Quels films pour nos enfants ?Quels films pour nos enfants ?

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

les animaux fantastiques

LES ANIMAUX FANTASTIQUES

Sans dégâts dès : 12 ans - Âge conseillé : 13 ans

 

DUREE
108 minutes
MONTAGE

Film de 2016, avec des incrustations d’images de synthèse impressionnantes, tout un bestiaire fantastique imaginaire que l’on voit réel. Une introduction en nous montrant des journaux, mieux vaut savoir lire et cela va vite. On suit souvent deux intrigues en parallèle (voire trois). Le rythme peut être rapide.

MESSAGE

Histoire. Le film se déroule dans les années 20 en Amérique, du temps de la prohibition. Si les personnages sont fictifs, il y a des allusions à la Première Guerre mondiale ou à la vague de puritanisme qui a déferlé sur l’Amérique, fermant les bars. Politique. On saisit bien qu'il y a des motivations politiques, des problèmes de gestion de la crainte qui influence les personnes haut placées.

Protection des animaux. Être capable de créer des liens avec des espèces animales. Reconnaitre les besoins des animaux, les protéger, les nourrir, s’en occuper, ne pas avoir peur d’espèces qui peuvent être dangereuses (ce sont les humains qui sont dangereux). Protection d’espèces disparues. Se décentrer. Il n’y a pas que l’humain qui existe, les animaux ont aussi le droit d’être là. Liberté. Les animaux ne doivent pas finir chez des collectionneurs ou enfermés, ils doivent retrouver leur habitat naturel. Animal de compagnie. On peut créer un lien avec un animal, mais celui-ci ne nous appartient pas.

Cupidité. Le niffleur de Norbert s’intéresse à l’argent et cause des problèmes. On voit bien que vouloir obtenir des richesses, ce n’est pas ce qui est le plus adéquat. Vol. C’est pas bien de voler, on risque des problèmes avec la police.

Soucis d’argent. Jacob a du savoir-faire, mais ne peut pas monter son entreprise, n’offrant pas de garantie la banque ne veut pas lui prêter de l’argent.

Réaliser son rêve. Jacob va finalement pouvoir créer sa boulangerie, Norbert va libérer l’oiseau-tonnerre et aller écrire son livre et Tina va redevenir une Auror. À force de croire en ce que l’on veut et surtout en se montrant intègre, on finit par obtenir ce que l’on veut.

Respect de la vie. Critique de la peine de mort. On nous montre comme les deux héros sont rapidement condamnés à mort, clairement une bavure judiciaire. Les autorités se permettent de tuer les gens qu’ils considèrent comme dysfonctionnement ou dangereux. Injustice. On ne peut pas toujours faire confiance aux gouvernements, lois.

Tolérance. Critique de ceux, qui sous couvert de religions fanatiques, font la chasse aux autres (ici une secte, les Fidèles de Salem, veulent rejeter les sorciers). Importance de vivre tous ensemble, sans créer de conflit (et pour cela, les sorciers doivent accepter de vivre cachés, l’intégration ce n’est pas pour tout de suite). Racisme. Avec Gellert Grindelwald qui souhaite la domination des sorciers, il n’apprécie pas les humains. La société américaine de cette époque refuse que les sorciers fréquentent les humains, refuse les mariages mixtes.

Reconnaissance du père. Dans une famille de riche, les Shaw, un des fils est bien apprécié par son père, il réussit en politique, tandis que l’autre tente inutilement d’attirer l’attention.

Maltraitance. Critique de ceux qui sous couvert d’éducation, frappent leurs enfants. Ici un jeune homme reçoit des coups de ceinture. Protection. Importance de ne pas laisser faire, même si on montre ici que Tina a perdu son poste d’Auror pour avoir utilisé ses pouvoirs contre cette femme pour protéger le garçon.

Mort. Des personnes perdent la vie dans le film, on voit bien les cadavres. Ce sont des morts violentes.

Couple mixte. On voit un début de liberté quand une sorcière comme Queenie tombe amoureuse de Jacob. S’ils doivent accepter de ne plus se voir à cause de la pression sociale, la fin du film laisse entrevoir quelque chose d’autre.

