Des films pour les enfants, série adaptées à leurs âges

 
 

 

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

 

 

 

 

 

 
   

LES ARISTOCHATS

Sans dégâts dès : 4 ans - Âge conseillé : 5 ans

DUREE
78 minutes
MONTAGE

Film d'animation de 1970. Plusieurs intrigues en même temps, on suit les chatons, mais aussi Edgar, des oies, une souris.

MESSAGE

Animal de compagnie. Le chat est le meilleur ami de la vieille dame.

Romance. Chose rare, on verra des personnes âgées se courtiser. Les héros félins nous offriront une seconde histoire d'amour, ouvertement sous l'oeil des enfants. On retrouve la jolie femelle huppée qui s'amourache d'un mâle de la rue (ce genre de couple est aussi présent dans la Belle et le Clochard, Aladdin, Bernard et Bianca, Pongo et Perdita). Il y a une ambiance de séduction, même avec les oies (mais ici les femmes dominent la situation). Moins politiquement correct, oncle Waldo complètement ivre partira avec les deux oies gloussantes.

Se méfier de personnes ordinaires. Un monsieur comme Edgar, doucereux, peut être quelqu'un qui peut faire du mal, même s'il n’en a pas l'air. Bonne sensibilisation pour les enfants qui doivent se méfier des inconnus, peu importe leur apparence. L'idée d'un kidnapping d'enfants n'est pas très "Disney", mais on retrouve bien ce message dans le film.

Monde extérieur dangereux. Les enfants découvrent les dangers hors de la maison (risque de noyade, faire attention au train, la route). Il vaut mieux être accompagné des parents qui sont là pour protéger.

Amitié. Quand il arrive quelque chose de compliqué, on peut compter sur ses amis. Faire partie d'une grande famille de chats qui s'entraident en cas de pépin. Héroïsme.

Bourgeoisie. L'idée de l'aristocratie n'est pas remise en cause, elle est au contraire revalorisée, à la fin Thomas va pouvoir entrer dans la grande famille. Bonne éducation. Les messages moraux des Aristochats sont plutôt "vieille France" : leçon de peinture, de musique. On ne joue pas à se mordre, on n'a pas de gestes violents, on n'utilise pas n'importe quel langage, pour devenir de charmants hommes et femmes du monde. Mécénat. La vieille dame riche oeuvrera à mettre sur pied une fondation destinée aux chats de gouttière de Paris (le jazz sort des bas fonds pour être découvert par les riches). Argent.

Amour parental. Le film montre une image de l'homme qui peut s'amuser avec des enfants, Thomas O'Malley est un guide et une figure paternelle positive. La mère est aimante et attentive à ses enfants. Fratrie. Relation fraternelle, avec enfants qui s'amusent, petite fille qui sait aussi s'imposer. Famille recomposée. Plutôt en avance sur son temps, ce dessin animé met en scène une famille recomposée.

Milieu artistique. Des enfants qui ont des potentiels artistiques. On nous montre un squat où des musiciens organisent une jam d'enfer ouverte à tous (beaucoup d'instrument à découvrir). C'est très sympathique et offre une image positive de personnages plutôt alternatifs. Cela décoince un peu Duchesse qui découvre un autre monde. Jazz. La musique jazz est une des réussites de ce dessin animé, le chat-band est une bonne présentation d'une équipe multi-culturelle.

Plan de guerre. Les deux sympathiques chiens, Napoléon et Lafayette sont deux militaires férus d'attaques.

La mort. On évoque le décès possible de Mme de Bonnefamille. Elle demande de faire son testament. Intéressant de reprendre cela avec des enfants.

Stéréotype de genre. La petite chatte Marie a son ruban rose et laisse ses grands frères jouer aux excités. Elle sera spécialisée dans les jeunes filles en détresse, tombant du camion, du pont et est réceptive à la séduction masculine. La maman vousoie ses enfants.

SCENES DIFFICILES

Mises en danger. La scène où Edgar veut se débarrasser des chats, cela se passe la nuit, dans une ambiance plutôt sombre. Le laitier expulse les chats de son camion en criant et en leur jetant des choses à la tête. Les chats évitent un train en se cachant sous un pont, mais Marie tombe à l'eau et risque de se noyer. La souris a affaire aux chats de gouttière et risque sa peau, ils lui font peur, a de la peine a retrouver le nom de O'Malley qui pourrait la sauver. Scène finale, où Edgar pourchasse Thomas avec sa faux, la musique est stressante et cela dure plutôt longtemps, la majordome parvient à enfermer tous les chats dans une malle.

Craindre un personnage à l'apparence banale. Edgar est intéressé par l'argent. Il est prêt à tuer pour cela. En plus il n'est pas représenté sous la forme d'un monstre, mais d'une personne tout à fait ordinaire, qui garde secrètement ses idées de meurtre.

Grosses dents de chiens. Napoléon et Lafayette ont des grosses dents (crocs dans les fesses) quand ils s'en prennent à Edgar et toute la scène dans le side-car est rapide et bruyante (mais plutôt pensée comique).

Tristesse. Les chats sont perdus et confrontés à un orage. Edgar capture une deuxième fois les chats au moment où ils rentraient enfin à la maison.

Malaise. Oncle Waldo apparaît ivre dans une scène.

VOCABULAIRE
Classique. Plus vocabulaire militaire (avec les chiens), huppé avec les Aristochats et surtout de la rue avec les chats de gouttière. Musique Jazz.

Commentaires. Cela reste un bon et classique Disney, visible par tous si les parents sont à côté, s'ils découpent le film en plusieurs parties et qu'ils accompagnent l'enfant confronté au type de méchant que représente Edgar (l'âge que nous avons posé peut presque être trop bas pour certains enfants).

Thèmes. Famille recomposée. Amour parental. Fratrie. Animaux anthropomorphes. Chat. Musique. Éducation. Comédie musicale. Mort. Méfiance. Romance. Argent. Jazz. Artistique.