Quels films pour nos enfants ?Quels films pour nos enfants ?

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

L'île de Giovanni

L'ÎLE DE GIOVANNI

Sans dégâts dès : 12 ans - Âge conseillé : 14 ans

 

DUREE
81 minutes
MONTAGE

Film de 2014 avec parfois des images de synthèse bien noyée dans le dessin. Au début du film, on fait un flash-back de 50 ans pour raconter l'histoire. Effet de rêve.

MESSAGE

Découverte de l'autre. Des enfants vont apprendre à se connaître, bien qu'ils proviennent de pays qui ont été en guerre. Si au début on sent de la crainte et de la rancune, le jeu va leur permettre de se découvrir. Tolérance.

Sens du devoir. Vivre pour les autres. Un code de l'honneur que va porter le père. Aider l'autre. Aider le peuple, distribuer le riz pour qu'il puisse tenir. Même l'oncle qui joue à l'égoïste va soutenir ses neveux. Courage. Le père continue de se battre pour le village, même si la guerre est perdue. Critique de celui qui n'a pas voulu servir sous les drapeaux.

Histoire. Japon de 1945, avec des îles annexées, ici celle de Shikotan, qui appartient à l'archipel des Kouriles (toujours source de tension entre le Japon et la Russie). En 1947 les habitants seront internés à Sakhaline, et vont finir en mourant de froid. Référence japonaise. Ce film fait plusieurs allusions à une histoire connue là-bas, "Train de nuit dans la Voie lactée".

Mort. Avec la guerre, la mort est bien présente, y compris des personnages proches.

Guerre. Période difficile à vivre pour le peuple, même quand elle est terminée. Occupation d'un pays. On nous montre comment les maisons ou les classes sont réquisitionnées. Du côté des enfants, on réalise que ce n'est pas facile pour une petite fille déracinée de devoir suivre ses parents dans le pays occupé. Contrebande. Devoir se débrouiller pour survivre, prendre des objets des familles mortes.

Besoin de s'évader de la réalité. Les enfants qui sont confrontés à la guerre et un pays vaincu, peuvent, grâce à l'histoire d'un livre parfois partir dans le merveilleux. Le jeu est aussi un moyen de ne pas être ancré dans la dure réalité de la vie.

Amour. On voit comme un petit Japonais tombe amoureux d'une jolie Russe.

Fratrie. Se soutenir dans la fratrie, pouvoir compter l'un sur l'autre.

Nature. On voit une vie où des enfants sont dans la nature, chasser pour trouver des oeufs, aller dans la forêt.

Importance de l'école. On voit des élèves être attentifs en classe, une maîtresse sur qui l'on peut compter.

SCENES DIFFICILES

Mise en danger : période de guerre, alerte aérienne, stress, les gens doivent partir dans des abris. Bateau qui tire à la mitraillette sur un autre. Deux enfants partent rechercher leur père en pleine nuit, ils risquent de mourir de froid, ils seront sauvés par leur oncle et la maitresse, mais en s'arrêtant pour manger leur voiture est repérée par les militaires, l'oncle tente de faire diversion, on entend des bruits de mitraillette, on l'imagine mort, les enfants doivent faire le retour en pleine tempête, on les voit tous tomber au sol, on craint pour leur vie. On voit Kanta malade, cracher du sang.

Malaise. Débarquement au Japon, des militaires arrivent dans une classe, on peut craindre pour la vie des écoliers ou de l'enseignante quand un homme armé arrive en classe. Défaite du peuple japonais, les Russes ont l'air agressifs, ils prennent les objets de valeurs des habitants, cassent des choses. Nuit et tempête. Ne pas savoir ce que fait le père de nuit. Être un enfant et être dans des histoires de contrebandiers. On va craindre qu'une jeune fille tombée à terre par inadvertance ne crée un problème dans les liens entre les deux classes. La jeune fille russe voit le père de Giovanni et leur maitresse devant une grotte de contrebande, elle ne comprend pas tout, mais on peut craindre qu'elle ne raconte ce qu'elle a vu. Giovanni accuse Tanya d'avoir fait emprisonner son père. Enfants fatigués qui reçoivent du sucre, mais le contenu du sachet est surtout constitué de sable.

Tristesse. Le père de Giovanni est attaché et menacé d'une arme, il est emmené par les russes devant les yeux de son enfant qui l'appelle en pleurant, courant sous la pluie. On voit au ralenti le père emmené sur un gros bateau devant tout le village. Giovanni qui réalise que ce n'est pas son amie qui a vendu son ère. Le père renvoie les enfants qui ont fait un voyage dangereux (pour les sauver, mais c'est dur), il se ravise et va finalement au moins les toucher à travers les barbelés, il se blesse contre les pics. Dans le présent, Giovanni devenu vieux revient sur l'île, il reçoit un souvenir de la petite fille de Tanya,sa grand-mère morte de vieillesse l'année précédente.

Mort. On parle de personnes qui ont tenté de s'enfuit pendant une tempête, on nous montre le bateau détruit au bord de l'eau. Le grand-père ne va pas suivre les enfants dans la déportation, il veut rester et on nous dit qu'il préfère mourir en mer. Mère désespérée, veut qu'on lui rendre son bébé, mort il est jeté par-dessus bord en pleine nuit. On verra une main d'une personne morte qui dépasse d'un brancard. Agonie du petit frère, on le voit mourir lentement, avec Giovanni à côté.

Misère. Dès la deuxième partie du film, les enfants sont déportés, vont commencer à manquer de nourriture, vont devoir marcher, avoir froid. Le petit frère de Giovanni, Kanta, tombe malade, on craint pour sa vie. La famille doit faire croire que Kanta est vivant pour qu'ils ne jettent pas son cadavre, il le porte sur son dos et lui parle comme s'il était vivant.

VOCABULAIRE
Classique, on peut entendre des personnages parler dans leur langue originale (le russe).

Commentaires. Un film historique qui n'est pas pour les enfants. On va suivre deux petits Japonais, la première moitié se déroule sur leur île, puis suivra la déportation, nettement plus dure. Dans la veine du tombeau des lucioles, si vous ne voulez pas verser de larmes, c'est un film à éviter, la mort du petit frère est dure.

Thèmes. Asie. Deuxième Guerre mondiale. Guerre. Tolérance. Fratrie. École. Historique. Mort. Armée. Combattre. Courage. Résistance.