Quels films pour nos enfants ?Quels films pour nos enfants ?

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

PINOCCHIO

Sans dégâts dès : 7 ans - Âge conseillé : 8 ans

 

DUREE
175 minutes
MONTAGE

Long téléfilm de 2013, il est à la base constitué de deux parties. Personnage en image de synthèse incrusté dans des prises de vue réelles, le personnage est fluide, mais pas toujours bien intégré. On suit plusieurs personnages en même temps.

MESSAGE

Voyage initiatique. Un enfant va partir de chez lui et apprendre à devenir un vrai petit garçon.

Importance du père. On voit le père comme protecteur, c'est celui qui aime l'enfant et se démène pour l'aider. Porter secours, pense à l'éducation. Amour paternel. C'est merveilleux de prendre soin de la personne que l'on aime, vouloir que l'autre aille bien. Éducation. On revalorise celui qui tente d'éduquer avec amour plutôt que celui qui utilise la baguette pour frapper les enfants. Fugue. On voit deux autres enfants du village qui ont un père trop sévère, qui sont maltraités, cela peut conduire à la fugue.

Apprendre par le contre-exemple. Devenir sage, faire les bons choix. L'enfant va voir l'exemple à ne pas suivre (un Pinocchio, paresseux, qui ne veut pas aller à l'école, qui crée des problèmes à son père, qui s'éloigne trop et se perd, turbulent qui ne pense qu'à s'amuser et qui désobéit). Conscience. Malheurs aux enfants qui n'écoutent pas leurs parents, on va faire comprendre à l'enfant qu'il faut se décentrer et penser à l'autre.

Égoïsme. On nous montre bien comme le petit pantin n'est centré que sur lui-même, il ne fait que ce dont il a envie, ce qui l'amuse et n'est pas attentif aux autres. Il est dans le tout tout de suite. Il va apprendre qu'il ne doit pas penser qu'à lui. Bonté. L'enfant a bien conscience de ce qu'il devrait faire pour bien faire. Un flash-back lui renvoie ses remords.

Mauvaises fréquentations. Il y a des garnements qu'il ne faut pas suivre. Quand on voit que quelqu'un va faire une bêtise, il faut l'en empêcher. Critique des mauvais garçons ou des voleurs, il ne faut pas se fier aux apparences (le marionnettiste semble être méchant, mais il finit par donner de l'argent au pantin). On nous montre beaucoup de choses qui ne sont pas à faire (ne pas faire attention et casser une étagère, rire après avoir fait tomber un adulte). Arnaque. Il y a beaucoup de voleurs chez les commerçants.

Conséquence des bêtises. On nous montre comme un parent peut se retrouver dans l'embarras à cause des bêtises de leur enfant, ce sont eux qui doivent assumer et qui peuvent souffrir de cela. Jouer avec le feu peut provoquer des problèmes. Réparation.

Être moins naïf que le héros. Les petits téléspectateurs vont réaliser comme Pinocchio se fait avoir, il n'arrive pas à assumer les choses, il va dans les mauvais chemins. Cela le place dans une position plus mature que lui.

Réaliser son rêve. Quand on veut fort quelque chose, cela peut se réaliser. Le souhait du menuisier va être entendu et réalisé. La persévérance de Pinocchio va lui permettre de retrouver son papa. Si l'on y croit fort, il y a de l'espoir.

Importance de l'école, du savoir. Le parent a le souci que l'enfant s'instruise, ne reste pas une tête de bois, il doit apprendre à lire.

Mensonge. On voit bien comme le petit enfant tente de raconter de fausses histoires pour expliquer la réalité quand il veut tenter de s'éviter un problème. Mieux vaut raconter la vérité, un parent sait lire le mensonge sur le visage de son enfant.

Vouloir être comme les autres. Pinocchio a un besoin d'intégration, il veut avoir du sang comme un vrai petit garçon, il suit les autres dans leurs bêtises pour être comme eux.

Ne pas faire n'importe quel jeu. On voit des enfants s'amuser avec des camarades, jouer à la corde, la cachette, mais tout cela est très bien si l'on fait attention à ce que l'on fait, que l'on ne casse rien en s'amusant, et que cela ne soit pas fait aux dépens des autres. Au pays des jouets, dans le monde des vilains garçons, se goinfrer, se bagarrer, ne pas respecter l'école, cela conduit les enfants à devenir des ânes. Les mondes du spectacle, le cirque et les marionnettes ne sont pas des mondes agréables.

