Quels films pour nos enfants ?Quels films pour nos enfants ?

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

Howard, une nouvelle race de héros

HOWARD ... UNE NOUVELLE RACE DE HEROS

Sans dégâts dès : 12 ans - Âge conseillé : 12 ans

 

DUREE
111 minutes
MONTAGE

Film de 1986. Les effets spéciaux ont bien vieilli, avec un canard qui est une personne avec un déguisement, un monstre en stop motion et des effets laser rudimentaires (mais cela a son charme).

MESSAGE

Aider l’autre. Il faut secourir l’autre quand il est en danger. Accepter l’autre. Protéger même une personne qui ne vient pas de notre planète.

Amour. Les relations sont plutôt montrées ici de manières charnelles et crues. Couple multi culturel. On montre même qu’une femme peut être intéressée par un canard extra-terrestre (même si ce n’est pas vraiment certain qu’ils finissent ensemble).

Sacrifice de soi. Pour sauver notre monde, Howard accepte de ne plus pouvoir rentrer chez lui. Pour sauver une demoiselle en danger, on peut risquer de recevoir des coups.

Force. On peut être petit, mais fort. Il ne faut pas se laisser faire. Force du faible.

Résoudre un problème. Il faut des personnes motivées, mais surtout compétentes pour résoudre un problème.

Monde du show-bis. Beverly est une chanteuse de rock, on la voit évoluer. Importance du manager. On critique celui qui ne pense qu’à arnaquer ses artistes. Pour faire grandir la notoriété, il faut une personne qui gère bien le groupe. Exploitation.

Immensité de l’univers. Il peut y avoir des mondes lointains avec des canards plutôt que des humains. Se décentrer. Un bon moyen de voir que l'on est pas le centre de l'univers.

Stéréotype. Des messages qui peuvent être moyens. Femme faible. Juste bonne à être sauvée plusieurs fois. Femme-objet. Le sexe faible est surtout intéressant pour être matée. Demandeur d’emploi exploiteur. Une grande tirade d’une conseillère qui montre comme elle déteste ceux qui exploitent les services sociaux. La police est moquée. Ils ne font pas partie des gentils et veulent attraper le canard, on nous les montres stupides et agressives. Critique des chasseurs. Le canard fera en sorte d’envoyer tous les chasseurs de canard dans l’eau.

Références. Beaucoup de gags tournent autour de la culture geek.

SCENES DIFFICILES

Mise en danger. Le canard est coincé sur son fauteuil et est aspiré en arrière, il démolit des cloisons d’appartement, angoisse et crie. Loubards dans une ruelle sombre au look androgyne, ils s’en prennent à Howard, il est embarqué dans une soirée punk, puis il est rejeté dans la rue, tombe sur une clochard, risque de se faire écraser par un gros camion. Risque de se faire cogner parce qu’il a, par inadvertance, peloté une demoiselle. Une jeune fille se fait agresser dans la rue, on lui demande un autographe sur le sexe, on craint qu’elle se fasse violer, ils disent avoir pris de la coke. Howard est jeté à travers le comptoir, on se moque de lui. Combat avec point, puis avec le risque d’enfoncer un pic dans la tête. Savant qui sort d’une porte, il est à moitié brulé et angoissé, il provient d’une salle où un gros engin fait des étincelles. On apprend que le docteur qui voulait aider Howard a disparu, on le retrouve plus tard, il souffre, transpire, à de grosses migraines, parle d’un démon qui serait arrivé sur terre. Conduite d’un véhicule qui n’est plus maîtrisé, risque de se faire écraser, ne pas pouvoir s’arrêter et risquer de finir dans un magasin. Lasers qui sortent des yeux de Jennings, puis des décharges de ses mains, son visage devient de plus en plus rouge et étrange. Trois hommes embêtent le canard et ses amis, bagarre, Howard est ficelé et vont l’assaisonner, le cuire, on voit le cuisinier sortir le couteau. Jennings devenu maître du mal envoie une onde de force contre un client qui voulait l’attaquer avec un hachoir, l’extra-terrestre fera voler l’instrument, puis mettra le feu. Howard et Beverly sont enfermés dans le restaurant, il s’empare d’un code qui lui permettra de faire venir les autres souverains noirs, il va kidnapper Beverly et l’embarquer avec elle dans un camion qui risque d’écraser le canard. Vouloir échapper à la police en ULM, risquer des accidents plusieurs fois, devoir réparer l’appareil en vol, tomber et rester suspendu par les pieds. Policier qui reçoit une décharge, on imagine qu’il ne survivra pas, explosion d’un véhicule. Beverly va être utilisée pour être le réceptacle d’un grand souverain noir. Howard risque de recevoir une décharge, son ami le protège et reçoit lui même l’électricité. Monstre qui s’en prend à Howard en le capturant avec un tentacule, ses deux amis sont maintenus par une énergie qui semble les dématérialiser. Explosion qui détruit les méchants, mais qui projette aussi des débris sur le canard, on le retrouve inconscient sous de gros morceaux de tôle.

