Des films pour les enfants, série adaptées à leurs âges

 
 

 

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

 

 

 

 

 

 
   

mazinkaiser

MAZINKAISER

Sans dégâts dès : 13 ans - Âge conseillé : 16 ans

DUREE
30 minutes, 7 épisodes
MONTAGE

OAV de 2002, animation classique. L'introduction est un long combat pour que l'on puisse revoir différents méchants (Doublas M2, Garada K7) et surtout les gentils des séries Great Mazinger ou Mazinger Z (avec Boss Robot ou Aphrodite). Pas forcément évident à apprécier si on ne connaît pas tous ces personnages. Le Docteur Hell fera une petite explication de la situation pour clarifier les choses.
Après vingt minutes, Mazinkaiser apparaît et rétame les méchants. Flash-back dans le deuxième OAV qui explique comment il est arrivé au bon moment.

MESSAGE

Autour du combat. Courage, force, entraide. Quand tout semble perdu, on peut toujours espérer de l'aide, car rien n'est jamais perdu. Persévérance. Les jeunes partent au combat, les adultes sont plus des professeurs qui managent depuis leur centre.

Amourette. Les jeunes héros sont tous intéressés par l'autre sexe. On voit Sayaka enlacer Alcor (ça rend jaloux Boss). Jun Hono part avec Tetsuya.

Choisir la bonne voie. Les méchants s'enfuient toujours, et les gentils gagnent.

Maîtrise de la puissance. Ce n'est pas évident de pouvoir maîtriser des choses puissantes. On peut risquer de se blesser quand on pilote quelque chose de trop puissant. Prudence. Il faut être patient, ne pas foncer tête baissée, être prêt avant d'y aller.

Folie des puissants. Les créateurs super intelligents comme le grand-père d'Alcor sont un peu fous. Les méchants qui veulent conquérir le monde aussi.

Femmes-objets. On utilise la jeune demoiselle comme otage, pour la faire crier et céder le héros. La femme est plutôt un objet sexuel dans la série. Les androïdes assassins gamia Q sont de jolies blondes à jupes courtes. Leur poitrine se dénude quand elles sont tranchées (c'est presque du Devilman ici). Quand Boss récupère Vénus A, il lui tâte son sein. Tetsuya est souvent reluquée.

Revalorisation de la beauté. Seuls les beaux ont une chance de pouvoir trouver une jolie demoiselle, les autres (Boss,) ils peuvent oublier. Apparence.

Exploitation. Le docteur Hell utilise ses hommes comme des esclaves.

SCENES DIFFICILES

Mises en danger. Les gentils se font bien démolir dans le premier épisode, Koji Kabuto (Alcor) se fait arracher de son robot Mazinger Z et sera porté disparu. Le Great Mazinger se fera lui démembrer dans une séquence où l’on a l'impression de voir du sang gicler de ses moignons (on retrouvera d'ailleurs l'effet sang qui gicle un peu tout le temps, une blessure de robot produit de l'huile rouge). L'OAV 7 est le plus violent. La folie suicidaire du baron, tous les monstres se déchaînent, Mazinkaiser semble fondu, le laboratoire est détruit. La mort du Baron sanguinolent. Et le docteur Helle qui s'enfuit.

Malaise. On peut voir des gentils du côté des méchants. Mazinger Z est capturé et modifié pour se battre avec les ennemis. Baron Ashura aura les traits du professeur durant un épisode. Venus A est parasitée et devient méchante.

Maltraitance. Le docteur Hell est agressif même avec ses hommes, qu'il traite comme des chiens, y compris son bras droit Baron Ashura, un être étrange mi-homme, mi-femme, qu'il n'hésite pas a électrifier.

Sexualisation. L'OAV 4 est plus sexy que les autres. Ambiance plage, avec des maillots de bain qui ne cachent pas grand-chose. Et comme arme secrète infaillible, les gros seins dénudés de Tetsuya. Le jeune frère de Koji, Shiro découvrira aussi les joies de l'huile de massage. Dans le n°5, Baron Ashura se douche (une moitié homme, moitié femme sous la douche c'est plutôt étrange).

VOCABULAIRE

La version japonaise est toujours aussi intéressante, on vous la conseille ( sous-titrée). Les personnages ne sont pas nommés de la même façon selon son interlocuteur, les subtilités du japonais.

Commentaires. Ce n'est plus du Goldorak, les enfants des années 78 ont grandi, maintenant c'est plus violent, et surtout plus sexy. Pour les fans des séries initiales (et je pense qu'il faut l'être pour vouloir goûter à celle-ci), on pourra apprécier la qualité de l'animation, mais le scénario est forcément limité quand une série dure 1 h30.

Thèmes. Robot. Combattre. Sexualisation de personnages. Persévérance. Équipe. Intérêt à l'autre sexe. Apparence. Exploitation.