Imposition de la société. Une femme seule doit trouver un mari. Surtout avec le temps qui passe, on voit les commentaires que peut subir une vieille fille. Anna est courtisée par un des hommes du village.

Créativité. Revalorisation du manuel. On voit bien que des personnages, et surtout Geppetto, peuvent se servir de leurs mains pour créer.

Soucis financiers. Le pauvre papa doit payer les sottises de son fils. Les habitants abusent, sont cupides.

SCENES DIFFICILES

Mises en danger. Suite à des bêtises, on peut craindre les conséquences pour les enfants, ils craignent d'être grondés, ils doivent fuir. Foule en colère qui veut envoyer Pinocchio en prison. Petite blessure à la jambe, on voit du sang. Un mauvais garçon risque de mettre la vie de Pinocchio en danger quand il lui demande de mettre sa main en dessus d'une bougie. Le pantin est enfermé dans une roulotte par Mange-feu, le marionnettiste veut l'utiliser pour attiser le feu. On voit que les deux personnages qu'il croise en veulent à son argent. La baleine qui avale Geppetto, c'est surtout accompagné de musique stressante. Crainte des enfants qui se transforment en âne, homme hurlant qui impose l'ouverture de la porte, Pinocchio est lui-même transformé. Agressivité du patron du cirque, qui après avoir voulu faire danser les enfants transformés en ânes en leur criant dessus, les envoie chez le boucher. Pinocchio acculé contre un mur avec deux gredins qui le menacent d'un couteau pour qu'il rende le précieux pendentif. Pinocchio criant quand la baleine l'avale.

Personnes agressives. Le cocher qui conduit les enfants au pays des jouets fait pouilleux, on le voit se satisfaire du malheur des enfants, mais il est dominé par le maestro, directeur de cirque, qui n'hésite pas à le prendre à la gorge, de le menacer de mort.

Peur. Scène de nuit où Coco la grillonne a peur, on entend une musique stressante et elle parle de monstre, elle n'est pas rassurée dans la forêt, ce seront les deux brigands qui vont vouloir attraper le pantin pour lui prendre son or, poursuite dans la pénombre, ils ont un grand couteau, se montrent menaçants. Sombre ventre de la baleine, il y a des squelettes au sol, on ne retrouve plus le chien.

Malaise. La foule veut s'emparer des biens de Geppetto, les gens exagèrent, certains mentent et inventent des malversations supplémentaires pour s'emparer d'objets. Un père fâché s'en prend à ses enfants, on voit la baguette, puis les cris des enfants qui sortent de la maison quand il va s'en servir. Geppetto à la recherche de son fils est très près de lui et ne va pas le voir. On réalise que Pinocchio va se faire voler ses pièces parce qu'il est trop naïf. La résolution d'aller rechercher son père est vite oubliée chez Pinocchio. On peut s'inquiéter pour la santé de Geppetto, qui a de la fièvre dans la baleine.

Tristesse. Geppetto se retrouve criblé de dette et sans bien, il va jusqu'à échanger une veste pour que son fils puisse avoir un livre (que ce vilain garçon va vendre pour voir un spectacle). Pinocchio brule les outils de son père, fait tomber un précieux pendentif, il se fait gronder par Geppetto, il part dépité. Il est moqué par les trois voyous qui le cherchent et le menacent. Geppetto doit donner sa précieuse médaille pour louer un bateau. Mort de Pinocchio, tristesse de Geppetto qui ne réalise pas qu'il s'est en fait transformé en vrai petit garçon.

VOCABULAIRE
Classique. Doublage français un peu moyen.

Commentaires. L'histoire reste dure, pas idéale pour les plus jeunes, mais peut être éducative à partir de 7 ans. Un long téléfilm, une version de Pinocchio où on prend le temps de bien exploiter l'environnement, on y découvre un ancien village italien, avec différents personnages qui se veulent réalistes.

Thèmes. Voyage initiatique. Amour parental. Relation au père. Égoïsme. Mensonge. Éducation. École. Fréquentation. Naïveté. Cupidité. Créativité. Réaliser son rêve. Religion. Persévérance. Intégration. Lecture. Fugue. Soucis financiers.