Des films pour les enfants, série adaptées à leurs âges

 
 

 

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

 

 

 

 

 

 
   

L'île d'Oblivion: Haruka et le miroir magique

L'ÎLE DE L'OUBLI: HARUKA ET LE MIROIR MAGIQUE !

Sans dégâts dès : 7 ans - Âge conseillé : 9 ans

DUREE
93 minutes
MONTAGE

Film de 2009, les deux premières minutes sont une histoire tirée d'un livre d'enfants puis le style change radicalement, avec un film en image de synthèse léché, même si on ressent des moments l'aspect figé des personnages ou le peu de structures, les couleurs, le souci des détails sont impressionnants. Flash-back dans le miroir qui montre la disparition de la maman. On va suivre Haruka dans notre monde puis dans un monde parallèle.

MESSAGE

Importance de la mémoire. Les souvenirs font partie intégrante de ce que nous sommes. Après avoir vécu un deuil, on peut avoir tendance à vouloir oublier, mais les souvenirs sont importants pour la construction de soi.

Famille monoparentale. Avec une maman décédée. La relation entre la fille adolescente et le père est compliquée. Importance du lien. Il faut oser s'excuser quand on s'est fâché, importance de passer de bons moments ensemble.

Deuil. Importance de faire le deuil, de comprendre comment l'autre nous aime pour nous permettre d'avancer. Nécessité de travailler avec les souvenirs.

Religion. Croyance en des divinités. Prières qui peuvent se résoudre si on y croit et monde magique parallèle.

Ouverture au merveilleux. Il n'existe pas que notre monde, il faut parfois partir ailleurs pour résoudre les problèmes du quotidien.

Garder une part d'enfance. Même si on grandit, il ne faut pas oublier sa petite peluche. Ami imaginaire. Objet transitionnel.

Critique du vol. Les objets que l'on "perd", "oublie" sont pris par des renards. Critique de ceux qui font plus que prendre les oubliés, qui veulent voler les choses.

SCENES DIFFICILES

Mises en danger. Moment tendu, avec différentes émotions. Moment de poursuite ou de fuite, Haruka va souvent craindre de tomber de haut. Grosse scène où, dans un véhicule, on craint qu'elle n'arrive pas à s'arrêter, on l'entend hurler. Différentes choses étranges, gros monstres, Haruka qui tombe dans de la lave (mais en fait c'est du sirop), quand elle est maintenue et qu'on veut lui faire avaler une pilule de force. La musique peut créer une impression tendue. La méchanceté et l'agressivité du baron, qui va mourir à la fin en risquant de les tuer tous.

Moments étranges, parfois angoissants (quand la peluche marche dans le noir, avec un effet de réverbération fantomatique autour d'elle, quand un gros monstre pelucheux s'en prend à nos amis). L'environnement peut parfois être sombre, étrange. Haruka tente de récupérer le miroir, elle est empêchée, on ne sait pas vraiment ce qui se passe.

Tristesse. Quand Haruka retrouve son ancienne peluche, elle peut craindre la perdre. Quand Teo le renard va trahir Haruka, quand Coton est jeté dans le puits ou quand il est déchiré en deux parties et qu'il semble mourir. Haruka qui se sépare de Teo à la fin.

VOCABULAIRE
Classique.

Commentaires. Les images de synthèse des films japonais ne valent pas leurs animations classiques, mais celle-ci offre un spectacle plutôt impressionnant. Petits moments d'émotions et de mises en danger, ce film qui a une allure plutôt enfantine, avec des personnages qui font peluche ou jouet, n'est pas pour les petits.

Thèmes. Deuil. Famille monoparentale. Relation au père. Religion. Vol. Monstre. Ami imaginaire.