Quels films pour nos enfants ?Quels films pour nos enfants ?

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

LE DERNIER LOUP

Sans dégâts dès : 11 ans - Âge conseillé : 12 ans

 

DUREE
115 minutes
MONTAGE

Film de 2015. Un film avec beaucoup de nature et d'animaux, mais aussi des histoires avec des humains. Des scènes impressionnantes de loups qui peuvent attaquer, la caméra est bien en immersion, gros plans.

MESSAGE

Accepter la culture de l'autre. On critique ceux qui ne font pas attention aux façons de vivre des autres. Critique du sentiment de supériorité. Les dirigeants chinois considèrent les Mongoles comme des primitifs, ils croient qu'ils maitrisent mieux les choses, ce qui est faux. Racisme.

Chacun sa place. Même si on tente de vivre une intégration dans un autre monde, on ne peut pas y rester, c'est autant l'apprentissage d'un étudiant chinois qui ne restera pas chez les Mongoles que celui d'un loup qui ne restera pas parmi les humains.

Connaissance de l'environnement. Les habitants savent comment protéger leur nature, comment l'exploiter convenablement. Les Chinois veulent éradiquer les louveteaux, faire en sorte de ne plus avoir de loups qui s'attaquent à leurs bêtes, mais ils ne réalisent pas que les écureuils et les marmottes risquent ainsi de proliférer. Agriculture non respectueuse. Le régime implante des colonies qui risquent de détruire la terre. Agriculture agressive, le sol est trop mince dans la steppe, il n'est bon que pour le labourage.

Écologie. On nous montre le respect que peut avoir la culture mongole pour l'environnement et les êtres vivants. On voit un vieux sage être bien au courant des différentes interactions qu'il peut y avoir dans un écosystème. On nous montre comme l'homme peut détruire son environnement.

Nature. Magnifiques paysages vierges de béton. Dans une nature encore sauvage, les animaux ont encore une place. Une nature sauvage et dangereuse. L'homme doit faire avec un environnement qui peut le mettre en danger, il doit parvenir à fonctionner avec cela (ou alors il risque de vouloir tout sécuriser et de transformer son milieu pour qu'il ne lui soit que profitable).

Animaux. Animaux en liberté. Critique de la vision que l'humain soit plus important que les animaux. Intelligence animale. Une louve qui mène à une ancienne tanière pour que l'on ne trouve pas ses petits. Chen Zhen va montrer au loup comment éviter les dangers. Faire la garde pour observer si un danger arrive. Les loups entassent des brebis mortes pour sauter par dessus un mur. On peut parfois avoir l'impression que le réalisateur a voulu mettre des émotions humaines dans ces loups. Animal sauvage. L'homme ne peut pas dominer l'animal sauvage, il doit pouvoir rester agressif. Danger d'une morsure de loup qui peut empoisonner. Loup. Ce film tourne surtout autour de cet animal. On nous le présente de manière positive (même s'il reste dangereux pour l'homme). C'est quand les loups ont faim qu'ils s'attaquent aux chevaux des humains, à leurs moutons.

Instruction. Ce ne sont pas ceux qui prétendent avoir la connaissance (après avoir fait des études) qui s'en sortent le mieux ou prennent les meilleures décisions. Les personnes qui sont sur le terrain, qui expérimentent, qui ont le savoir de leur culture, sont celles qui ont le plus de connaissances.

Mongolie. On nous montre de belles images de ce pays (et même si c'est censé se passer en 1967, il n'y a pas vraiment de modifications dans ces paysages ici toujours vierges de goudron). On nous montre des Mongols nomades en harmonie avec la nature.

Croyance. Penser devoir sa survie à des forces surnaturelles. Tengri le dieu du ciel est sensé protéger des hommes. Les bêtes ne meurent pas, leurs âmes resteront toujours. Comprendre qu'il existe des puissances au-dessus de soi-même, le sacrifice du chef de meute, mort d'épuisement est impressionnant (c'est la nature ou les animaux qui peuvent montrer qu'il existe des forces plus puissantes que l'humain). La mort. Le mort n'est pas enterré, mais laissé pour que son corps soit à son tour utilisé par la nature.

