Quels films pour nos enfants ?Quels films pour nos enfants ?

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

Descendants 2

DESCENDANTS 2

Sans dégâts dès : 7 ans - Âge conseillé : 7 ans

 

DUREE
111 minutes
MONTAGE

Téléfilm de 2017. La suite du premier film, mieux vaut l'avoir déjà vu, on retrouve les quatre héros, plus d'autres personnages qui sont aussi des descendants de héros (ou vilains) chez Disney. Une introduction qui est une sorte de rêve éveillé. Une comédie musicale avec beaucoup de moments chantés (en anglais, ce qui peut faire diminuer la compréhension si on ne maîtrise pas cette langue).

MESSAGE

Quête identitaire. On verra l'héroïne ne plus savoir que faire, être perdue (ne plus savoir qui elle est et ne pas se sentir capable). Avoir besoin d'être considéré comme ce que l'on est (ne pas être tenté ou être poussé à être une autre personne). Apprendre à se distancer de ses parents. Libre arbitre. Se sentir libre de faire les choix que l’on veut, de décider qui l’on va être. Si dans le premier film c'était surtout le parent qui pouvait faire pression, ici c'est plutôt dans le couple que l'on peut ressentir des besoins de changer l'autre. Notre destin est entre nos mains. Origine. Ne pas oublier d'où on vient, cela fait partie de soi-même.

Amour. On se construit dans des relations d’amour aux autres, les relations sont importantes. On peut être aimé pour ce que l’on est. Couple. Nécessité de ne pas faire de pression, l'autre a le droit d'être qui il veut être. L'homme doit faire attention à ne pas imposer sa vision des choses. Importance de ne pas cacher des choses aux autres. Aimer l'autre et ses différences. Timidité. Ne pas oser demander à une fille de sortir avec elle (en voulant aller au bal avec elle) (il veut être plus qu'un ami pour elle).

Apparence. On nous montre que l’apparence est importance chez les gens (on voit des filles désirer de belles coiffures, les looks sont tous très travaillés, que cela soit les coiffures ou les costumes, avec des jeunes qui se sont spécialisés dans le relooking). L'apparence semble être liée à la personnalité, avec une couleur de cheveux qui reflèterait ce que l'on est. On renvoie à l'héroïne qu'elle doit mettre une robe qui la serre au corset pour qu'elle soit belle. Revalorisation du beau. Tous les personnages sont beaux (et encore plus les héros). Bad Boy. Il y a un certain intérêt à se comporter comme un vilain, on nous montre les héros apprendre à devenir un bad boy (dans le style vestimentaire, mais aussi dans la gestuelle). Le style Rap est montré comme étant propre aux méchants.

Femme performante. Un film qui donne une grande place aux héroïnes, que l'on nous montre comme forte (ce sont les leaders du camp des gentils et des méchants). On critique l'idée qu'une femme ne peut pas être membre d'une équipe de sport.

Danse. Une comédie avec chorégraphie et musique. On voit plein de jeunes danser.

Triche. Ce n'est pas bien d'utiliser la magie pour réussir les choses.

Vantardise. On critique Tchad qui se croit le meilleur, qui ne pense qu'à lui.

Travail. On nous montre qu'une femme peut être indépendante et gagner de l'argent sans avoir besoin de se mettre avec un prince pour réussir dans la vie. Autonomie financière.

Pirate. Sur l'île des vilains, on nous montre surtout le monde des pirates, avec la fille d'Ursula et de Crochet.

Multiculturalité. Une fille noire est présente dans ce film (il n'y en avait pas vraiment dans le premier).

Foyer. Avoir besoin d'un chez-soi où on se sent bien. Mal rentre sur son île quand elle ne sait plus quoi faire.

Amitié. Pouvoir compter sur ses amis pour causer. Aider l'autre. Lorsque l'on a une amie, il faut l'aider.

Argent. Un vilain qui prend de l'argent au commerçant. Vol. Sur l'île, on nous montre de petits voleurs (ce qu'ils font ce n'est pas bien, mais vu qu'ils sont pauvres on leur laisse le butin).

Intelligence. On peut tous développer son intelligence en travaillant, il ne faut pas tricher, ne pas se montrer plus bête que l’on est.

