ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

 

 

 

 

 

 
   

LE GEANT DE FER

Sans dégâts dès : 7 ans - Âge conseillé : 7 ans

DUREE
85 minutes
MONTAGE

Film de 1999. Les premières images nous amènent au coeur d'une tempête, on ne laisse pas de répit au spectateur. Le film pourra avoir un rythme trépidant à certains moments. Petites ellipses. On suit principalement Hogarth et le robot. Différents moments où il y a la télévision, c'est en noir blanc (on peut y voir un film d'horreur d'époque et de la prévention en cas d'alerte atomique).

MESSAGE

Quête identitaire. "Tu es celui que tu choisis de devenir" . Quand on donne son amitié, son affection, on peut changer l'autre et lui permettre de prendre la voie du bien.

Questions existentielles. Après avoir vu un animal mort, le robot se questionne (autour de la vie la mort et l'âme). Le film est plutôt orienté vie après la mort. Religion. On voit les héros prier.

Tolérance. S'ouvrir sur l'autre. Amitié entre deux êtres totalement différents. Apprivoiser l'autre, lui montrer de l'intérêt, le sauver.

Peur de l'autre. On utilise la crainte de l'inconnu pour favoriser la sécurité. Critique des années 57, en pleine paranoïa américaine qui voit l'ennemi partout (le Spoutnik vole au-dessus de nos têtes) et qui s'en prend à un innocent robot parce qu'il n'est pas de chez nous.

Besoin de revalorisation. Un jeune garçon a besoin d'être revalorisé. On voit bien ici qu'il tente de rouler des mécaniques, veut frimer. Il aurait besoin d'être intégré dans un groupe de pair. Estime de soi.

Amitié. On découvre le rêve réalisé d'un enfant qui peut avoir un ami extraordinaire. On nous montre un enfant qui n'est pas vraiment bien intégré et qui est heureux d'avoir un copain robot pour jouer. À la fin du film, il sera mieux intégré avec les enfants de son âge, on le verra jouer avec eux, certainement lié au fait qu'il aura gagné de l'estime après avoir fréquenté le robot.

Jeu. Plaisir du jeu, aller se baigner, partir à l'aventure, s'amuser au manège. La vie d'un enfant qui prend du bon temps à l'extérieur (on le voit aussi se goinfrer de sucreries devant un film d'horreur, tous les plaisirs sont intéressants).

Protection. Aider l'autre, le protéger, même au péril de sa vie. Tant le parent que le robot protègent l'enfant. Et même l'enfant prend à coeur de s'inquiéter du robot. Les personnes gentilles prennent soin des autres. Responsabilité. Le robot renvoie bien au petit garçon que ce n'est pas à lui d'agir, il doit laisser faire les grands, ne pas se mettre en danger.

Autonomie. Hogarth vit seul avec sa maman, il doit souvent se débrouiller tout seul. Un exemple d'un enfant débrouillard.

Famille monoparentale. Une femme seule ce n'est pas l'idéal pour élever un enfant (on voit qu'on peut facilement avoir des soucis d'argent), à la fin on apprend qu'elle est en couple avec l'artiste.

Critique des armes de destruction. Les armes de guerre, c'est mal. Il y a certes une critique de l'armée et de la guerre, mais le général n'est pas le vrai méchant, on le montre même à l'écoute de la vérité. Critique de l'arme atomique, qui peut détruire tout le monde (avec ce type d'arme, rien ne sert de se cacher), elle ne doit pas être utilisée par n'importe quel fou.

Revalorisation de la créativité. L'art moderne c'est bien (même si cela peut un peu décontenancer).