S'approprier l'autre. On critique l'idée d'apprivoiser un loup. Un homme prend un louveteau et fait en sorte qu'il soit nourri à une chienne, il va l'habituer aux humains. Cela part d'un bon sentiment, mais cela génère plein de problèmes. Dépendance. Embarquer l'autre dans une relation qui n'est pas la sienne. Les loups veulent se nourrir eux-mêmes, ce sont des guerriers (mais comment peut-on être un guerrier si on n'est pas capable de se nourrir soi-même, avoir peur de la mort). Liberté.

Romance. Montrer de l'intérêt pour une femme. Critique du mariage arrangé. Une femme qui perd son mari doit retrouver un autre parti, elle n'a pas vraiment le choix et va plutôt penser aux autres qu'à soi-même. Amour multiculturel. Un jeune homme chinois tombe amoureux d'une femme mongole (mais avec le thème chacun sa place, on réalise que cela ne va pas être possible).

Importance des règles. Quand on la transgresse, on se retrouve avec plus de problèmes.

Revalorisation de la force. On nous montre des étudiants qui vont apprendre à se défendre, utiliser des armes. Art de la guerre. On peut l'apprendre en analysant les loups, ils sont capables de stratégie militaire, tout est dans le choix du moment, il faut être patient avant d'attaquer.

Responsabilité. Les paysans doivent gérer les chevaux de l'armée, c'est une marque de reconnaissance, mais cela peut être une pression, un travail supplémentaire. Quand on élève une bête, on se sent responsable, on veut qu'il s'en sorte. Don de soi. Se priver de viande pour en offrir à l'autre. Le chef du village va tenter d'empêcher les chevaux de mourir, il se met en danger et va lui-même mourir.

Rôle ingrat du leader. Être leader ça ne consiste pas à être aimé (c'est la vision d'un responsable du régime). On nous montre pourtant un vieux Mongol qui était respecté de tous, l'homme sage de la tribu (mais ce n'était pas le chef).

Parti communiste. On nous montre une société mongole qui doit faire avec un pouvoir communiste qui considère leur culture comme inférieure et qui prend l'option de l'éducation. Un système paramilitaire, avec des appellations comme chef de brigade ou directeur des brigades de production. Le parti est clément. On nous montre qu'après avoir examiné les charges, on ne considère pas coupables les hommes qui étaient sensés garder les chevaux. Colonisation par l'instruction. Le pouvoir communiste a mis en place un système pour que l'on fasse disparaître une culture petit à petit, des étudiants des villes chinoises sont envoyés dans les campagnes mongoles pour favoriser l'alphabétisation (mais seulement le chinois).

Anti-consommation. On nous montre des personnes qui vivent sans avoir besoin de grand-chose. Nous n'avons pas besoin d'objet de consommation. En désirant une radio, on est prêt à offrir des informations qui causeront des problèmes écologiques, du malheur, c'est Yang Ke, un chinois qui ne respecte pas la coutume mongole qui divulgue l'information.

