Quels films pour nos enfants ?Des films pour les enfants, série adaptées à leurs âges

 

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

The Dark Knight Rises, un Batman pas en forme va se réveiller

THE DARK KNIGHT RISES - L'ASCENSION DU CHEVALIER NOIR

Sans dégâts dès : 14 ans - Âge conseillé : 15 ans

 

DUREE
165 minutes
MONTAGE

Film de 2012. Dernier film d'une trilogie, on place au début de l'histoire quelques éléments d'informations. En dehors de l'introduction, il y a peu d'action au début du film et beaucoup de paroles, la deuxième partie a un rythme d'enfer. Beaucoup d'intrigues en parallèle.

MESSAGE

Se renforcer. Importance de se relever après une épreuve, ne pas se larmoyer sur son sort, se laisser dépérir. Oser se confronter au monde. Se battre pour une cause est une bonne motivation. La véritable force doit aller se chercher dans la peur, dans l'enfer, c'est comme cela que l'on devient un combattant. Si l'on est trop dans la paix, que l'on vit de privilèges, on ne peut pas espérer gagner, il faut se renforcer dans un endroit dur.

Critique de l'anarchie. Le grand méchant propose aux habitants de Gotham une liberté totale en supprimant les institutions, en cloîtrant la police. Ce sont les bandits qui font ainsi la loi en imposant la peur. Un bon exemple de création d'états, en fait totalitaires. Totalitarisme.

Importance de la résistance. Ne pas plier face à l'ennemi envahisseur. Organiser des réseaux, contre-attaquer, préférer mourir que de vivre en lâche. Quand tout a lâché, quand plus rien ne va, quand on atteint l'apocalypse, il y a toujours des hommes qui veulent s'en sortir.

Revalorisation de la police courageuse. On voit que ce sont eux aussi les héros du film. Critique d'une police qui préfère s'en prendre à Batman qu'aux vrais bandits (mais ici c'est surtout la critique du chef qui veut son heure de gloire).

Héritage. Transmission du pouvoir. Faire son temps et laisser la nouvelle génération continuer de protéger le monde. Batman n'est pas une personne, mais une idée à transmettre aux hommes qui sont prêts à se battre pour un idéal de paix. Transmission.

Honnêteté. Pouvoir compter sur l'autre. Il faut oser parfois dire la vérité si c'est pour sauver l'autre, même si cela va remettre en cause l'amitié. Importance de l'amitié.

Il ne faut pas se fier aux apparences. Les méchants ne le sont pas pour rien, ceux de ce film ont de grandes blessures, et le principal méchant se cache bien.

Écologie. Problématique autour des énergies dites vertes, qui voudraient contrecarrer le pétrole, mais qui peuvent être proche du nucléaire et produire des bombes si leur technologie est mal exploitée.

Critique du pouvoir de l'argent. Que cela soit les traders à Wall Street qui s'amusent avec des millions, ou les riches qui ne méritent pas plus que le peuple tout l'argent qu'ils ont.

Romance. Devoir faire le deuil d'un amour perdu. Les relations ne sont pas toujours ce qu'elles semblent être, ce que l'on imagine. L'important dans la vie c'est de trouver quelqu'un avec qui on se sent bien, avoir une relation amoureuse.

Les femmes nous sont montrées puissantes. Elles savent jouer de leurs charmes pour obtenir ce qu'elles veulent.

Critique de la loi appliquée à la lettre. Il faut oser sortir des sentiers battus, ne pas faire comme disent certains chefs intéressés par leurs intérêts. Nécessité de parfois se mettre en marge des pouvoirs pour véritablement aider à vaincre le mal.

Vol. Une voleuse est mise en avant dans le film, on a de la peine à la critiquer même si elle vole, le fait qu'elle fasse cela à des riches réduirait sa faute, on peut même aller jusqu'à la blanchir de ses crimes, parce qu'elle veut repartir à zéro.

La colère peut provenir de la souffrance. Des enfants qui ont perdu leurs parents peuvent devoir apprendre à mettre un masque pour s'intégrer dans la société.

SCENES DIFFICILES

Mises en danger. Menaces de mort, pistolet sur la tempe, otages hurlants sur les sièges de motos. Personnes qui risquent d'être éjectées par la porte d'un avion. On voit des méchants vouloir aller tuer Gordon alité à l'hôpital. Se jeter dans le courant des égouts plutôt que d'être tué. Risquer d'être pris par une inondation. Batman est poignardé par un allié, il ne s'y attend pas, il risque de mourir. Déchéance de Gotham, ville détruite par des explosions qui l'ont coupée de l'extérieur, qui ont enseveli sa police, tué des sympathiques joueurs de foot américain. Ville détroussée par les pillards qui s'en prennent aux biens, aux gens, avec un tribunal qui condamne les gentils à marcher sur la glace pour y mourir noyés quand elle se brise sous les pieds. Ville menacée d'une destruction atomique inévitable. De nombreux combats, avec pistolets ou engins de guerre. Attaque de Wall Street, en prenant les traders en otage. Différentes poursuites, éviter des missiles. Batman va presque mourir après un combat contre Bane qui lui assène des coups impressionnants, lui brise presque la colonne vertébrale. On le verra souffrir, désirant mourir, récupérer l'usage de son corps petit à petit en devant regarder l'anéantissement de sa ville.

De nombreuses morts. On ne compte pas les personnes tuées par balle, ou le cou tordu par le grand méchant (il s'en prend même à ses propres hommes). D'autres sont plus poignantes (un adolescent rejeté des égouts, jeune homme qui accepte de se sacrifier pour son maître en restant dans un avion en chute libre, capitaine de l'armée américaine pris au piège avec ses hommes (abattus), qui sera étouffé (gros plan), gentils résistants pendus, de nombreuses actions contre la police). Agonie du vrai méchant du film. Mort du collègue de Gordon, en héros.

Stress. On joue avec la notion de temps qui passe et nous rapproche de l'apocalypse, avec différents comptes à rebours.

Tristesse. Fausse mort de Batman à la fin, qui se sacrifie pour sauver la ville. Enterrement triste. Pathétique histoire d'une femme qui accouche d'un enfant dans une prison. Elle sera violée et tuée, son enfant sauvé de justesse va passer sa jeunesse dans cet enfer.

VOCABULAIRE
Classique.

Commentaire. Dernier volet d'une trilogie qui pourrait pourtant avoir encore des suites. On revisite ici Batman en s'intéressant surtout à Bruce Wayne. Rien d'enfantin dans le film, c'est pour les adultes.

Thèmes. Superhéros. Force. Résistance. Transmission. Écologie. Argent. Vol. Totalitarisme.

Batman a été souvent le héros dans différentes productions. En 1966, Batman le film, plutôt enfantin, puis les films de Burton, Batman et Batman le défi. Christopher Nolan a produit une nouvelle trilogie, plus réaliste et violente, avec par exemple le troisième, The Dark Knight Rise. Il existe différentes séries animées, comme Batman la série animée, Batman l'alliance des héros. Des films d'animation, comme Batman Year One, Batman, the Dark Knight returns part 1 et part 2, Batman et Red Hood : sous le masque rouge, Batman assaut sur Arkham, ou même un film LEGO, Batman le film. La Justice League a aussi des moments avec Batman.