SCENES DIFFICILES

Mises en danger. Marin en pleine tempête, il est perdu, croit voir un phare et brise son bateau sur un robot géant, une vague le submerge. Le jeune garçon monte sur le toit pour réparer une antenne, on voit des traces qui partent dans la forêt, le petit décide d'y aller, il fait sombre, on ne sait pas ce qu'il va trouver, traces inquiétantes contres les arbres. L'homme de fer pris dans des fils qui l'électrifie, on voit qu'il souffre, Hogarth est aussi mis en danger, il arrive à enlever l'électricité, on craint que ce géant n'ait pas survécu. Moment de grand stress quand le robot arrache des rails, qu'il tente de réparer cela, mais le train arrive, Hogarth le presse, mais le robot est heurté de plein fouet, des pièces giclent, on craint qu'il n'ait pas survécu. Dans la forêt, une jolie interaction avec un animal, mais celui-ci sent un danger, il part, on sera surpris par un coup de feu, on retrouve l'animal mort. Le géant se fait attaquer par l'armée. Un des membres du gouvernement fait croire que Hogarth a été tué par le géant pour continuer à l'attaquer. C'est ensuite lui qui contre-attaque avec des armes de science-fiction. Des enfants tombent d'une balustrade, ils se rattrapent de justesse, mais vont pas tenir, on craint pour leur vie. Robot qui se fait tirer dans le dos juste après avoir sauvé les enfants. Nombreux coups de pistolets et autres armes, le géant protège Hoghart dans ses mains. Quand le géant croit son ami mort, il se met en colère et commence à se défendre, armes impressionnantes, les humains ne peuvent rien faire contre lui, ils imaginent enclencher l'arme nucléaire, ce sera Kent Mansley qui la fera partir, risquant de tuer tous les habitants de la ville.

Malaise. Différents moments sont pensés pour amener de la tension. Quand l'enfant regarde un film d'horreur à la TV, la musique reste et il va voir ce qui se passe dans la chambre, quand il part seul en forêt et qu'il y a la première apparition du géant. Hogarth vit plein de moments compliqués. Sa maman ne veut pas le croire, car elle le considère trop dans son monde fantastique. Différents moments où il tente de cacher le robot, ce n'est pas toujours facile (dans sa maison, avec une main géante qui risque de se faire repérer, dans la ferraillerie quand le robot fait klaxonner une voiture). Kent Mansley fait le faux gentil pour obtenir des informations, il a une attitude désagréable. Le robot a ses yeux qui deviennent rouges, on se questionne, es-ce qu'il y aurait du mal en lui, es-ce qu'il est dangereux. L'homme du gouvernement enquête, il se rapproche de la réalité, il finit par avoir des preuves, il met la pression sur Hogarth, et le menace (s'il ne dit pas où se trouve le robot, le droit de garde risque d'être enlevé à sa mère, il cède, donne l'information) (le moment est assez stressant, il est enfermé dans une grange, dans une sorte d'interrogatoire avec lumière vive dans les yeux). Hogarth a été endormi par du chloroforme, il est surveillé par Kent Mansley qui reste éveillé pour l'observer.

Tristesse. Quand le robot découvre la mort lorsque deux chasseurs tuent un cerf. Le géant se sent rejeté, il veut être gentil, mais il a une programmation d'autodéfense qui le rend dangereux. Mansley dit que le robot a tué l'enfant pour que le général accepte de le détruire (Hogarth est en fait protégé dans ses mains), il s'ensuit une succession d'attaques où le géant finit par s'écraser au sol, on peut le penser détruit, puis on peut penser Hogarth mort, car il git au sol). Sacrifice du robot qui fonce contre le missile pour éviter qu'il explose sur la ville, on le croit mort.

Santé. On nous montre un personnage qui fume. Le café, ce n’est pas pour les enfants.

VOCABULAIRE
Classique, avec souvent une musique à timbales imaginée pour faire peur.

Commentaires. Une apparence plutôt enfantine, mais il y a beaucoup de tensions et de moments tristes, mieux vaut être avec si vous le montrez à la famille. Nous ne devons par rejeter ceux qui sont différents et leur montrer que l'on peut être bon. Un film qui se passe dans les années 50, on perçoit bien l'époque.

Thèmes. Robot. Science-fiction. Quête identitaire. Tolérance. Estime de soi. Amitié. Jeu. Protection. Autonomie. Famille monoparentale. Arme. Artistique. Géant.