Des films pour les enfants, série adaptées à leurs âges

 
 

 

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

 

 

 

 

 

 
   

Mai Mai miracle en Dvd

MAI MAI MIRACLE

Sans dégâts dès : 10 ans - Âge conseillé : 12 ans

DUREE
93 minutes
MONTAGE

Un film de 2009, avec une bonne qualité d'animation et des décors soignés. Il alterne deux époques. Si nous allons suivre principalement une petite fille des années 50, nous replongeons en arrière plusieurs fois. Ce n'est certainement pas évident à saisir pour les plus jeunes.

MESSAGE

Histoire. Les enfants des années 50 utilisent leur imagination pour se transporter dans les années -1000 au Japon. On voit beaucoup d'exemples de cette culture antique. On nous montre aussi un site de fouilles archéologiques.

Famille. Différents exemples de relations aux parents pour différents enfants. Présence d'un grand-père qui transmet les valeurs et l'histoire. Besoin d'aider une mère pauvre et de s'occuper de sa fratrie. Interdiction de créer des liens avec des enfants de personnes pauvres. Père alcoolique et violent. Pères peu présents. Mère décédée. On a ici une grande diversité de familles.

Amitié. Relation entre deux petites filles. L'amitié entre les enfants est cimentée par le jeu. Sens de l'amitié traitée de façon non simple. "Les rapports d'amitié même entre les enfants sont troubles. Il y a des doutes de la part de Kiiko et Shinko lors de leur découverte mutuelle. Connaître l'autre suppose d'exposer des zones troubles et d'être moins schématique que ne le sont la plupart des films d'animation actuels." dit le réalisateur. Intégration. Il ne faut pas être trop timide, nécessité d'être intégré dans des groupes.

Différence de milieu social. On tente ici une ouverture sur l'autre, on peut être amis en provenant de cultures différentes.

Deuil. On va faire face à plusieurs morts, on voit comment certaines personnes tentent d'agir confrontée à cela.

Importance du jeu. Apprendre à jouer avec des poupées. Exemples de moments ou les enfants s'amusent avec des choses simples créer un barrage puis le décorer, découper des papiers de couleur dans un ruisseau, importance du rire. Imagination. Il faut pouvoir partir loin de la réalité.

Harmonie de la nature. Beauté des décors qui nous renvoient à ce que l'on risque de perdre si on continue d'exploiter la nature.

Amour. La question de l'amour est traitée simplement, avec des yeux d'enfant.

Temporalité. Une histoire qui joue avec le temps, c'est parfois complexe (en tout cas pour un enfant).

SCENES DIFFICILES

Monde adulte. Il y a des choses qui appartiennent aux adultes et que les enfants auront de la peine à saisir (le mariage de la maîtresse qui ne se fait pas avec l'homme qu'elle aime, car il est marié, le suicide du policier qui a trop de dettes, qui a fréquenté des yakuzas et traîné avec des femmes de petite vertu). Moments tendus plutôt adultes. Il y a surtout une série de scènes après une heure de film où les enfants vont vouloir se venger du suicide du policier. Traversée d'une ruelle sombre et mal famée. exemple d'adultes avinés. Moment où deux enfants sont pris en étau entre deux yakuzas. Série de termes vulgaires.

Mises en danger. Crainte des yeux lumineux dans une grotte, accompagné d'un bruit qui fait un peu sursauter. La mort est très présente. Deuil de la maman, la mort du poisson rouge, du policier, du grand-père.

Tristesse. Disparition de la petite Mitsuko et on peut imaginer qu'elle a eu un malheur. Tristesse quand la petite fille entend qu'elle ne peut pas avoir d'amis du peuple

Bêtises. Les enfants peuvent faire des bêtises, et ce n'est pas la fin du monde (casser le jouet de la petite soeur, s'enivrer, tuer un poisson rouge à cause d'une bouteille de parfum).

VOCABULAIRE
Classique. La musique est très présente, et fonctionne comme repère pour le spectateur qui, grâce à elle, peut confirmer que les enfants sont dans leur imagination. Un passage avec des termes vulgaires.

Commentaires. Un film qui aurait pu être sans dégât 3 ans et plutôt orienté 7 ans s'il n'y avait pas eu des scènes dignes d'un Almodovar après une heure de film. On connaît les films des Studios Ghibli, ici c'est Suano Katabuchi qui, après avoir travaillé sur Kiki, va voler de ses propres ailes. La qualité est proche d'un Miyazaki, avec un scénario plus ancré dans la réalité. Poétique, nostalgique et des doses de petits bonheurs propres à l'enfance, mais un scénario complexe et des moments durs qui font de ce film une oeuvre difficile à cataloguer dans les films pour enfants.

Il n'est certainement pas évident pour les jeunes enfants de saisir les différentes époques du film, d'autant que l'héroïne vit dans l'après-guerre du Japon, ce qui peut déjà sembler bien différent d'aujourd'hui. Les moments magiques pourront étonner les plus jeunes. Est-ce qu'il y a vraiment quelqu'un qui court sur l'eau ? Pourquoi un autre paysage apparaît ? Shinko Aoki pourrait être la réincarnation de cette petite fille qui a vécu 1000 ans auparavant dans son village.

Thèmes. Asie. Temporalité. Historique. Archéologie. Soucis financiers. Deuil. Différence de classe. Jeu. Imagination. Nature. Amitié. Intégration. Poétique.

Ce que disent les autres. Le réalisateur " Je voulais décrire cette période de la vie non pas comme un moment qu’il s’agit de traverser seul et isolé, mais en compagnie d’amis, car on se découvre en gagnant des amis. Par ailleurs Mme Takagi est une auteure qui écrit de la littérature " pure ", si on peut se permettre cette étiquette, ce qui signifie d’emblée que son livre n’est pas un roman qui s’adresse exclusivement aux enfants. C’est aussi un roman en direction des adultes, un roman découpé en 26 épisodes et à leur lecture je me suis rendu compte que dans chacun de ces épisodes, d’une façon ou d’une autre, se trouve abordé un sujet lié à la perception de la mort vue par un regard d’enfant. C’est pourquoi je me suis aussi attaché à traiter ce sujet dans mon adaptation et au-delà de la description des jeux propres à l’enfance, c’est la réelle question qui sous-tend le film. " (...) " Il y a une forme de superposition – de strates - de moments différents, de temps différents dans le récit et à travers le film les gens de la ville peuvent les percevoir de façon plus nette : il y a d’abord la région telle qu’elle était plus de 1000 ans dans le passé, il y a ensuite le temps du récit, juste après-guerre, qui nous présente une autre vision et enfin notre temps qui est celui des spectateurs. Tout cela leur permet de percevoir le temps dans son épaisseur, pas ce qui manque où ce qui a changé simplement… ".