Des films pour les enfants, série adaptées à leurs âges

 
 

 

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

 

 

 

 

 

 
   

Bébert et l'Omnibus

BEBERT ET L'OMNIBUS

Sans dégâts dès : 5 ans - Âge conseillé : 7 ans

DUREE
100 minutes
MONTAGE

Film en noir blanc de 1963. On va suivre en alternance différents personnages qui tournent autour de Bébert.

MESSAGE

Éducation. Difficile de gérer une famille nombreuse. Importance des parents qui ne doivent pas déléguer leurs rôles éducatifs (on voit qu'ils tentent de responsabiliser leur plus grand fils, mais ils feraient mieux de gérer les choses eux-mêmes). On voit un père qui se permet de renvoyer la responsabilité de la mauvaise éducation à sa femme, lorsque lui il ne fait pas grand-chose ou qu'il utilise des moyens peu adéquats (menacer de baffes, d'abandon ou de croque-mitaine). Difficile de gérer un enfant. Tous les hommes sont égaux devant un petit qui veut ce qu'il veut (père, policier, inspecteur, chef de gare ou frère ne parviennent pas à en faire façon). Besoin d'attention. Pour se sentir bien, l'enfant a besoin que l'on s'occupe de lui. Le Bébert qui ne cesse de demander des choses est un Bébert qui a besoin d'être sécurisé.

Imaginaire de l'enfant. Inventer des choses dans sa tête, créer des dialogues, faire parler un animal. S'amuser avec les différentes petites choses qu'il voit (imiter le train, jouer avec son reflet). Scène où le grand frère se prend pour un cycliste professionnel.

Suite dans les idées. On nous montre un enfant qui est bien persuasif, qui impose des choses aux adultes. Une motivation à toute épreuve. On critique le "je veux" qui est liée à l'enfant qui n'est centré que sur lui-même.

Critique des supérieurs, de la hiérarchie. On les voit tenter d'user de leur pouvoir, mais ils ne sont pas meilleurs que les autres. La police par contre reste encore très au-dessus de tout le monde et est bien respectée. Contrôle de qualité. Un inspecteur vérifie le travail plutôt bancal des cheminots, s'il est confronté à un certain laisser-aller, le copinage fera qu'il clôt le dossier.

Dragueur. On se moque du jeune adulte qui tente de sauter sur tout ce qui a un joli minois. Critique du grand frère dragueur, prêt à tout pour arriver à ses fins et qui oublie facilement Bébert quand il voit une belle...

Sens des responsabilités. Ceux qui ont des responsabilités doivent assurer (que ce soit le grand frère qui prétend s'occuper Bébert, les chefs de gare qui doivent répondre à la clientèle, les parents qui doivent éduquer). Protection. Une petit doit être pris en charge.

Vieille France. Du temps des locomotives à vapeur. Découverte du monde des trains. On y voit comment on travaille dans une ancienne gare. Les rapports avec un inspecteur.

Politesse. Le petit garçon n'a pas vraiment de Surmoi, il fait bébé dans ses réactions, très réactif dans ses envies et besoins, il n'a pas encore appris à se tenir en société. Le petit peut tirer la langue à une vieille dame qui avait pris sa défense. Mange une pomme qui appartenait à une dame à côté de lui dans le train. Il réveille les adultes pour demander des frites.

SCENES DIFFICILES

Malaise. Bébert n'est plus sur la chaise où il devait rester, il semble être perdu dans un grand magasin, le frère le recherche, il trouve petit à petit des habits au sol. On réalise que le wagon où se trouve Bébert est séparé de celui où il y a son frère, ils vont partir chacun dans une direction différente sans le réaliser (le petit dort, il va se retrouver seul). On voit souvent des chefs de gare qui ne sont pas pressés de répondre aux besoins de ceux qui veulent secourir Bébert. Père qui veut monter dans un wagon de marchandise interdit au passager, il s'approche avec un briquet d'un écriteau où c'est noté qu'il y a des dangers d'explosifs. On verra des adultes inquiets pour Bébert, étant bien embêté, car ne sachant pas où il se trouve. Le petit garçon fait tomber un chariot sur les voies, on craint qu'il y ait un accident. Risquer de se faire écraser par des voitures dans un carrefour, ou deux motos qui semblent foncer de nuit contre le papa.

Arme. Un cheminot craint un vol, il sort son pistolet et tire contre le frère de Bébert qui prend peur.

Sexualité. Le grand frère est bien intéressé par les demoiselles, il cherche des "souris". Nombreuses tentatives de drague, certaines filles sont plus réceptives que d'autres. Un dessin est montré au frère, ce doit être une femme dénudée. Adultère. Le mari menace l'amant avec un pistolet, l'enferme dans une pièce, puis fait la même chose avec le frère de Bébert pour qu'il témoigne.

Agressivité. Problème dans la gare, avec des adultes qui s'énervent à cause d'un train qui est bloqué. Méchanceté. Le grand-frère fait peur à une petite en se faisant passer pour un croque-mitaine.

Incompétence des parents. On nous les montres nuls, même pas capables de s'occuper de leurs enfants, n'étant pas d'accord dans le couple.

VOCABULAIRE
Beaucoup de termes vulgaires (merde, les vieux, crétin, ta gueule, trou de balle, je me torche avec, salaud, abruti).

Commentaires. Beaucoup de petites scènes raviront les enfants, les facéties du jeune héros sont en effet assez comiques. Les petits peuvent être un peu inquiets sur le sort du petit garçon resté tout seul, mais son attitude n'est pas celle d'un enfant perdu. Un film qui existe pour jouer sur la notoriété de Petit Gibus, dans Guerre des boutons originale.

Thèmes. Train. Protection. Éducation. Imagination. Besoin d'attention. Politesse. Drague. Responsabilité. Vieille France. Adultère.