Des films pour les enfants, série adaptées à leurs âges

 
 

 

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

 

 

 

 

 

 
   

Pompoko

POMPOKO

Sans dégâts dès : 5 ans - Âge conseillé : 7 ans

DUREE
118 minutes
MONTAGE

Film d'animation de 1994. Un narrateur complète les informations du film. Des scènes avec des animaux réalistes ou humanisés s'entremêlent, une alternance entre un style documentaire ou humour qui complexifie le récit. Il peut se passer plusieurs choses en même temps et parfois le rythme est plus rapide.

MESSAGE

Écologie. Les humains utilisent la nature, détruisent les choses traditionnelles pour construire de gros bâtiments. L'histoire se déroule dans les collines de Tama, qui ont vraiment été rasées pour créer la banlieue de Tokyo. On découvre ici les années 60 et l'expansion des villes. Le monde naturel avant, c'était bien plus agréable et beau. Industrialisation.

Folklore. Mythe japonais. Beaucoup de références au Japon. On y montre une grande quantité de traditions. Mythe du tanuki, un des Yokai japonais, un esprit de la forêt. Ces animaux (chien viverrin), dans la mythologie japonaise, ont des testicules magiques, de grande taille (c'est pour cela que nous les voyons bien dans l'animé). Surnaturel. Il existe des choses au-delà de la simple humanité. Danger de la déification. On voit comme on peut utiliser le surnaturel pour tenter de faire fléchir les gens. La religion peut motiver ceux qui n'ont plus d'espoir à aller rechercher un monde meilleur dans la mort. Religion.

Leader. Difficulté d'organisation. On nous montre comme ce n'est pas facile de se mettre d'accord, de choisir des délégués, un chef. Manque de rigueur, de concentration, besoin de s'amuser. Nécessité de se sentir concerné.

Combattre. Réagir aux problèmes. Nécessité de se battre pour son environnement. On découvre comment des animaux doivent lutter pour leur survie. Ne pas abandonner. Même si les animaux perdent leurs batailles, ils tentent de nouvelles approches, persévèrent. Rechercher de l'aide. Recevoir des soutiens d'autres communautés. À plusieurs, on est plus fort. Coopération.

Monde qui évolue. Difficulté de s'intégrer dans les sociétés qui bougent. Un peuple qui doit faire des choix et qui va accepter de se fondre dans la masse.

L'humain doit se décentrer. Les tanukis tentent de faire réaliser aux humains que ce ne sont pas eux les maîtres sur cette planète, qu'ils ne peuvent pas tout utiliser à leur bon vouloir.

Couple. On nous montre l'importance du couple et de la famille chez le tanuki (qui a aussi de la peine à freiner ses ardeurs et à ne pas trop se reproduire).

Amitié. Importance du groupe, du lien avec les autres. Sens de la fête. Même si on a des problèmes, il ne faut pas oublier de faire la fête.

Critique de la violence. On se demande comment survivre, soit à travers la violence, soit à travers l'intelligence. On se demande quelle voie choisir (on va voir des tanukis choisir la voie de la violence, perdre et être prêts à mourir). Sacrifice de soi.

Critique de la télévision. On peut y passer trop de temps devant, ne plus rien faire.

Protection des animaux. On nous montre comme des animaux ont vu disparaître leur environnement.

SCENES DIFFICILES

Mises en danger. Différents combats, parfois avec des coups violents. On entend des personnes qui parlent d'exterminer les animaux. Risquer de se faire écraser. Violence. Gonta prône la violence, il fait un coup d'État dans son conseil de sages, il est armé.

Tristesse. Différents moments où on voit l'impuissance des Tanukis, leurs forêts détruites ou polluées avec tas d'immondices. On pourra voir un animal pleurer de désespoir. Ils sont réduits à fouiller les poubelles.

Morts. Les Tanukis tentent de s'en sortir, mais ils ne peuvent rien contre les humains. On verra beaucoup de morts (un de leur sage va s'effondrer pour leur cause. La confrontation à notre monde leur est souvent fatale, renversé par une voiture, ou empoisonné, ou capturé dans une cage. On pourra voir une flaque de sang autour d'un tanuki, ou leurs corps inertes marqués par des blessures. Beaucoup de tanuki qui n'ont pas de pouvoir vont mourir). On parlera aussi de morts chez les humains (et qu'il ne faut pas se réjouir de la mort de l'ennemi).

Peurs. Une tanuki qui se transforme en femme, fait disparaître son visage et angoisse un policier, il va croiser ensuite plusieurs personnes toujours sans visage. L'armée spectrale, avec des ombres effrayantes, différentes apparitions étranges (squelettes, divinités, tout un folklore japonais).

Complexité. Les tanukis peuvent beaucoup se ressembler, et en plus ils se transforment en ce qu'ils veulent et ont des noms japonais complexes. Les plus jeunes risquent d'avoir de la peine à distinguer ces personnages dans un scénario plutôt complexe.

Monde sexualisé. On fait bien comprendre que les animaux ont des relations qui augmentent leur nombre, on leur conseille l'abstinence. On parle des testicules magiques de ces animaux.

VOCABULAIRE
Classique. Quelques chansons.

Commentaires. Un bon film pour sensibiliser vos enfants aux ravages de la modernité (il y a même une jolie critique de la télévision). Un peu triste dans la deuxième partie, sous son air de film enfantin, notre société va recevoir de sacrées critiques, moment de mélancolie garanti (on a posé 5 ans parce qu'on l'aime peut-être trop, attention aux enfants sensibles à la mort d'animaux, mieux vaut les accompagner). C'est un film pensé pour les adultes, en fait même un enfant de 7 ans risque de ne pas tout comprendre, visez 9 ans pour une bonne intégration du scénario.

Thèmes. Asie. Protection des animaux. Industrialisation. Se décentrer. Écologie. Folklore. Surnaturel. Religion. Leader. Combattre. Persévérance. Coopération. Couple. Fête. Sacrifice de soi. Télévision. Animaux anthropomorphes.

Ce que disent les autres. Takahata, le réalisateur parle de son film. « Je voulais montrer le monde actuel par les yeux des tanukis. Finalement, ce qui leur arrive, c’est ce que nous vivons : nous sommes des tanukis obligés de nous déguiser en citadins ! C’est particulièrement vrai, par exemple, pour les ruraux qui viennent travailler à Tokyo et qui sont victimes du stress, des maladies cardiaques,... Un autre point important est que le tanuki est une espèce minoritaire. Au Japon, au nord d’Hokaido, vit l’ethnie des Aïnous. Ce sont les premiers habitants de l’archipel, installés bien avant l’arrivée des Japonais. Ils subissent aujourd’hui un sort comparable à celui des Amérindiens d’Amérique du Nord et des Indios d’Amérique du Sud. Ces races minoritaires parquées dans des réserves sont confrontées à la race dominante. Cela peut se traduire par des positions extrêmes comme le terrorisme ou encore par le refuge dans la religion. Les tanukis représentent ces minorités opprimées, et le film décrit les différentes voies qui s’offrent à eux. »