Quels films pour nos enfants ?Quels films pour nos enfants ?

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

Kill la Kill

KILL LA KILL

ATTENTION DECONSEILLE AUX ENFANTS !

Sans dégâts dès : 16 ans - Âge conseillé : 17 ans

 

DUREE
24 minutes par épisode
MONTAGE

Série de 2013 avec des effets visuels très rapides. Différents personnages qui apparaissent dès le premier épisode. Un montage dynamique. Une série à suivre, et une intrigue qui laisse apparaître petit à petit un sens à l'histoire (ce ne sera que dans l'épisode 16 que beaucoup de choses seront révélées, avec ensuite une nouvelle quête). Différents moments de flash-back.

MESSAGE

Persévérance. Avoir la motivation de se relever pour continuer son objectif, ne pas laisser tomber, se battre contre tous ceux qui se dressent devant nous. L'humain est capable de grande chose s'il est motivé. Vengeance. Être motivé à venger la mort de son père. Vouloir tuer le monstre qu'est sa mère.

Recherche de la force. Développer sa puissance à travers le port d'habits qui renforcent le corps, mais ce pouvoir a un risque de modifier le comportement. Passer par différents sacrifices pour devenir plus fort. Les demoiselles se battent aussi. La volonté est importante.

Aliénation. On peut nous conditionner ou nous enfermer dans des mondes qui nous perdent. Ne pas se perdre dans la colère. On peut devenir puissant sans perdre sa raison, apprendre la maîtrise de soi. Résister au mal. Avoir la force d'être soi-même, ne pas accepter la domination de l'autre qui peut nous transformer, nous rendre méchants. Perception de la réalité. Se méfier des apparences. Les méchants ne sont pas toujours ceux que l'on pense. Lutter contre le système. Ne pas se plier aux demandes aberrantes des puissants. Critique des abus. Ne pas accepter la soumission.

Importance des sentiments. Critique de ceux qui se coupent de l'affect pour avoir plus de pouvoir, se battre contre une force Alien dénuée de sensibilité. Pleurer ou aimer l'autre, c'est le pouvoir des êtres confus.

Parcours initiatique. Différentes épreuves attendent l'héroïne, elle va devoir gérer des matchs incroyables, lutter contre un système qu'elle ne maitrise pas encore. Elle a un but et beaucoup de questions autour de sa famille. L'existence est complexe et nous réserve beaucoup de surprises. Rite de passage. Passer par des épreuves pour progresser.

Revalorisation de la femme sombre. On nous dévoile une héroïne sexy caractérielle. Elle contraste avec son amie toujours heureuse. Elle combat une autre demoiselle aussi très sombre, sévère.

Importance du look. L'habit est le véritable sujet de cet animé. Les personnages portent souvent de nouvelles combinaisons impressionnantes. On revalorise ainsi l'apparence. Culte de la personne, les garçons et les filles sont beaux. Apparence.

Ouverture sur l'autre. Tolérance. Ne pas rejeter ce qui est différent, l'uniforme de Ryûko (Kamui) est en fibre vivante, et elle lui fait confiance. Il n'y a pas à dévaloriser certaines classes, on peut être amis avec n'importe qui. Amitié. Protéger son amie, jusqu'à risquer sa vie. On nous montre l'importance d'être soutenant, d'aider l'autre. L'importance du lien qui peut humaniser, qui permet de retrouver sa raison.

Hiérarchie. Ceux qui sont au sommet veulent être respectés. À travers des uniformes reçus, on obtient la force et le pouvoir, tout cela pour servir un objectif. Culture militaire. Avec les uniformes on se rapproche de l'armée, on va vivre une véritable guerre. École renommée. Certains établissements se considèrent mieux que d'autres. Châtiment. Ceux qui ne respectent pas les règles sont frappés.

