Des films pour les enfants, série adaptées à leurs âges

 
 

 

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

 

 

 

 

 

 
   

Moi, moche et méchant

MOI, MOCHE ET MECHANT - DETESTABLE MOI

Sans dégâts dès : 5 ans - Âge conseillé : 7 ans

DUREE
95 minutes
MONTAGE

Film en images de synthèse de bonne qualité de 2010. Rythme qui peut être rapide, avec beaucoup de gags à la minute, l'oeil est sans cesse sollicité. La caméra joue bien avec l'espace, on peut parfois avoir l'impression d'être immergé dans le film, qui peut être vu en 3D, ce qui accentue encore l'effet.

Quelques effets de flash-back, surtout pour montrer des morceaux d'enfance de Gru. Effets d'ellipse qui peuvent amener des effets comiques.

MESSAGE

Beaucoup de thèmes autour de la famille. Importance du lien avec des enfants. Paternité. Un homme va devoir apprendre à jouer le rôle de papa, devenir gentil, être doux. Amour parental. Importance de l'affectivité. Gru, célibataire, va découvrir que ça ne sert pas à grand-chose de se sentir fort et libre quand on ne vit pas les choses avec émotions, et que les enfants vont le faire rire ou pleurer, et que c'est ça la vie. Coucher. Importance du moment le soir où on couche les enfants, on peut leur raconter une histoire, leur faire le bisou du soir. La question de l'adoption. L'importance pour des enfants de trouver des parents. Fratrie. Bon lien entre trois petites filles qui sont là l'une pour l'autre. Monde du tout petit. Agnes est un exemple de petite fille naïve et mignonne qui s'émerveille de tout.

Estime de soi. Il faut avoir été aimé pour être bien dans la vie et apprécier le lien avec les autres. Difficulté du lien à la mère, qui devrait reconnaître les qualités de son garçon, mais qui le dénigre. Revalorisation.

Rédemption. L'amour rend gentil. On voit que Gru qui ne pensait qu'à lui-même va s'ouvrir à l'autre. L'amour peut transformer un méchant en gentil. Se décentrer. En réalisant l'importance du plaisir de l'enfant, on ne pense plus qu'à ses propres envies, mais on agit pour l'autre.

Appartenance. On peut changer son groupe d'appartenance, ne pas forcément rester chez les méchants.

Consommation. Un film qui fait prendre conscience que le véritable remplissage de soi se fait avec ce que peut nous offrir l'autre, dans l'affectivité, pas en obtenant les plus grands objets possibles. Altruisme. On peut recevoir en donnant.

Jeux. Importance de prendre du plaisir dans des moments ensemble. Les enfants s'amusent (on voit bien le plaisir dans un parc d'attractions). Les jouets sont bien présents.

Critique de la compétition. Critique du "J'arrive mieux". Ne n'est pas nécessaire de s'embarquer dans une surenchère pour voir qui arrive à faire les choses mieux que l'autre. Critique des jeux qui arnaquent dans les fêtes foraines.

Travail d'un père. Importance de s'investir dans son travail, mais ne pas le faire passer avant ses enfants.

Écoute dans l'entreprise. Exemple d'une entreprise dans laquelle tout le monde est solidaire et donne de l'argent pour un projet. Le patron est apprécié des employés. Dévouement. C'est comme cela que les employés peuvent bien faire leur travail.

SCENES DIFFICILES

Mises en danger. Arrivée dans la maison de Gru, découverte de Marcel le chien qui est plus un monstre qu'un chien. Il y a plein d'engins de torture (un cercueil plein de pics qui se referme sur une des filles, on voit du sang couler, mais ce n'est que du jus de framboise, elle est sauve). La scène finale où Gru va récupérer les filles prises en otage, elles doivent oser sauter entre deux vaisseaux en plein vol, Margot va tomber dans le vide. Effet de grand huit impressionnant. Peu de choses monstrueuses. Mais on remarquera quand même un requin à grandes dents, et le chien de compagnie de Gru.

Tristesse. Quand Gru renvoie les filles à l'orphelinat, on le voit mal à l'aise avec ça, on voit les minions tristes. Quand il rate le spectacle de danse. Méchanceté. Le monde de l'orphelinat n'est pas rose, la directrice est méchante, elle punit avec un système de carton de la honte où les enfants se retrouvent enfermés.

Banalisation de la souffrance. Les débuts de Gru ne sont pas vraiment sympathiques (offrir un ballon à un enfant pour directement le crever). Beaucoup de gags qui nous font rire du malheur des autres (un enfant obèse qui ne se fait pas rattraper par sa mère, mais qui s'écrase sur son père). Les mignons vont subir chutes, explosions et autres malheurs. Les armes, pistolets et autres fusées vont généralement faire rire.

Moquerie. L'humour passe parfois au détriment du respect. On se moque des touristes. On se moque du survêt sportif.

Consommation. Il ne faudra pas s'étonner de voir des produits de consommation dans l'animé. Vive la Wii et la publicité cachée.

VOCABULAIRE
Classique, parfois un peu jeune (tirez-vous)

Commentaires. Un film qui pourra plaire autant aux parents qui peuvent apprécier un humour deuxième degré ou ironique, qu'aux enfants. Beaucoup de gags pipi-caca (un mignon se photocopie les fesses, une arme à lance qui pète), mais l'intelligence de l'humour compense bien. Mieux vaut attendre 7 ans pour saisir ce qui se passe pour ce méchant héros qui est Gru.

Thèmes. Créer une famille. Adoption. Fratrie. Estime de soi. Revalorisation. Se décentrer. Jeu. Compétition. Travail monopolisant. Consommation. Altruisme. Dévouement. Amour parental. Coucher. Rédemption. Appartenance.