Des films pour les enfants, série adaptées à leurs âges

 
 

 

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

 

 

 

 

 

 
   

La belle et la bête

LA BELLE ET LA BÊTE

Sans dégâts dès : 8 ans - Âge conseillé : 9 ans

DUREE
128 minutes
MONTAGE

Film de 2017. Les incrustations d’images de synthèse (on pourrait presque plutôt dire les incrustations de personnages réels dans de la synthèse) sont bien réussies. Introduction avec explication du narrateur. On va suivre l’histoire de Belle, puis parfois en parallèle ce que vit son père ou Gaston. Flash-back sur le passé de Belle à Paris. Le rythme peut être rapide.

MESSAGE

Apparence. Même si l’animé est une certaine critique de l’apparence (en nous expliquant qu'il faut savoir voir ce que l’autre nous montre au fond de lui), le luxe apparait beaucoup (magnifique château, objets, belles robes, tout pour plaire aux petites princesses). Ne pas se fier aux apparences. L'essentiel est invisible pour les yeux, ou alors il faut prendre le temps pour le voir.

Différence. Deux personnes bien différentes peuvent s'aimer. On voit comme une demoiselle qui n’est pas comme les autres peut être mal comprise. Haut potentiel. Ce n'est pas toujours facile d'être trop intelligente, on peut être décalé dans son environnement (Belle crée des innovations, aime la lecture, a de la peine à vouloir rentrer dans le moule de ce qu’on lui propose). Invention. On dit de Belle qu’elle est en avance sur son temps, elle invente la machine à laver (plutôt que de frotter au lavoir). Elle veut enseigner aussi aux filles. L'innovation est parfois difficile.

Revalorisation de l'intelligence. Critique des benêts qui dénigrent tout, ouverture sur l'autre, ne pas mettre l'homme au-dessus de la femme, esprit d'invention. Lecture. Mettre en avant la lecture, avec une demoiselle qui adore les livres. La Bête dit lui donner tous ses livres, on voit que ça la remplit de joie. Ils se font la lecture dehors, de la poésie qui transcende le paysage (les mots peuvent favoriser l’émotion).

Histoire d'amour. Belle va choisir son amoureux, ne va pas céder aux avances du mâle dominateur, plutôt un dragueur. Séduction. Elle recherche quelqu'un d'intelligent comme elle, ce n'est pas seulement l'attitude de l'autre qui permet la rencontre, mais la réceptivité. L'amour transforme les êtres. Une personne qui rencontre l'amour va changer, se bonifier.

Couple. Nous sommes ici dans une histoire d'amour. On voit beaucoup de couples dans cet animé. Celui qui va se créer sous nos yeux, La Belle et la Bête, mais aussi celui de ses parents qui a été brisé par la mort, Lumière et Plumette qui flirtent bien ensemble, Gaston qui recherche une femme en renvoyant bien qu’une femme seule ne pourra que devenir une mendiante (preuve visuelle à l’appui). Séduction. Avec un passage « Il y a quelque chose qui hier encore n’existait pas », qui nous montre les prémices de l’amour, le début des regards amoureux. Chagrin d’amour. On voit bien la souffrance de la Bête lorsque celle-ci part, il en devient quasiment dépressif.

Vantardise. Gaston est vraiment imbu de lui-même. Un prince trop centré sur lui-même va devoir apprendre à penser aux autres. Narcissique.

Maîtrise de soi. La bête doit se maîtriser, ne pas montrer de l'agressivité ou de la colère. C'est la même chose pour Gaston qui semble avoir presque des problèmes post-traumatisme suite à une guerre.

Liberté. Importance de ne pas enfermer l’autre, pour être certain de son amour, faut laisser partir pour voir si elle revient.

Tolérance. Crainte de l'étranger. Critique de celui qui sait générer assez d'angoisse pour que le peuple se mette à avoir peur et veuille faire disparaître celui qui est désigné comme coupable.

Relation au père. On nous montre l'amour que porte une fille à son père, elle est prête à se sacrifier pour lui.

Femme forte. On la voit indépendante, intelligente, ne succombant pas aux belles apparences. Choisir son propre destin.

Nourriture. Chanson où on nous présente différents mets, cela est une bonne ode à la nourriture, cela donne envie de manger.

Hiérarchie. On nous montre des domestiques qui jouent bien leurs rôles, ils se montrent dévoués, ils acceptent leur statut. Dévouement.

Peine de mort. Ce n’est pas au peuple de faire justice et d’aller tuer celui qui déplait. On critique le mouvement de foule qui veut s’en prendre à la Bête, les villageois qui partent vers son château pour le tuer.

Rédemption. Nous devons réparer nos erreurs si nous voulons bien avancer dans la vie.

Homosexualité. Quelques scènes montrent que l'on peut s'intéresser à une personne du même sexe. LeFou, le camarade de Gaston montre qu'il est intéressé par ce beau gaillard. Durant le film, un autre personnage, un escrimeur, semble faire un travail sur sa sexualité, en se retrouvant déguisé en fille dans un combat avec l'armoire, il réalisera apprécier cela. À la fin de l'histoire, on retrouve ces deux personnes qui se retrouvent partenaires de danse. Nous ne sommes pas encore totalement dans l'acceptation de l'homosexualité, ou dans ce "Soyez libre" que lance l'armoire après avoir déguisé les soldats en femme, on se moque encore un peu de l'homosexuel, on le montre un peu grassouillet et son nom est limite stupide "LeFou". Dans la version animée, il existe aussi et semble être le stupide du village, ce qu'il est un peu moins ici.

