Des films pour les enfants, série adaptées à leurs âges

 
 

 

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

 

 

 

 

 

 
   

CORALINE

Sans dégâts dès : 9 ans - Âge conseillé : 11 ans

DUREE
100 minutes
MONTAGE

Film en stop-motion de 2009. Une introduction pas facile à comprendre et plutôt angoissante (une espèce de dissection de poupée) qui donne bien le ton de cet animé réalisé image par image avec des petites poupées (mais qui utilise aussi la synthèse sans vraiment que cela se voie).

On navigue entre la comédie musicale colorée et le gothique le plus noir (du rêve au cauchemar).

MESSAGE

Oser se positionner. Un film qui utilise ce que ressent une enfant et qui lui fait vivre la dualité de ses émotions contre son environnement (les parents, les voisins, les insectes, les poupées, la mort, tout y passe). C'est bon pour l'enfant d'oser critiquer le parent, tant qu'elle peut retourner l'apprécier aussi. S'affirmer.

Fonction parentale. Les parents ont une forme de solidarité, ils donnent le même message à leur fille. Ils sont égaux devant les tâches ménagères. La cuisine n'est pas réservée aux mamans, même si elles pourraient se débrouiller mieux que le papa de Coraline. Mais cela ne fait pas d'eux des parents aimants.

Protection de l'enfant. Critique du parent trop occupé et qui ne montre pas assez d'attention à son enfant (ils ne remarquent pas qu'elle s'est blessée avec une branche vénéneuse, ils ne la nourrissent pas bien, ils sont surtout intéressés par leur travail). Le manque de dialogue familial motive l'enfant à partir dans un autre monde, qui peut se révéler dangereux.

Peur. Être confronté à des images stressantes et faire face. Comme le petit spectateur qui va affronter cela.

Besoin d'affection, peur de la solitude. La fausse mère veut aimer Coraline, elle la veut rien que pour elle; les deux soeurs ont besoin des chiens, qu'elles empaillent à leur mort pour les garder auprès d'elles

Insectes dénigrés. Les insectes sont montrés comme méchants ou répugnants (et même écrasés).

Sensibilisation au métissage. À la fin, on voit que la grand-mère de Wybie est africaine et on se rend compte qu'il est métis (avant ce n'est pas franchement visible).

Beauté. Une parodie de la Venus de Milo avec une dame avec forte poitrine ne revalorise pas les dames avec forte poitrine, mieux vaut être jolie et mince que vieille et enrobée.

SCENES DIFFICILES

Mises en danger. De nombreuses scènes font peur et sont bien soutenues par une musique angoissante : Coraline fuit dans la forêt, elle est ensuite attaquée par un personnage avec un masque de tête de mort sur un engin bruyant à deux roues. Les trois enfants fantômes dans la chambre prison.

Environnement sombre. Ambiance gothique. Les paysages sont sombres et lugubres. Les sapins sont décharnés, on se croirait presque toujours dans un cimetière. Il y a des effets de brouillard.

Peur. La transformation de la fausse mère qui devient anorexique et finit araignée. Les "cadeaux" offerts par la fausse mère se transformeront en cauchemars (le jardin aura des plantes carnivores et le faux père sera contraint de s'en prendre à Coraline sur le dos d'une affreuse machine mante religieuse); le spectacle des soeurs deviendra effrayant avec des chauves-souris; le spectacle avec les petites souris finira en bataille de canon. Des scènes sont imaginées pour faire sursauter le spectateur, surtout quand il ne s'y attend pas (les chiens des deux soeurs qui sautent à la porte).

VOCABULAIRE
Classique, des musiques bien présentes qui peuvent augmenter l'angoisse.

Commentaires. Un film poétique et philosophique, qui ose parler du fossé entre les générations. Un film sorti de l'imagination de Neil Gaiman, qui n'est pas adapté à un jeune public, sauf si bien accompagné. Les messages commenceront plus à parler aux préadolescents. Il peut être projeté en 3D.

Thèmes. Peur. S'affirmer. Protection parentale. Solitude. Insecte. Gothique.

Ce que disent les autres. Pour FilmAges, l'âge conseillé est de 7 ans: "Les épreuves vécues par l’héroïne de ce film d’animation pourraient impressionner et angoisser les plus petits: le puits, le tunnel, le passage dans l’autre monde, la confrontation avec des animaux et des personnages inquiétants auxquels on arrache les yeux pour les remplacer par des boutons. Mais l’impact angoissant de ces personnages sans âme et de l’atmosphère inquiétante qui les entoure est désamorcé par le charme de cette fillette courageuse et attachante. À signaler encore la complexité de l’histoire de ces deux mondes parallèles, la durée du film et la musique très suggestive qui renforce les effets visuels. Réalisé d’après le best-seller de Neil Gaiman, “Coraline” présente un grand intérêt cinématographique (scénario, photo, musique, effets visuels, création des figurines, travail d’animation,etc.). Dans ce film d’initiation subtil et poétique, le courage donne à Coraline la force de surmonter sa peur et de vaincre tous les obstacles. Pour découvrir finalement que ce sont bien ses vrais parents qui l’aiment et qu’elle aime par-dessus tout, même s’ils sont imparfaits et peu disponibles comme la plupart des parents."