Chagrin d’amour. On aurait pu penser la formation d’un couple entre Tina et Norbert, mais on voit que celui-ci est encore trop pris dans une ancienne relation (ou qu’il est trop timide, ce n’est pas si clair). En tout cas, l’homme n’est pas prêt à former un couple.

Sexualisation de personnages. Queenie joue particulièrement la séduction, elle sait user de ses charmes et l’attrait qu’elle a sur les hommes (en plus elle parvient à lire leur esprit). Les deux soeurs s’habillent sexy quand elles entrent dans un bar clandestin.

Appartenance. Besoin de faire partie de groupe. On nous montre la souffrance de Tina d’avoir été éjecté du groupe des Aurors. Les sorciers forment une grande confrérie. Un personnage comme Norbert est un peu hors du système et apprécie faire partie d’un groupe.

Agressivité. Violence. La colère et les actes violents sont provoqués par une souffrance, c’est important de tenter de calmer la personne, lui faire comprendre qu’on la comprend, l’apprivoiser, plutôt que de répondre avec aussi de la violence, en lui tirant dessus, en la supprimant. Parler à l’autre peut calmer la colère. Vengeance. On voit que les morts de l’histoire sont dus à un besoin de se venger du mal que l’on a vécu.

Reconnaissance. Avoir besoin de montrer que l’on est performant, que les autres soient contents de notre travail. Avec une Tina qui tente désespérément de se faire réintégrer dans son ancien boulot. Besoin d’attention. On nous montre comme Croyance a besoin d’être aimé, considéré, lui qui a été rejeté toute sa vie. Estime de soi. On ne peut pas renier qui on est, un jeune sorcier qui réfrène ce qu’il est, qui ne peut pas développer sa magie, va être parasité par une obscuriale, peut-être finalement une sorte de dépression (en tout cas Croyance semble mal vivre son existence, entre la dépression et la maladie psychique).

Manipulation. On nous montre comme une personne comme Grindenwald peut embobiner les gens.

Adaptation. Arriver dans un nouveau pays, s’adapter au fonctionnement.

Haut potentiel. Norbert Dragonaux est un spécialiste de la question animale, son personnage a des difficultés sociales, ne regarde pas les gens dans les yeux. On apprend que déjà à l’école il n’était pas bien intégré, avec seulement une amie. Il a quelque chose d’un autiste. Inadapté. On voit bien que les relations sociales ne sont pas le fort de Norbert, il imagine pourtant avoir changé après cette aventure.

Différence de classe. On nous montre bien qu’il existe des riches (qui peuvent se montrer fort antipathiques) et des pauvres, dont un des héros fait partie. Les pauvres peuvent mériter d’être aidés.

Magie. Un monde avec de portes qui donnent sur d’autres mondes, des pouvoirs avec baguettes magiques.

Trahison. Se sentir trahi par Tina qui crée une situation où elle et Norbert sont condamnés à la peine de mort. Gaves qui n’est pas l’Auror qu’il prétend et qui ne sert que ses intérêts. L’ancien informateur de Tina les a vendus aux autorités, il ne faut pas faire confiance aux voleurs. Méfiance. Un monde où il semble difficile de pouvoir faire confiance en l’autre. Beaucoup de personnes pas claires.

Excentricité. Le personnage de Norbert a une apparence normale, mais il est vraiment dans un autre monde.

Collection. On peut avoir l'impression que Jacob possède une collection de créatures, il en fait un recensement, il ne veut pas les possèder.