SCENES DIFFICILES

Mise en danger. Première rencontre avec les loups, ils sont en meutes, ils encerclent le jeune homme et son cheval, on sent la tension, on voit les crocs, la peur du garçon. Chen Zhen va chercher des louveteaux dans un terrier, il s'enfonce bien loin, crée un éboulement. Attaques de loups qui s'en prennent aux précieux chevaux qu'ils vont envoyer vers le lac gelé, ils risquent tous d'y mourir, on voit un loup frappé par un sabot, piétiné par un cheval, d'autres sautent pour mordre, ils sont aussi défaits. Femme qui ose se confronter à un loup, il le tient par la queue, pendant que la meute attaque les moutons, il est agressif. Chen Zhen tombe à terre, il craint être attaqué par le loup. En parallèle de cela on voit un autre combat avec les chevaux ou un des cavaliers est mal pris, encerclé par les loups, on craint qu'il ne puisse pas s'en sortir, il doit frapper fort les loups, on voit du sang. Un des cavaliers veut tenter d'arrêter les chevaux, mais ils se dirigent vers le lac gelé et s'y noient pendant que les loups les regardent. L'homme tire une balle et est désarçonné par son cheval, il tombe reste inanimé (on le retrouve plus tard, congelé au sol, sa femme pleurant sur lui). On voit les loups tenter de gravir le mur qui protège le bétail, ils parviennent de plus en plus haut, puis finalement ils entrent et tuent les moutons, scènes de nuit avec gros plans de dents dans la chair. Des hommes en colère veulent aller tuer le louveteau, l'ami de Chen Zhen est pris à partie.

Sexualisation de la femme. Une conversation graveleuse dans un groupe (tu dois sauter une Mongole et être des nôtres), ils charrient une fille en disant qu'elle crie trop fort. Scène où l'homme devrait réagir vite, mais son regard est attiré par les jambes dénudées de la femme qui a dû se lever au milieu de la nuit.

Malaise. Les jeunes instruits reçoivent un fusil, en leur disant qu'il faut qu'ils puissent se protéger des loups. On observe une meute de loups prêts à l'attaque, ils patientent, puis cousent contre des gazelles, on les voit fuir, course poursuite que l'on ne voit pas aboutir. Impressionnante tempête. Des hommes doivent agir vite avant qu'une tempête arrive. Impressionnantes images de la tempête et en parallèle les loups semblent s'intéresser aux chevaux, une meute les observe en haut de la montagne, difficile de voir dans la tempête. Les hommes découvrent qu'il y a un petit louveteau élevé par Chen Zhen, on craint pour sa vie. Il est utilisé pour attirer ses congénères, attaché à une corde on le voit seul, hurlant, des hommes armés attendent que les autres viennent l'aider. Cygnes qui passent dans le ciel, ils sont abattus, les Mongols découvrent que la vallée inhabitée est maintenant utilisée par des personnes qui veulent s'y implanter, mais ils n'ont pas la connaissance de la terre, ils vont tout détruire. Le petit loup va sortir de son panier, on craint qu'il se sauve et se fasse tuer par les hommes autour. Image sombre d'une carcasse de loup putride, Chen Zhen veut empêcher son louveteau d'approcher, il se montre ferme, et l'animal le mord, on voit bien le sang sur l'épaule. Souffrir de voir la femme que l'on aime être promise à un autre. Un petit garçon qui devait surveiller le loup laisse beaucoup de petits s'en approcher, on craint qu'il y ait un problème. Faire de nombreuses heures de cheval pour aller chercher de la peliciline, pour sauver un petit. Les hommes ont décidé d'éradiquer les loups, on les voit sortir en plaine avec des véhicules, leur tirer dessus, on voit ces animaux tomber, être chassés par des chiens, deux préfèrent se suicider plutôt que d'être capturé (sauter dans le vide, créer un éboulis).

Visuel effrayant. Des gazelles gelées, parfois le ventre éviscéré, réserve de viande pour les louveteaux qui naîtront au printemps (il y en a une encore vivante dans un trou, on voit juste sa tête). Les hommes vont en ressortir quelques-unes, c'est plutôt glauque. Dans la tempête on ne voit pas grand-chose, quand on voit approcher un cheval blanc, on remarque que son cou est ensanglanté, une plaie béante, des yeux fous. Scène où on voit les chevaux qui ont été gelés dans le lac dans des positions d'effrois, ils tentaient de se dégager, semblent pétrifiés, on peut voir du sang qui sort de la bouche d'un cheval. Peur soudaine. Brusquement un loup croque un mouton, avec un gros rugissement.

