Quels films pour nos enfants ?Quels films pour nos enfants ?

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

cool world

COOL WORLD

ATTENTION DECONSEILLE AUX ENFANTS !

Sans dégâts dès : 14 ans - Âge conseillé : 15 ans

 

DUREE
101 minutes
MONTAGE

Film de 1994 avec incrustation de personnage réel dans environnement animé ou l'inverse. Rythme qui se veut rapide, plusieurs choses en parallèle avec des séquences qui se suivent rapidement. Le début du film se déroule en 1954, puis une ellipse jusqu'à 1992.

MESSAGE

Motivation. On voit une femme qui sait ce qu'elle veut. Elle va jusqu'au bout, est prête à utiliser son corps pour y parvenir. Don de soi. Être prêt jusqu'à se mettre en danger pour faire son travail.

Être un homme fort. On nous pose l'image de l'homme dominateur, qui en impose. Le héros est un héros de guerre qui va devenir policier. Un homme doit réagir, se montrer fort. S'affirmer.

Trouver sa place. Quête identitaire, les personnages doivent trouver le monde qui leur correspond. On doit faire avec ce que l'on a créé ou subi dans notre vie, pour avancer et tenter de s'en sortir.

Sexualité. Les hommes sont des pervers, les femmes sont lascives. L'intrigue tourne autour du moment où une Toon fera l'amour à un humain réel. Et pour en arriver là, une demoiselle est prête à mettre sa plastique en avant, on la voit excitée, attirée par les hommes. Drague. Lorsque l'on est connu ou que l'on a de l'argent, on peut se faire draguer plus facilement (si on est beau ou belle, c'est bien aussi).

Critique de la guerre. Un héros de guerre préfère rester dans un monde animé qui est pourtant dans un chaos constant, violent et lubrique. Autant dire comme la guerre et ses morts l'ont traumatisé. Critique de l'agressivité. On subit l'agressivité avec tous les personnages. Un monde de dessin animé où la violence est le quotidien, avec des petits personnages mignons qui doivent subir des monstres.

Dangerosité de la vie. Le héros préfère rester dans le monde des Toons, il trouve le monde réel trop dangereux et mortel.

Danger de la route. Le héros a été traumatisé par la mort de sa mère lors d'un accident de la route. On ne maîtrise pas l'autre lorsque l'on conduit un véhicule, la mort peut arriver sans que l'on soit responsable de rien. Critique de l'alcool au volant. Les responsables avaient bu.

Deuil. Importance de la famille. En perdant sa mère, plus rien n'allait rattacher Frank à notre monde, ce n'est plus étonnant qu'il n'ait plus qu'à rechercher la femme et la loi dans un monde parallèle.

Hyperactivité. Nous sommes ici dans de l'énergie Toons, avec des personnages qui peuvent aller à 100km heur, qui se donnent des coups sur la tête, qui n'ont aucun surmoi. Déjanté.

SCENES DIFFICILES

Mises en danger. Accident de moto, un jeune homme traumatisé revit les tensions des champs de bataille. La mort d'une mère que son fils avait motivé de l'accompagner, elle est au sol, décède dans ses bras. On voit ensuite le héros agoniser. Folle poursuite, avec tirs. Une bande de malfrats animés s'en prennent à un humain, doigt dans les yeux, il y en a un qui a des griffes à la Freddy Krueger. Une femme moche lui fait un bisou, ressort par sa braguette. Pièces de monnaie qui mordent. Recevoir des coups durant que l'on conduit, avec risque d'accident. Le héros doit monter à un bâtiment, suspendu à une corde, il risque de tomber, il hurle lorsqu'il tombe, se rattrape de justesse, vertigineux. Holli Would veut s'échapper, sur un balcon, elle risque de tomber, demande de l'aide, Frank va l'aider, mais elle le pousse, grande chute, il finit écrasé, mort au sol. On voit du sang qui sort de la bouche, flaque de sang. Effet de décharge électrique. Maltraitance. Un petit lapin se fait escroquer au jeu, on le voit tout chou jouer aux dés et être menacé de devoir payer face à une bande de tricheurs qui le menace de lui faire la peau, ongle crochu et muscle balèze en action.

Banalisation de la violence. Les coups sont montrés pour rire, on peut donner des baffes où les yeux sortent exorbités, où le crâne est dévoilé. Dénigrement. Les policiers se font pisser dessus. Moquerie. On se moque du malheur des autres. Le héros se fait cracher de la fumée au visage, il prend la cigarette et fume.

Mort. Mère tuée dans un accident de moto. Le héros est poussé dans le vide et s'écrase, mort, au sol. Holli tue l'adjoint au shérif (on verra sur le sol la trace à la craie de la silhouette de la victime). Tentative de meurtre sur un petit professeur, la demoiselle le fait exploser.

Malaise. Un homme semble être avec une jeune femme, mais il ne considère pas vraiment importantes ses demandes. On voit que l'on prend une arme, on ne sait pas à quoi cela va servir. Holli Would fait la gentille quand elle en profite en fait pour voler un précieux stylo. Le héros revit le traumatisme de la mort de sa mère.

Monde adulte. Les femmes sont très sexualisées, danseuse en tenue sexy avec poitrine avantageuse, femme dans la rue en tenue légère (apparence de prostituées), on voit des hommes qui font les loups à la manière des Tex Avery. On comprend bien que l'héroïne veut avoir une relation sexuelle avec un homme "garde les jambes serrées", lui enverra-t-on, la position était assez suggestive. La fille peut porter juste une petite culotte. Cigarette. Les personnages fument. Boisson. Une femme descend une bouteille en un coup. On nous montre bien que le bar, c'est fait pour consommer. Las Vegas. Ville de paillettes, avec danseuses, machines à sous, salon de jeu.

Étrangeté. Il peut y avoir des personnages de second plan qui font du n'importe quoi. Pièce avec yeux rouges qui mordent avec leurs petites dents pointues. On voit un homme derrière des barreaux, une femme dessinée semble vouloir sortir de sa planche à dessin, l'homme est envoyé dans le monde des Toons en hurlant, il tombe de haut. Sur une porte, une sorte de tête de mort empêche d'entrer.

Sexualité. Un pouet qui fait comprendre qu'elle touche les parties de l'homme. Sexy, elle se tape sur les fesses, elle se met à califourchon sur un homme, "tu m'excites", dit-elle. Elle cède à ses instincts, elle déboutonne l'homme et lui caresse le torse. On parle d'être en chaleur. Devenue humaine, la demoiselle reste toujours aussi sexy, en se frottant à son partenaire de chant, elle reste toujours aussi délurée, elle imagine pouvoir avoir tous les hommes de l'assemblée. La demoiselle en dessin animé, elle parvient à faire l'amour à un humain, explosion de jouissance. Elle se transforme en humaine, on voit bien la forme de ses seins sous une robe blanche.

VOCABULAIRE
Passages très vulgaire (on se taille, branleur, dégage, fendre la gueule, quelque chose déconne, trou duc, tête de noeud, me gonfler les miches, les emmerdes, tu pues de la gueule).

Commentaires. Pas du tout pensé pour les enfants, ce film est un ovni cinématographique où les acteurs ont bien de la peine à se greffer aux parties animées et où on a bien de la peine à apprécier ce qu'ils représentent. Beaucoup d'allusions sexuelles, on voit ce qui régit le monde. Difficile de ressortir des thèmes, on a l'impression d'une expérience intérieure inaboutie.

Thèmes. Motivation. Quête identitaire. Sexualité. Guerre. Deuil. S'affirmer. Police. Déjanté.