SCENES DIFFICILES

Mises en danger. Un Murlap sort soudainement de la valise et saute sur Kowalski, son apparence est un peu effrayante, sorte de rat glabre, une bouche avec tentacules. Jacob approche une sorte de sphère où se trouve un ectoplasme noirâtre, il est attiré, on craint qu’il lui arrive quelque chose. Une créature luminescente passe sous la glace où patinent des enfants. Tentative de récupérer un gros animal pour le remettre dans la valise, Jacob l’attire sans faire exprès, longe course où il tente d’échapper à l’animal en rut, il se protège sur un arbre, mais elle le fait tomber, il glisse sur un lac gelé et craint se faire aplatir par la masse de l’animal. Les lumières s’éteignent, on ne sait pas pourquoi, les participants à une soirée électorale entendent des bruits étranges, une chose invisible détruit tout, et projette en l’air l’orateur, le sénateur Shaw, qui ne survivra pas. Norbert et Tina ont des baguettes sur leurs tempes, sont emmenés pour être condamnés à mort dans une salle avec une chaise (un peu comme la chaise électrique, mais dans une version sorcier avec tout un autre rituel). Tina est sur la chaise elle va se faire submerger par une substance qui détruit tout et doit se dépêcher de sauter, mais elle peine à faire confiance en Norbert. Les autorités arrivent dans le tripot clandestin, les héros dont la tête est mise à prix doivent s’enfuit. Croyance qui recherche des informations tombe sur une baguette sous le lit de sa soeur, la mère adoptive va vouloir la battre, mais elle est poussée par l’obscuriale contre une poutre, ce qui la tue. Pendant ce temps, les héros tentent de récupérer l’Occamy, devenu énorme, il va presque étouffer Jacob et tout détruire dans un grenier, une vision du futur nous laisse craindre le pire. L’obscuriale combat Graves, elle détruit tout sur son passage, Tina tente de s’interposer et se fait envoyer un véhicule contre elle, la police tente d’intervenir contre la puissance de l’obscuriale elle ne peut que fuir. Norbert tente d’amadouer Croyance, il parvient presque à le calmer, l’amadouer, l’apprivoiser, mais Graves s’en prend à lui, lui envoyant des sortes de décharges contre son corps malgré qu’il soit au sol, c’est violent. Puis il parvient à faire tirer tous les Aurors contre Croyance, cela fait exploser l’obscuriale, donc tuer le jeune homme (enfin c’est ce que tout le monde pense). Graves se dévoile, montre qu’il veut dominer les humains, il fonce contre la présidente du congrès, ses hommes ne peuvent pas la protéger et se font abattre, Norbert parvient à arrêter Graves grâce à une de ses créatures. Grindelwald emprisonné menace Norbert.

Malaise. La première scène est de nuit avec des sorciers qui se font détruire, on ne comprend pas bien ce que c’est, on parle de tensions internationales, de mage noir qui sème la terreur. À son arrivée, Norbert doit ouvrir sa valise, on voit qu’elle contient quelque chose qu’il n’a pas le droit d’importer, on craint qu’il ait des problèmes. Maisons en ruine, on réalise qu’il y a eu quelque chose de violent qui les a détruites, cela crée un fossé dans la chaussée, mais on ne voit pas ce que c’est, car invisible. Différents moments où le niffleur cause des problèmes avec son besoin de chaparder des choses précieuses, on craint qu’il soit découvert ou pose des problèmes à Norbert. Norbert n’a pas repris la bonne valise, et c’est Jacob qui l’a, il laisse sortir des animaux. On réalise qu’un Occamy qui s’est enfui de la valise est devenu énorme dans une maison. Croyance est plutôt pathétique, on le voit distribuer des tracts pour sa mère adoptive, on voit qu’il est mal. On ne comprend pas vraiment pourquoi Grave presse autant Croyance, il lui fait porter une tache qui n’est pas la sienne. La police vient arrêter Norbert et Jacob qui semblent avoir braqué une bijouterie. Norbert devrait aider son ami qui a des problèmes, mais n’y arrive pas, il s’est fait voler sa baguette par un singe. On apprend que les enfants qui ne peuvent pas développer leur marient meurent avant 8 ans. On commence à se dire que la petite soeur adoptive de Croyance est en fait une sorcière et qu’elle risque de mourir si personne ne fait rien. Tina prend la valise où sont les deux héros et l’emmène à un conseil de sorcier qui débattent de problématiques internationales, le sénateur Shaw assassiné flotte dans les airs, ambiance lourde, on ne croit pas Norbert et les héros sont finalement tous emprisonnés après des preuves qui semblent accuser Norbert, il est avec Tina condamné à mort. Tentative d’évasion, avec Queenie qui va aider Jacob, ils doivent retrouver la valise, puis une personne vient lui parler, on craint qu’elle soit découverte. Ambiance lourde et difficile dans l’église détruite où Croyance pleure son angoisse. La petite soeur prostrée dans une maison en ruine, Graves va vers elle, on craint qu’il ne l’utilise plus qu’il ne l’aide, des fissures contre la paroi montrent qu’il va y avoir un problème. Les sorciers ne voient pas comment, vu l’amplitude des dégâts, réussir à encore cacher leur existence aux humains, tout le monde a vu ce qui s’est passé.