Ségrégation. Contraste entre riches et pauvres. On nous montre bien la différence entre ceux qui ont des étoiles et ceux qui n'en ont pas. La plèbe habite dans les bas quartiers, dans des sortes de bidons ville. Critique d'une vie trop aisée. On va réaliser que de vivre dans des conditions de plus en plus luxueuses font disparaître le lien entre les personnes, les bons moments de la vie. Critique de ceux qui sont trop intéressés par l'argent, qui surjouent le look, ils sont risibles. Puissant qui tente de dominer les humains avec de l'argent, d'autres avec la peur. Autour de l'argent. La position sociale dépend de l'intégration dans le système.

Sexualité. Les personnages font différentes allusions à la relation amoureuse, mais on présente surtout des personnes qui souhaitent avoir accès à la chose, on montre beaucoup de corps dénudés pour faire envie, tout cela est très adolescent. Jouissance. Le plaisir extrême est une satisfaction des méchants, ce sont eux qui jouissent.

Difficile intégration dans une école. Devoir s'adapter à un nouveau système. Critique des associations d'élève qui prennent le pouvoir.

Nouvelle théorie de l'évolution. Ce sont les habits qui ont fait évoluer l'humain. Une pelote de fibre a atteint un jour la terre et a permis aux homo sapiens de ne plus être des animaux. Les fibres de combat vivantes sont une forme de vie venue de l'espace qui veut finalement nous exploiter comme du bétail.

Critique de la mondialisation. Les entreprises qui peuvent agir sur l'ensemble de l'humanité sont dangereuses.

SCENES DIFFICILES

Mises en danger. Beaucoup de violence, les combats sont fréquents, les personnages reçoivent de grands coups, il peut y avoir utilisation d'armes. L'héroïne risque souvent de perdre, peut être inconsciente ou blessée, elle doit aussi parfois fuir, on peut croire à beaucoup de moments que tout est perdu. Il peut y avoir du sang. - Des combats horribles, avec membres coupés, sang qui gicle font partie de la fin de la série.

Maltraitance. Un voleur est puni en étant déshabillé et exposé devant tout le monde. Bouc émissaire, en otage, une demoiselle est suspendue et risque de finir dans de l'eau bouillante, on la retrouve frappée au sang par des balles de tennis. Garçon entravé à qui l'on pose de force un habit qui le transforme en monstre. Élèves des bidons-villes qui doivent passer des pièges une fois par année, on voit de nombreux personnages blessés. Accepter de se faire coudre les yeux pour dépasser son arrogance et accéder à d'autres perceptions. Le luxe crée des plaisirs auxquels on ne veut pas renoncer, Mako combat son amie pour ne pas retourner dans son bidon ville, mais devant le sacrifice de Ryûko elle va clore le combat. Deux élèves motivent un faible à se suicider, en menaçant de faire virer son père s'il ne le fait pas. Plan machiavélique qui veut réunir plein d'humains pour qu'ils se fassent dévorer par leurs vêtements, y compris les parents de l'amie de l'héroïne. Bébé à peine né sur lequel on fait des expériences, il meurt, on le voit jeté au fond d'un trou. Satsuki rouée de coups, envoyée contre un mur en sous-vêtement. Le coeur battant de Ryûko est arraché par sa mère. Mort. On montre la mort du père de Ryûko transpercé par une moitié de gros ciseaux dans le thorax, on le verra se faire planter les ciseaux qui seront tournés pour faire plus souffrir. Sacrifice de jeunes loubars qui acceptent de se faire manger par les vêtements pour sauver des vies. La mère des deux héroïnes se suicide en s'arrachant son propre coeur. Senketsu se désintègre pour sauver son amie.

Malaise. Les héros peuvent changer de faciès, voir de personnalité et prendre une apparence effrayante. Étrange endroit d'où sort un uniforme monstrueux aux yeux exorbités, il force la demoiselle à se vêtir de lui. Une amie de classe se révèle en fait la personne qui tente d'empêcher l'héroïne d'aller à l'école. Force impressionnante d'un personnage qui en veut à l'héroïne, on ne saisit pas pourquoi, il l'a menace d'une arme à longue portée. On peut présenter une enfant à l'allure mignonne comme meurtrière. Ryûko possédée par son costume doit se faire arrêter, ses amis veulent la tuer, on voit du sang, elle sera ensuite prostrée un épisode entier, craignant sa propre agressivité. L'héroïne a été vaincue, son précieux habit tailladé en pièce, tout semble perdu. Combat entre les deux soeurs, avec Ryûko possédée.