Donner sa chance. Il faut tenter d’aider les autres à s’en sortir, ne pas les enfermer dans des rôles de méchants souvent instaurés par l’environnement. Les bonnes écoles doivent être accessibles à tous (et vraiment à tous, on réalise que le prince avait finalement oublié tous les autres enfants de l'île). Bienveillance.

Stéréotype. En dehors du besoin d'être jolie (culte de l'apparence), la femme en couple a le rôle important que de faire plaisir à son homme en lui faisant à manger.

Caste. Il existe les bons et les méchants, et si l'idée du film était de donner sa chance à ceux qui sont mis dans le panier des méchants à cause de leur environnement, l'histoire reste bien dans l'idée de ghetto et de mettre hors du système ceux qui ne conviennent pas (et pour ce faire on va créer des listes d'indésirables).

SCENES DIFFICILES

Mises en danger. Le prince s'est fait kidnapper, on ne sait pas ce qui va lui arriver. On le retrouve attaché à un poteau, le fils de Crochet veut lui faire du mal, on entend Uma dire qu'Harry va l'égorger. On craint que le prince ne soit jeté dans l'eau depuis le bateau. Combat avec les jeunes pirates, coups d'épée). Uma se transforme en géante avec tentacule (qu'elle lance contre les jeunes restés sur le bateau, ils sont secoués), Mal se transforme en dragon et un combat avec flamme et eau.

Malaise. La première scène nous montre que le mal a envahi le royaume, on retrouve les personnages qui étaient pourtant redevenus gentils à la fin du premier film, c'est interpellant de les voir se montrer de nouveau méchants. Jay ne choisit pas Lonnie dans l'équipe de sport parce que c'est une fille. Carlos n'arrive pas à dire à Jane qu'il veut l'emmener au bal. On comprend que la fille d'Ursula veut s'en prendre à Mal, elle lui en veut de l'avoir laissée sur l'île. Mal rend sa bague de fiançailles. Mal repart sur l'île avec sa mère toujours transformée en lézard. Uma est au courant que les héros sont sur l'île, ils se sont fait repérer. Le prince ne parvient pas à convaincre son amoureuse de revenir avec lui, elle lui demande en plus de partir. Mal est trop sur d'elle, accepte de faire un bras de fer avant de connaître sa contrepartie, elle finit par perdre et va devoir voler la baguette magique pour sauver le prince. Les héros ont un plan pour sauver le prince, ils doivent faire une fausse baguette. Mal doit prouver que la fausse baguette est la vraie, difficile de trouver une solution. On réalise que Mal a oublié son grimoire sur l'île. Uma refuse la proposition plutôt sympathique du prince.

Tristesse. Il y a des gentils jeunes qui sont coincés sur l'île, comme la gentille petite Dizzy, la fille de Javotte (elle va devoir continuer de se faire exploiter dans son travail d'aide-coiffeuse quand elle pourrait avoir un meilleur boulot au royaume). Gros malaise lorsque le prince avoue qu'il a eu un coup de foudre sur l'île et qu'il plaque Mal pour se mettre avec Uma.

Moquerie. Ceux qui ne sont pas les gentils peuvent être montrés comme stupides (le fils de Gaston, ou Chad).

VOCABULAIRE
Classique. Chansons en anglais qui empêchent de comprendre le ressenti des personnages pour ceux qui ne connaissent pas la langue.

Commentaires. Une suite bien dans la veine du premier film, sans la mauvaise influence des méchants parents, mais plus avec l'idée qu'il faut être honnête dans le couple et avec ce que l'on veut de sa vie. On prend le prétexte des contes de fées pour nous montrer des relations entre adolescents. Mieux vaut connaître La belle au bois dormant, les 101 dalmatiens, Aladdin, Blanche Neige, La Belle et la Bête, Mulan, pour apprécier ce film (et ne pas être trop puriste, Cruella d'Enfer est une Afro-Américaine). Un film où l'apparence est importante (on tente quand-même quelques personnes pas très jolies comme personnages secondaires, histoire de faire croire que les beaux ne sont pas les seuls héros du film).

Thèmes. Comédie musicale. Princesse. Conte. Quête identitaire. Intérêt à l'autre sexe. Couple. Amour. Égoïsme. Apparence. Pirate. Travail. Femme performante. Danse.