Quels films pour nos enfants ?Quels films pour nos enfants ?

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

La grande Aventure

LA GRANDE AVENTURE LEGO

Sans dégâts dès : 8 ans - Âge conseillé : 9 ans

 

DUREE
100 minutes
MONTAGE

Film de 2014 dans une image de synthèse qui imite très bien le rendu plastique du Lego (et même son usure). Un rythme effréné, cela est franchement trop rapide pour un petit. La fin du film se déroule avec des personnages réels. Effets de temps suspendu, ellipses, moment de flash étrange où des images se succèdent comme dans un rêve fou. Beaucoup de choses en même temps.

MESSAGE

Imagination. Promouvoir le fait d'avoir des idées plutôt que de suivre une marche à suivre pour créer des constructions Lego. Être un constructeur, une élite qui conçoit des choses.

Importance du jeu. Le jeu permet de travailler la réalité, importance d'offrir à l'enfant un moyen d'avoir un pouvoir sur ce qui parfois lui échappe dans son monde. L'enfant a besoin de pouvoir s'amuser, de développer des histoires, il faut lui donner les moyens de s'amuser et revaloriser ce qu'il fait plutôt que ne lui donner qu'un petit espace de création. Jeu. Cela peut motiver à jouer avec (et comme ces briques c'est bien, on ajoute bricolage et créativité).

Lien au père. On peut admirer son père pour la capacité à faire de grandes choses, mais c'est important qu'il laisse son enfant entrer dans son monde, qu'il transmette son savoir tout en acceptant que le petit ait d'autres besoins. Stéréotype (et pendant ce temps, la maman fait la cuisine). Le père inspire le méchant de l'histoire, quand il apparaît sous la forme de Pater familias, dominateur qui ne permet pas la remise en cause de son autorité.

Faire partie d'une équipe. À plusieurs, on peut faire de grandes choses, il ne faut pas se la jouer solo, et c'est bien d'avoir un leader qui conceptualise des plans que tout le monde peut suivre pour réussir à atteindre le but.

Pouvoir. Imposer un modèle de société, ici beaucoup de consommation, mal bouffe (nuggets, croissant, saucisse, café), business. Monde sous surveillance. Critique de la recherche de l'ordre et de la perfection, du besoin de cloisonner.

Relation de couple. On nous montre une demoiselle qui quitte son amoureux pas assez attentif à elle pour aller avec le gentil héros. L'importance c'est de montrer de l'intérêt pour l'autre, montrer qu'il est important, ne pas le mettre au second plan. Ne pas penser qu'à soi comme un Batman motivé pas son devoir ou dépendant de choses d'une enfance traumatisante. Amour, et découverte du coup de foudre et des monologues intérieurs lorsque l'on est très touché par une jolie fille, plus rien ne compte.

Liens sociaux. Importance d'avoir des amis, d'être intégré et être reconnu dans son environnement.

Force du faible. Revalorisation de soi. Avoir confiance en ses capacités. Quand on croit, tout peut être possible, croire en ses potentiels. Pouvoir se sentir spécial, être reconnu par les autres. Malaise quand on n'a pas d'amis, que l'on est seul avec le sentiment d'être insipide. .

Potentiels des Legos. Une grande publicité pour les petites briques en mettant en avant tout ce qu'ils peuvent avoir comme intérêt (construire plusieurs véhicules avec les mêmes pièces, pouvoir imaginer des choses, solidité).

Combattre. On nous montre des personnages qui luttent contre un ennemi plus fort qu'eux, ils se battent jusqu'au bout. Difficulté d'être toujours dans la maîtrise, de jouer toujours le positivisme, à un moment c'est bien de réagir et d'activer sa colère. Ce n'est pas avec des coups que l'on peut sauver son monde, mais en expliquant combien il nous est précieux, éveiller la prise de conscience chez l'autre. Reconnaissance réciproque.

Critique de la consommation abrutissante. Le pouvoir parvient à museler le peuple en lui procurant de la mauvaise nourriture, des émissions de télévision stupides, de la musique stupide, en lui demandant de faire les choses dans la joie et la bonne humeur. Consommation. On peut en profiter pour expliquer à l'enfant ce qu'est une publicité cachée, lui montrer qu'après le film il ne serait pas contre s'acheter des LEGO.

Référence aux héros. On nous montre plein de personnages de la culture américaine plutôt adolescente (Baman, Superman, Green Lantern, Dumbledore, Gandalf, Michelangelo, Han Solo, heu Abraham Lincoln, des stars de la NBA) (il faut savoir que Batman est Bruce Wayne, pour par exemple saisir un passage du film).

