gvz
 

 

Quels films pour nos enfants ?Quels films pour nos enfants ?

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

Batman Killing Joke

BATMAN : THE KILLING JOKE

Sans dégâts dès : 16 ans - Âge conseillé : 16 ans

 

DUREE
90 minutes
MONTAGE

Film d'animation de 2016. Une animation plutôt bien réalise pour ce type de production. Dans un style plutôt rétro (qui réduit la violence du scénario). Le film est composé d'une première partie de 20 minutes qui ne sont pas dans la bande dessinée originale et ne sert pas à grand-chose.

MESSAGE

Justice. Ne pas laisser les humains devenir des bêtes sauvages. Croire aux méthodes légales de la société. Le Jocker veut amener Batman à réaliser que tout le monde peut devenir aussi violent que lui face à la perte (mais l'humain n'est pas forcément obligé d'aller vers le mal).

Folie. Avec un message qui tente de nous faire comprendre que selon les situations, des hommes peuvent passer dans ce côté obscur. La souffrance extrême risque de nous détruire (et cela en un seul mauvais jour). On pourrait presque tous avoir le risque d'y passer. Heureusement, on peut se maitriser et ne pas sombrer quand on est du côté des gentils. Sociopathe. Il existe le mal dans la folie de certaines personnes. Maladie psychique.

Drague. On nous montre bien comme les femmes peuvent plaire. Sexualisation de la femme. "Elle me chauffe", dira un malfrat en parlant de Batgirl, il parle de préliminaire. On voit des femmes qui sont payées pour des massages faits à des hommes, une des femmes a dû mettre un masque de Batgirl. Attirance sexuelle. Batgirl est sur Batman, elle se déshabille (on la voit ensuite regretter son geste). Elle en parle avec son ami homosexuel.

Couple. L'homme peut avoir de la difficulté à s'engager. S'engager, c'est perdre sa liberté.

Domination masculine. Batman se montre protecteur envers Batgirl, il est l'homme fort, tandis qu’elle est la faible femme. Partenaire, mais pas à parts égales. Machisme.

Force. On revalorise le mâle dominant. Batman suscite l'intérêt d'une demoiselle avec son style d'homme fort dominant.

Protection. Ne pas supporter être une personne que l'on doit protéger.

Combattre le mal. On ne peut pas laisser faire ceux qui s'en prennent aux autres, qui font le mal ou volent. Héroïsme. Courage et action.

Estime de soi. Vouloir prouver à l'autre que l'on est performant.

Influence. On voit comme un homme se fait embarquer par deux bandits en espérant obtenir une meilleure vie et aider sa femme (mais il va dans la voie du mal). Mauvaises fréquentations.

Mort. Batman parle au Jocker et parle de l'inévitable mort d'un des deux. Ce n'est pas clair à la fin du film que le héros a tué son ennemi (plus clair dans la bande dessinée). Respect de la vie. Batman semble avoir dépassé la limite cette fois.

Appât du gain. Des mafieux qui se volent parmi. On peut faire le mal pour de l'argent. Cupidité.

Handicap. On peut bien vivre en fauteuil roulant, la fille de Gordon aide Batman même avec son handicap.

Torture. La fin justifie les moyens. Batman n'hésite pas à employer la manière forte pour soutirer des informations, il demande à sa partenaire de ne pas rester auprès de lui quand il s'occupe d'un homme.

SCENES DIFFICILES

Mises en danger. Scène de nuit où deux voleurs sont poursuivis par la police, Batgirl tente de les arrêter, elle se fait tirer dessus puis pousser en bas du camion, elle se fait ensuite braquer par un homme qui sort du camion. Combats à main nue, l'homme frappe Batgirl, du sang sort de sa bouche puis il lui fait sentir un gaz qui l'endort, on craint qu'elle se fasse kidnapper. Un homme se fait descendre quand il tient un téléphone, on voit bien le sang gicler, trois hommes canardent un bateau avec des mitraillettes, ils montent à l'intérieur, mais il explose. Batgirl se fait tirer dessus à l'intérieur de la maison d'un mafioso, Batman vient la secourir. La batmobile est atteinte par une rockette, Batman est coincé, il parvient à s'éjecter à la dernière seconde, des hommes armés vont dans sa direction, il est blessé par une tige dans les côtes. Le Jocker serre la main d'un homme qui se fige et meurt dans un rictus. Le Jocker apparait quand la fille de Gordon ouvre la porte, il a un pistolet, il lui tire dessus à bout portant, on la voit tomber en ralenti, du sang dans l'abdomen, elle agonise au sol, son père éclaboussé par son sang, il va être frappé par les sbires du Jocker. Des bandits se font tirer dessus, on les voit mourir, Batman avance vers un homme qui tombe dans des produits chimiques, il ressort la peau blanchie, brulée et devenu fou (Batman a créé le Jocker). Batman se fait agresser par différents personnages de foire (femme à barbe, obèse ou siamoise, il échappe à tout le monde, est surpris par une sorte d'homme-loup baveux qui se faisait passer pour le Jocker). Le Jocker frappe Baman avec des objets.

Visuel effrayant. Une salle avec des personnes figées dans des rictus, les cadavres datent de trois ans. Sortes de nains avec des yeux globuleux. Un homme-loup baveux.

Malaise. Un patron de bande agressif qui va gifler son neveu et le menacer s’il ne lui rend pas l'argent qu'il a perdu par son incompétence. Batgirl reçoit un cadeau, c'est en fait la dépouille d'un parrain ensanglanté. Batgirl perd son sang-froid et tabasse un homme à coup dans sa figure. On réalise que le Jocker s'est échappé. Misère d'un homme qui ne parvient pas à trouver du travail, qui se considère comme un looser et qui n'amène pas de l'argent à sa femme enceinte, on les voit vivre dans un appartement pourri. La fille de Gordon a perdu l'usage de ses jambes en se faisant tirer dessus. Deux policiers viennent apprendre à un homme qu'un court circuit a tué sa femme enceinte. Le Jocker veut montrer que l'on peut tous devenir des tueurs, on a l'impression que Batman ne va pas laisser vivre son ennemi vu ce qu'il a fait à la fille de Gordon. Le Jocker et Batman rient ensemble à la fin du film.

Maltraitance. Les deux bandits ont fait en sorte de déguiser un innocent pour pouvoir l'accuser à leur place. Gordon finit en cage, traumatisé par les images qu'il a vu de sa fille.

Sexualité malsaine. Le Jocker déboutonne le haut du chemisier de la fille de Gordon qu'il vient de mettre à terre en tirant dessus (on apprend finalement que le Jocker la mise nue, on peut penser à un viol). Gordon est déshabillé, trainé nu par des nains déguisés en anges SM. Il doit subir les images de sa fille nue se vidant de son sang. Prostitution. On apprend que le Jocker avait l'habitude d'aller voir des femmes pour les faire rire au lit.

VOCABULAIRE
Très vulgaire (putain de salopard, flic, mal barré, merder, bordel, pognon, ça te fout les boules, des conneries, enfoiré, pauvre connard, salaud, pisse, chiante, connard, ...). En VO c'est quand même Mark Hamill qui double le Jocker.

Commentaires. Vu la violence, ce n'est pas à montrer aux enfants. Une partie du film reprend la bande dessinée culte homonyme, mieux vaut rester avec le comic si on est fan, mais pour ceux qui ne connaissent pas et veulent découvrir une histoire bien sombre, c'est le film idéal.

Thèmes. Superhéros. Bandit. Handicap. Drague. Abus. Estime de soi. Courage. Agressivité. Fréquentation. Respect de la vie. Cupidité. Maladie psychique.