Visuel effrayant. Jennings se transforme, sons gutturaux, et tête modifiée. Un tentacule sort de la bouche de l’humain. Les dents deviennent plus grandes, s’assombrissent, les lèvres se sèchent, ongle de sorcière, crachat acide. Le monstre se veut effrayant, énorme, grosses dents, tentacules, pinces, effets de chair rougeoyante et humide. Tentacule coupé avec liquide verdâtre qui en sort.

Malaise. Le canard reste sous la pluie sans savoir où aller. Il n’a pas réussi à trouver un travail, se retrouve seul. Howard voit des scènes qui lui font penser qu’il risque de se faire tuer. Le docteur Jennings souffre et dit qu’il se transforme de l’intérieur, personne ne fait attention à sa souffrance. Le docteur parle étrangement, personne ne réalise qu’il a véritablement changé, on l’entend dire des menaces sur la fin du monde. Le vilain extra-terrestre se retrouve à visiter un centrale atomique, va entrer dans un réacteur nucléaire pour tomber de l’énergie (autant dire que l’on ne prend pas en compte la question de l’irradiation dans le film, sinon tout le monde y passait). Le grand souverain noir est sorti du cours du docteur, il erre quelque part. Howard fait croire à la fin qu’il est possédé par un des seigneurs noirs.

Tristesse. La demoiselle se fait rejeter quand elle voulait aider. On voit que Beverly est triste du départ d’Howard.

Monde adulte. Boire de la bière. Fumer du gros cigare. Sexualité. On voit Howard qui regarde une playmate canard en double page. On voit rapidement une femme canard nue dans son bain, se caressant la jambe. Un couple qui s’embrasse goulument dans la rue, Howard pelote la fille sans faire exprès. Il a un préservatif de canard dans son porte-monnaie. Regarder des fesses et vouloir les croquer. Lupanar avec personnes qui se bécotent dans un couloir tamisé, on voit une piscine avec des gens qui s’embrassent goulument. Le manager qui se vante de vouloir s’occuper de la chanteuse en lui faisant du bouche-à-bouche. Le copain d’une des membres du groupe dit qu’il arrive pour les voir nues. Mater la petite culotte de la demoiselle qui se met au lit, faire des avances à la fille, lui demander de coucher avec (elle va inverser les rôles et faire croire qu’elle veut de lui, ce qui lui fait peur).

VOCABULAIRE
Peut être très vulgaire. Barre-toi. Salope. Tu vas voir ta gueule groniasse. Foutre ici. Dégueuler. Salop. Fait la gueule. Barre-toi conne. Chiale. Tu cherches des emmerdes. Tire-toi. Flanquer à la gueule. Boucle là, la ferme. Flic. Poulet.

Commentaires. Film qui n’a pas trouvé son public, il semble enfantin, mais il a un scénario rempli de références sexuelles, la bande dessinée de Steve Gerber n’a jamais été pensée pour les enfants, l’impolitesse et la grossièreté sont toujours présentes.

Thèmes. Canard. Science-fiction. Aider l'autre. Don de soi. Se décentrer. Show-business. Star-système. Exploitation. Force du faible. Drague. Intérêt à l'autre sexe. Sexualisation de personnages. Couple mixte.