Visuels effrayants. Joueuse de tennis avec des dents pointues. Uniforme qui peut apparaître monstrueux, surtout quand Ryûko perd le contrôle. Les personnages en position dominante peuvent montrer qu'ils sont plus fort avec des mines agressives. Plante monstrueuse à grosses dents. Satsuki se rebelle contre sa mère en lui plantant un sabre dans le corps, en la faisant gicler, on voit la mère, la bouche pleine de sang. Ryûko sous le pouvoir du mal, visuellement blanche, cerveau visible entravé.

Banalisation de la violence. Au début de la série, beaucoup de malheurs subis par les personnages sont pensés pour faire rire (que cela soit des morceaux de demoiselles dénudés ou les coups ensanglantés). Par la suite, cela devient tellement violent que l'on rit moins.

Sexualité bien présente. Positions qui font gicler le sang du nez des jeunes gens (symbole de l'éjaculation au Japon). Exhibitionnisme. On remarque bien que la tenue de combat de l'héroïne ne lui cache pas vraiment sa poitrine. Petite culotte à foison. Vues sur les décolletés. C'est à travers des costumes ridiculement courts que les héroïnes doivent se battre. Elles doivent accepter de ne pas avoir honte, montrer leur nudité, donner de leur sang. Un enseignant peut se mettre en mode sexy, montrant son torse et son corps avantageux, plutôt dans une relation ambivalente avec une élève. Intéressant de voir que bien qu'entièrement nus, on ne voit pas de sexe, un peu comme dans les poupées Ken ou Barbie. Nudisme. Certains personnages se présentent comme nudistes, en effet on peut parfois les voir nus. Voyeurisme. Les hommes peuvent être intéressés à mater des demoiselles en cachette, ils sont montrés comme stupides. Père et petit frère peuvent attendre que la jeune invitée se change, bien motivés à la mater. La demoiselle qui perd a son uniforme qui s'enlève (et les spectateurs en profitent). Masochisme. Combat avec Ira Gamagori, il donne des coups de fouet, sur le derrière de l'héroïne, orienté sadomaso il gagne de puissance quand il reçoit des coups, il a un costume avec une mouth ball. Gardes presque nus, entravés style bondage. Femme-objet. Réduite à l'état d'objet de désir, on met son corps en évidence très souvent, jusqu'à la nudité. On laisse souvent entendre que les demoiselles risquent de se faire abuser. Abus et inceste. Une scène où la mère de Satsiki Kiyuin se retrouve nue avec elle dans un bain, elle lui procure du plaisir en la touchant. Satsuki attachée nue dans une cage, caressée par sa mère. Rêve de Ryûko, nue avec sa mère et sa demi-soeur, quand elle se réveille elle embrasse sa soeur sur la bouche.

VOCABULAIRE
Classique.

Commentaires. Contraste entre les moments humoristiques décalés et les séquences de combats. Un animé qui joue à montrer des parties dénudées de demoiselle et qui proposer surtout des combats (dire qu'à l'époque il y avait de quoi fantasmer sur Sailor Moon, ce qui est offert en 2014 est bien plus explicite). Si le début de la série fait ressortir son côté humoristique, le lien malsain engendré par une mère fait que cet animé ne doit pas être vu par des enfants. Complexe et plutôt intéressant pour les adultes qui apprécient ou peuvent passer par-dessus une violence surexploitée.

Thèmes. Extra-terrestre. Persévérance. Vengeance. Sexualisation de personnages. Intérêt à l'autre sexe. Sexualité. Force. Voyage initiatique. École. Argent. Évolution. Tolérance. Obsédé.