arete

PRINCESSE ARETE

Sans dégâts dès : 4 ans - Âge conseillé : 10 ans

DUREE
105 minutes
MONTAGE

Un film d'animation de 2001, d'une bonne qualité graphique, dont le scénario plutôt complexe, dévoile les choses petit à petit. Pas évident de rassembler les éléments d'informations, parfois donnés par des histoires dans l'histoire ou à travers la perception de différents personnages. Le rythme est plutôt lent, mais heureusement, cela donne le temps de s'imprégner.

MESSAGE

Vision féministe. Une jeune fille peut être enfermée par différents hommes, mais elle peut trouver la force de s'échapper, vivre sa vie.

Abus. Être mariée contre son gré, par un sorcier qui veut juste s'en débarrasser.

Liberté. La quête initiatique passe par la compréhension qu'on peut être libre, et que l'imaginaire est la plus grande des puissances magiques. Autonomie. Vouloir découvrir le monde. S'affranchir du pouvoir des puissants.

Rencontrer l'autre. Critique des quêtes imposées pour obtenir une contrepartie, ici la princesse va à la rencontre de l'autre, elle ne recherche pas à obtenir des choses, mais à rencontrer.

Imposition familiale. Princesse qui doit attendre son prince charmant, enfermée dans son château. Critique du mariage imposé.

Prophétie. Le sorcier a peur d'une prophétie, il tente de l'empêcher. Il existerait donc des choses prédestinées.

Vieillesse. Et surtout peur de la mort, avec un sorcier qui veille sur son immortalité. Mort. On doit tous mourir.

Couple. Faire le bon choix, ne pas prendre l'homme aventurier et vantard ou du bel homme qui flatte à tout vent, il y a une étape de découverte avant le mariage.

Quête identitaire. Comprendre à quoi on peut bien servir sur cette terre. La vie a le sens qu'on veut lui donner. On peut s'enfermer dans son individualité, ne penser qu'à soi et devenir mégalo ou déprimé, ou alors réaliser que nous faisons partie d'un grand tout, qu'il y a des choses à découvrir, des personnes à aider, c'est bien de penser aux autres.

Égoïsme. Critique de l'inactivité, et des puissants oisifs qui ont tendance à ne rien faire de leur vie, qui exploitent le système et s'enrichissent. Importance de la création, du travail avec ses mains. Être fier de ce que l'on produit.

Apparence. Critique d'un canon de la beauté, princesse à la peau blanche au petit visage mignon, à petites lèvres et taille fine. Mieux vaut être ce qu'on est, s'exposer au soleil et être dynamique.

Totalitarisme. Importance de l'eau qui est vitale, quand on maîtrise quelque chose de vital, on peut soumettre les autres.

SCENES DIFFICILES

Mises en danger. Une scène où la princesse se faufile dans un couloir étroit et sombre, il y a une personne qui la suit, on ne sait pas qui.

Tristesse. Quand la princesse est enfermée, surtout dans la deuxième partie quand elle semble résignée. Méchanceté du sorcier qui dénigre sa créature (une grenouille transformée en humain).

Malaise. Étrange de voir une petite fille se faire courtiser par des chevaliers adultes, un contexte d'époque.

VOCABULAIRE
Classique. En 2010 encore seulement en original sous-titré.

Commentaires. Encore une réussite d'un auteur japonais qui se démarque des films qui ont besoin de donner des rythmes incroyables ou des scènes de combats à tous les détours. Un long film qui peut être vu par les plus jeunes (mais qui ne vont certainement pas comprendre grand-chose et peut-être parfois trouver le temps long) et surtout par les plus grands de la famille, histoire de voir que les princesses ne voient pas toutes que leur nombril.

Thèmes. Féminisme. Abus. Liberté. Autonomie. Imposition familiale. Prophétie. Vieillesse. Mort. Coupe. Quête identitaire. Égoïsme. Apparence. Totalitarisme.