France. Dans la version originale, on entend beaucoup de mots en français, Lumière a vraiment un grand accent français (c'est sensé se situer en France).

SCENES DIFFICILES

Mises en danger. Le père prend la fuite devant les loups qui vont le poursuivre, son attelage se casse et il tente de fuir, se retrouve nez à nez avec un animal, glisse, risque de tomber là où se trouve la meute. Interdiction d’aller dans un endroit du château, mais la demoiselle y va quand même, c’est un peu tendu, elle est découverte par la Bête qui se fâche fort, Belle quitte le château, mais est poursuivie par des loups, musique tonitruante, elle marche sur un lac gelé, elle veut combattre avec un bâton le chef borgne de la meute, la Bête vient à son secours, il est mordu plusieurs fois, il se défait des loups, mais une dernière attaque dans le dos l’a trop affaibli, il tombe au sol. Gaston frappe Maurice puis l’attache à un arbre pour qu’il se fasse manger par les loups, même LeFou trouve cela extrême. Gaston parvient à motiver la foule qui devient en colère et qui veut tuer la Bête (il parle de magie noire, ils ont peur de ce qu’ils ne connaissent pas et veulent le tuer). On le voit s’approcher, ils défoncent la porte. Combat final entre la Bête et Gaston, sur les toits, c’est vertigineux avec la Bête qui saute de tourelle en tourelle, qui risque de glisser. Utilisation d’un pistolet, la Bête est touchée plusieurs fois dans des moments dramatiques, et si Gaston n’est pas tué par le prince, c’est parce que ce n’est pas une bête. Après lui avoir tiré dans le dos, la partie de château où il se trouvait s’écoule et il finit par tomber dans le vide. On craint que la petite tasse se brise en tombant de haut.

Malaise. Lorsque la vieille dame arrive au château, on peut craindre que cela soit une sorcière. Orage, avec la nuit qui tombe, après un arbre qui reçoit la foudre, le père prend un autre chemin et se perd, des loups sont dans les parages, ils ont des grognements agressifs. Le père arrive au château, il n’y trouve personne, c’est un peu inquiétant, il se permet de manger sans qu’on l’invite vraiment, la bête l’observe quand il repart sur l’extérieur et rugit en fonçant contre lui quand il va cueillir une rose. Belle retrouve son père derrière de gros barreaux, dans une geôle sombre, il tousse, on l’imagine malade, sa fille va prendre sa place. On voit petit à petit les pétales de la rose tomber, on réalise qu’il y a un ultimatum et que les serviteurs risquent de finir en objet si la malédiction n’est pas levée. Belle prépare une corde pour tenter de s’évader, mais elle est découverte. Flash black où on voit que la mère de Belle va mourir de la peste, elle est dans son lit avec des taches noires sur le visage, le père doit l’abandonner et partir avec Belle bébé. Quand le père dénonce Gaston qui a voulu le tuer, on ne prend pas en compte la parole de la femme qui l’a sauvé, et LeFou n’osera pas dire la vérité, Gaston en profite pour le faire traiter de malade et il est condamné à l’asile. Quand Belle part, tout le monde se croit perdu et on voit la souffrance de la Bête. Belle doit montrer la Bête au villageois pour sauver son père, mais sous l’impulsion de Gaston, ceux-ci veulent s’en débarrasser. Petite peur en sursaut. Quand une boule de neige arrive contre nous (surtout à cause de l’effet 3D).

Tristesse. Atteint par plusieurs balles, le prince va mourir. Le dernier pétale étant tombé tous les serviteurs se transforment en objet, c’est triste, ils se disent au revoir et restent figés.

Maltraitance. Le père vient chercher de l’aide au village, mais tout le monde se moque de lui. Gaston utiliser LeFou, il le met devant lui pour qu’il reçoive les coups à sa place.

Visuel effrayant. Transformation du prince en bête plutôt soft, on ne voit qu’une partie du visage, mais c’est étrange et il peut être effrayant quand il est en colère. La transformation de la vieille dame en être illuminée est plus impressionnante, même si c’est plutôt joli. Les loups ont une allure réaliste.

VOCABULAIRE
Classique, de nombreuses chansons entrainantes.

Commentaires. Il existe certaines scènes qui feront peur aux plus jeunes, ce film mérite un accompagnement. L'image d'une femme intelligente, indépendante, empathique. Le visuel est impressionnant. Les nombreuses chansons peuvent rebuter ceux qui n'apprécient pas les comédies musicales. Il est très calqué sur le Disney original avec quelques apports et chansons en plus. Avec les mêmes personnages Disney, il existe deux autres films, Le Noël enchanté et Le monde magique. Vous pouvez trouver un film plus sombre, de 2014 sur le même conte.

Thèmes. Princesse. Différence. Apparence. Rédemption. Femme performante. Relation au père. Narcissique. Maîtrise de soi. Dévouement. Conte. Lecture. Comédie musicale. Séduction. Drague. Homosexualité. Tolérance. Vantardise. Couple. Chagrin d'amour. Monstre. Lecture. Invention. Innovation.