SCENES DIFFICILES

Mises en danger. Beaucoup de combats avec pistolets laser ou tirs de vaisseaux, les gentils doivent fuir, ils se font tirer dessus. Un film qui n'a rien à envier aux scènes de poursuite de véhicules en tout genre, adrénaline et crainte que les héros percutent différents obstacles ou ne s'écrasent au sol (avec moto, train, hélicoptère, vaisseau spatial). Les héros sont prisonniers, on les verra recevoir des décharges, on voit Superman hurler quand on lui pose des sortes d'électrodes sur la tête. Compte à rebours où le héros et ses amis risquent de mourir. Risque de mourir. Le héros est condamné à être fondu, un laser est dirigé contre lui. Le héros est attaché à une pile qui va tout faire sauter, il préfère se sacrifier pour empêcher tous ses amis de mourir (lui va sauter dans l'abîme infini du grand rien, scène triste où on le pense mort). Mort. Le vieux sage de l'histoire se fait couper la tête par-derrière juste après qu'il ait effectué un combat où il est performant. Sa tête va encore parler un peu avant de finalement mourir sans avoir livré un secret important. On joue avec la mort de personnages (comme l'équipe de Star Wars qui dans cette version ne va pas survire à la rencontre de l'énorme monstre caché dans l'astéroïde (il engloutira le Millenium Falcon. )

Malaise. On voit le mal vaincre au début du film. Tomber dans un endroit étrange, ne pas savoir quoi faire, toucher quelque chose d'inconnu et générer une sorte de flash mémoire étrange. Interrogatoire musclé, être menotté, agressivité d'un policier et contraste étrange avec sa gentille personnalité. Rejet de la demoiselle qui ne croit plus à la force du héros, elle est déçue, se croit trompée. Devoir rapidement fuir la police qui vient pour les arrêter. Saloon mal famé. Le méchant a une force contenue qui inspire le respect et la peur, il a une apparence qui peut être gentille, mais inspire la crainte. L'objet qui allait sauver tout le monde est jeté dans un endroit impossible à atteindre.

Tristesse. Le bon côté du policier se fait effacer. Destruction du pays des nuages, briques désassemblées, on le verra couler au fond des eaux, sa représentante aura la larme à l'oeil. Explosion du sous-marin où se trouvaient les héros, on voit beaucoup de débris, on nous dit qu'il n'y a aucun survivant. Deux vagues de héros emprisonnés, ceux qui ont échappé à la première vague vont connaître le même sort, on peut craindre qu'il n'y ait plus d'espoir.

Visuel effrayant. La première scène nous projette directement dans le repère du méchant, caverne avec effets de flammes, on parle de pouvoir démoniaque, ses sbires sont des robots à yeux rouges, ils sont plutôt effrayants, ils ont une allure de Terminator décharné. Le building du méchant est impressionnant.

Maltraitance. Personne normale qui est renvoyée à son insipidité, trop banal pour avoir des amis, il découvrira que personne ne s'intéresse à lui. On voit des parents policiers sympathiques qui seront utilisés pour juger l'obéissance du mauvais flic (il doit les figer à jamais, cela ressemble à une mise à mort.

Mauvaise vision de la loi. La police, le pouvoir est à la solde du méchant, les héros doivent donc fuir la police, qui est durant presque tout le film représenté par un méchant policier. On réalise à la fin que le méchant de l'histoire est la représentation du papa.

Inconnu. On nous montre un monde qui n'est pas tout de suite explicite, les motivations du méchant ne sont pas faciles à saisir pour un petit. Ce que porte le héros sur le dos ne sera pas explicite tout de suite. Des termes utilisés ne sont pas compréhensibles.

VOCABULAIRE
Classique, mais avec parfois un langage complexe. Parfois limite vulgaire (débile, blaireau).

Commentaires. Un rythme qui peut être effroyablement rapide et un scénario plutôt complexe, un enfant de moins de 9 ans risque de ne rien saisir de l'histoire. On peut presque imaginer que tout cela a été pensé pour l'accompagnant, car ce film est bourré de moments amusants, saisissables uniquement par les adultes (l'histoire bon et méchant flic, références américaines, photocopies de fesses, rôle parental). Mais finalement l'enfant sera bien motivé à s'amuser avec ses petits Legos à la sortie du film, surtout que l'on revalorise son imagination (une publicité géante pour le fabricant, qui prend même le luxe de mettre en avant la réutilisation de ses pièces plutôt que de jouer à la collectionnite ou à l'achat inconsidéré de modèles qui ne serviraient qu'à être exposés).

Thèmes. Imagination. Jeu. Relation au père. Équipe. Couple. Force du faible. Consommation. Bricolage. Créativité. Superhéros. Police.

Les petites briques proposent d'autres films pour promouvoir leurs ventes : Star Wars, la menace Padawan et l'empire en vrac. Ninjago. Les aventures de Clutch Powers. Batman le film.