Des films pour les enfants, série adaptées à leurs âges

 
 

 

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

 

 

 

 

 

 
   

Bouba le petit ourson

BOUBA LE PETIT OURSON

Sans dégâts dès : 6 ans - Âge conseillé : 7 ans

DUREE
22 minutes par épisode
MONTAGE

Série d'animation de 1977, avec des personnages à l'apparence très enfantine. Série de 26 épisodes chronologiques. Effet de rêve ou flash-back. Les épisodes se terminent souvent par un moment tragique où on a envie de connaître la suite.

MESSAGE

Découverte du monde des ours. Les façons de marquer leur territoire et de vaincre un adversaire, l'hibernation, se nourrir, importance de les laisser dans leur nature, d'accepter leur vie sauvage. Moy va laisser partir son ami dans la montagne à la fin de leurs aventures. Tolérance.

Historique. Amérique du Nord au temps des chercheurs d'or. Des Indiens qui n'ont plus leurs terres et qui peuvent choisir de se mettre au service des blancs (avec l'espoir d'élever son fils parmi les blancs pour son avenir), on voit les restes de leur culture.

Famille. Importance du lien avec la mère, protectrice et aimante, surtout pour le petit ours, même s'il va la perdre au cinquième épisode. Les pères des deux enfants humains sont bien à l'écoute de leurs petits, même s'ils sont sévères à leur manière en leur inculquant leurs valeurs.

Protection. Mises en garde, autant la maman ours que le papa indien expliquent les dangers que les enfants peuvent rencontrer. Il ne faut pas désobéir aux parents. Mort. On va cotoyer la mort (surtout avec la disparition de la maman des oursons).

Importance de l'amitié. Entre un petit garçon et une petite fille, jeux d'enfants. On va pouvoir réaliser qu'on peut s'apprécier même si on est très différents car ici, l'amitié existe surtout entre un ours et un jeune Indien.

Chasse. Valorisation de la gentillesse. On perçoit que les Indiens respectent la nature et l'ours des montagnes et on critique les chasseurs blancs (mais on peut changer, et M. Forestier accepte les arguments de sa fille et promet de ne plus jamais chasser de sa vie), si le chasseur ne procure plus de peau, il n'y a plus de fourrrure à acheter. Respecter la vie.

Dressage. Les humains vont faire des efforts pour élever les deux oursons, les apprentissages ne sont pas toujours faciles, il faut pouvoir communiquer plutôt que de donner des ordres.

Justice. Ne pas accuser à tort. Injustice. On nous montre de gentils personnages à qui il arrive sans cesse des malheurs.

Nature sauvage. Elle peut apporter des dangers, ours, serpent, coyote, incendie de forêt.

Stéréotype. On a un Bouba fonceur et aventurier et une soeur qui geint tout le temps, peureuse et craintive; le garçon se bat et la fille tente de courir... "Les colliers sont juste bons pour les filles". On repère la domination des blancs. Deux Mexicains sont des aides et l'indien Oklahoma travaille pour M. Forestier qui possède beaucoup de biens.

SCENES DIFFICILES

Mises en danger. Les oursons vivent de nombreuses scènes dangereuses. Attaque de coyotes, d'un grand ours noir, d'un aigle qui emporte Bouba dans son nid, d'un chien de garde, d'un bélier. Être emporté par la rivière. Des yeux dans le noir et l'apparition d'un raton laveur agressif. Tomber malade et être proche de la mort. Être perdu dans Sacramento, avec des hommes qui vont leur faire boire de la bière, qui vont se moquer d'eux. Risque de mourir dans un incendie. On lance des chiens à grosses dents contre eux pour leur apprendre à se battre contre les ours. Les humains peuvent eux aussi avoir des problèmes. La nounou se noie presque, elle ne sait pas nager. Pedro et Paco angoissent une nuit où un ours s'en prend à leurs moutons.

Mort. La mort de la maman de Bouba et Frisquette, poursuivie par des chiens qu'elle éloigne de ses bébés. Elle est tuée par celui qui voulait la protéger, car elle était prête à tuer son employeur. Les deux petits oursons vont chercher leur mère qu'ils ne savent pas morte, c'est assez pathétique, on s'inquiète de les savoir seuls dans les montagnes.

Injustice. Bouba que l'on croit responsable de la destruction d'une cabane par le feu. On prétend qu'à cause de lui les vaches ont moins de lait. On veut le tuer car on le croit responsable de la mort d'animaux du troupeau.

Malaise. Méchanceté des adultes. Critique du chasseur Bonami, des stupides Pedro et Paco) qui ne pensent qu'à tuer ou à faire du profit, qui posent des pièges qui peuvent blesser tout le monde. Le contremaître du bon M. Forestier est aussi de mèche avec le méchant. On voit une personne qui organise des combats d'ours contre taureau et qui est prête à abattre les oursons. Beaucoup de méchanceté. Les jeunes enfants vont être confrontés à des adultes qui mentent, qui sont prêts à de grandes bassesses pour de l'argent. La candeur et la gentillesse du petit indien sont inébranlables, mais c'est peut-être parce qu'il ne voit pas ce que découvre le spectateur, qui assiste à toutes les méchancetés de Bonami (le mal nommé).

Tristesse. Quand les Indiens se font exploiter après que leur maison a brûlé. Quand Bonami vend les deux oursons. Moy voit disparaître les deux oursons sur un tronc d'arbre dévalant une rivière. Moy ne sait pas ce qu'ils sont devenus, et il s'inquiète tout l'hiver.

VOCABULAIRE

Facile d'accès. Il existe deux doublages différents (si vous en avez assez d'avoir Caliméro en tête quand vous écoutez Moy). Les oursons parlent quand ils ne sont pas en présence des humains, sinon ils grognent. La musique peut stresser durant les moments difficiles.

Commentaires. Une série qui joue la corde sensible, vous risquez de faire couler des larmes, car ce petit ours va vivre bien des malheurs. Le dernier épisode nous montrera qu'il n'est plus un ourson, le temps passe vite chez les ours. Cette série faisant vivre des moments difficiles à de nombreux personnages mérite des discussions avec les enfants.

Thèmes. Animaux. Ours. Indien. Western. Protection. Respecter la vie. Chasse. Nature. Amitié. Mort. Justice. Anti-fourrure. Protection des animaux. Tolérance. Historique. Injustice.