Maltraitance. Un jeune garçon est dénigré par beaucoup de monde, on le voit être mal, coincé, presque autiste (un jeune riche le traite de monstre, le dénigre, le renvoie fortement de chez lui) (un Auror l’utilise, lui faisant croire qu’il l’apprécie quand il va facilement le rejeter à la fin quand le jeune garçon se sent désespéré et qu’il lui demande de l’aide). Il se fait battre avec une ceinture par sa mère adoptive.

Visuel inquiétant. Les animaux sont tellement bien réalisés qu’ils semblent vrais, ils peuvent être impressionnants (si certains sont mignons, d’autres sont imposants, ou beurk. Pas de gros monstres qui font vraiment peur).

Mort. Un jeune riche politicien qui se fait embarquer dans les airs puis projeter sur le sol, son visage est défiguré. Une bigote anti-sorcière qui se fait projeter contre une poutre, la nuque cassée, se retrouve au sol défiguré. Croyance qui allait être calmé par les héros se fait attaquer par les Aurors, on le voit éclater avec l’obscuriale, on le pense mort (les deux autres étant des vilains personnages, seule sa mort est ressentie poignante et injuste).

Tristesse. Norman doit accepter de se séparer d’une de ses petites créatures pour obtenir des renseignements. Jacob accepte que sa mémoire soit effacée, triste séparation d’avec ses amis et de la femme qu’il avait commencé à aimer. On le retrouve pathétique allant à l’usine travailler, cela contraste beaucoup avec toutes les aventures qu’il a vécues. Triste séparation entre Norbert et Tina, on voit que la demoiselle semblait espérer une marque d’affection.

Monde complexe. Sans avoir vu ou lu les Harry Potter, le film peut être complexe à saisir. La distinction entre les sorciers et les humains n’est pas tout de suite posée et beaucoup d’informations pourraient ne pas être perçues. On reprend l’histoire avant celle du petit sorcier, mais il vaut mieux la connaître (rien que le grand méchant, Grindenwald, est juste ici, un personnage que l’on introduit). Les intentions des personnages se dévoilent petit à petit, il faut un temps avant de saisir ce qu’ils veulent vraiment (avec comme dans les livres de J.K. Rowling des éléments qui ne sont compris qu’à la fin. Préparez-vous à des suites.

VOCABULAIRE
Classique. Quelques termes propres à la série.

Commentaires. Un film plutôt impressionnant, avec des images de synthèses bluffantes d’animaux magiques. Ce n’est pas pensé pour les plus jeunes, franchement déconseillé au moins petits justes motivés à découvrir de animaux magiques, même un 12 ans peut être bien impressionné par ce qui est montré. En dehors de la protection des animaux, l’intrigue touche la souffrance d’un jeune garçon maltraité, de lutte de pouvoir dans une société où les autorités ne sont pas des plus empathiques. Indispensable pour les amateurs d’Harry Potter et peut-être magique pour les autres, ça dépend des goûts.

Thèmes. Magie. Monstre. Histoire. Protection des animaux. Se décentrer. Liberté. Animal de compagnie. Cupidité. Soucis financiers. Vol. Réaliser son rêve. Respect de la vie. Tolérance. Racisme. Agressivité. Protection. Mort. Couple mixte. Chagrin d'amour. Sexualisation de personnages. Appartenance. Reconnaissance. Besoin d'attention. Estime de soi. Manipulation. Adaptation. Haut potentiel. Différence de classe. Trahison. Politique. Dragon. Excentrique. Collection.