Tristesse. Ils ont reçu l'ordre de tuer les louveteaux, on voit des hommes les sortir des tanières, on répond à un enfant qui ne voulait pas qu'on les tue qu'on va juste les aider à monter au ciel (ces petits animaux tout chou sont tenus par la queue, tournoyé avant d'être lancé en bas de la montagne). On voit des hommes tenter d'attraper une louve cachée dans un trou, ils vont l'enfumer. Chen Zhen a sorti trois louveteaux, un homme va en prendre un et le tue en le tournoyant, puis les deux autres qui sont dans un sac, on le voit ensuite rouge de sang. Pendant qu'une femme pleure la mort de son mari, un fonctionnaire hurle que tout le monde est responsable et incapable. Dynamite qui piège une carcasse, le loup qui la prend saute en l'air (on voit l'effet au ralenti, puis le loup ensanglanté à terre, celui qui l'accompagnait le renifle, on le sent triste). Un piège à loups ne fonctionne pas de suite, le patriarche du village s'en approche et cela explose... en parallèle l'enfant de la voisine s'est fait mordre par le petit loup, il n'y a plus de vaccin, on ne sait pas s'il va guérir. La mère désespérée dit que s'il meut elle tuera le loup puis se suicidera ensuite. On retrouve plus tard le vieillard, avec des ecchymoses sur le visage, alité, on craint qu'il meure. De l'essence est versée pour faire du feu dans la steppe, on voit des loups se faire abattre, ils chassent le chef de meute, veulent le fatiguer, on entend dire qu'on veut sa tête comme trophée, il a couru sur des kilomètres, on le voit fatigué, Chen Zhen tente de lui dire de partir, mais il tombe mort de fatigue. Petit loup est parti, il n'est plus à sa chaîne, on craint qu'il ait été tué par la mère de l'enfant, en fait elle l'a libéré, pas tué. On voit que le vieil homme est mort, il est déposé dans la steppe.

VOCABULAIRE
Classique. Il existe bien sur une version française, mais pour être vraiment dans cette culture, mieux vaut le voir en langue originale. Un mot vulgaire (tu fais chier, fous-moi la paix, dégage).

Commentaires. Le scénario n'est pas des plus explicite pour un enfant, en s'immergeant dans cette culture, on comprend les choses petit à petit. Et c'est plutôt un film pensé pour les adultes, il y a beaucoup de tensions, et ce monde est dur, on voit le fonctionnement égoïste des hommes qui détruisent leur environnement. Ce n'est pas spécialement un film qu'un enfant de moins de 12 ans devrait voir (sauf si on veut spécifiquement travailler un thème écologique avec lui, en étant à côté).

Thèmes. Loup. Différence. Écologie. Asie. Différence de classe. Nature. Animaux. Religion. Mort. Liberté. Amour impossible. Responsabilité. Sacrifice de soi. Leader. Consommation.

Ce que disent les autres. FimlAges. Âge légal 10 ans, âge suggéré 12 ans "La violence est présente dans de nombreuses scènes avec les animaux : élimination cruelle des louveteaux, attaque de troupeaux par une harde de loups, pièges, cadavres d'animaux. Toute cette violence est liée à l'environnement, sauvage et cruel lui aussi, et rendu à l'écran par des images parfois effrayantes, susceptibles de choquer les plus jeunes, voire des adultes. Le film est long. Les nomades vivent en harmonie avec leur environnement et respectent la terre et les animaux, d'élevage ou sauvages. Chacun a un rôle bien précis et contribue à un équilibre naturel vital. Les représentants du gouvernement eux ne voient que le profit à tirer des animaux et de ces contrées, déréglant ainsi un équilibre précaire et mettant à mal certaines croyances ancestrales. Les relations difficiles entre les nomades et les gens de Pékin illustrent les traditionnels affrontements entre les anciens et les modernes, les "sauvages" et les "civilisés". Il faut relever de très belles images des étendues immenses de la steppe mongole. Ce film est basé sur un roman chinois partiellement autobiographique de l'écrivain Jiang Rong, publié en 2004, et qui a rencontré un gros succès en Chine".