Des films pour les enfants, série adaptées à leurs âges

 
 

 

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

 

 

 

 

 

 
   

Animaniacs par Steven Spielberg

STEVEN SPIELBERG PRESENTS ANIMANIACS

Sans dégâts dès : 7 ans - Âge conseillé : 8 ans

DUREE
25 minutes par épisode
MONTAGE

Une série qui est sortie de 1993 à 1998. Le générique nous donne une idée de ce que l'on va voir. Le plus souvent chaque épisode contient une histoire d'environ dix minutes avec les trois héros Warner, puis un court-métrage avec d'autres protagonistes. Mais cela peut aussi se passer autrement.

Cet animé est déjanté, chaque épisode se déroulera dans un nouvel environnement. Les proportions peuvent changer, bras, cou, langue peuvent alimenter le gag... Le rythme va à 100 à l'heure.

MESSAGE

Plaisir. Un hymne au plaisir de faire n'importe quoi, sans se soucier des autres.

Les épisodes parodient souvent un élément de culture. Le lifting des stars, tragédie de Shakespeare, les sorcières de Salem, Barney le dinosaure, Woodstock, ruée vers l'or, Dr. Jekyll, Jack et le haricot magique, Scrooge.

On se moque de tout. Les jeunes Warners n'ont aucune considération pour les choses qui les entourent. Ils recherchent uniquement la rigolade et ce sont souvent des adultes qui en font les frais, ainsi que : les concertos pour piano huppés. Les chanteurs à la voix qui fait dormir. La guerre. Les particuliers qui tentent de vendre du matériel dans leur garage. On se moque d'une maîtresse d'école. Beethoven. Stradivarius, le psychanalyste, Noé et son arche.

Force du faible. Maîtrise de soi et capacité de gérer le monde. Les héros ont toujours une longueur d'avance. Attitude positive et souriante, la maîtrise leur permet de se sentir à l'aise. Un exemple d'enfants joueurs bien dans leur peau (mais avec des parents certainement morts de fatigue ou hospitalisés). Liberté. Les personnages font ce qu'ils veulent.

On peut trouver de petits messages dans les épisodes. Critiques des colorants alimentaires, nourritures sucrées qui stimulent l'enfant et peuvent le rendre obèse. Nécessité d'avoir un bon roi, critique du dictateur. Critique de la déforestation de la forêt vierge (mais ne vous en faites pas, on va même se moquer des morales dans les dessins animés des enfants).

Amour. Les personnages sont sensibles aux charmantes demoiselles ( sourires béats devant les chevelures blondes, ou leurs jolies formes). Il peut y avoir des histoires d'amour, se faire embrasser et se faire plaquer (pauvre pigeon). Avec Minerva, c'est un peu plus sexy que dans les autres séries. Salut nounou !

Accompagnant les Warner, on retrouve un épisode de ces différentes séries, cela change à chaque fois. Minus et Cortex: Cortex est l'exemple du savant fou dénigrant ou méchant. Rififi l'écureuil. Ancienne vedette de Cartoon, elle anticipe les choses. Problème des vieilles stars. Les Affranchis. Trois pigeons mafieux qui se prennent pour des durs, qui veulent faire la loi. Beaucoup de musiques tendues, cris, agressivité. Bagarres avec les moineaux, les mouettes ou entre eux. Critique de la paranoïa. Toubeau et Mindy. Un chien qui doit sauver sa petite maîtresse de multiples dangers (ce bébé risque de se faire couper par une scie circulaire, tomber à l'eau. Musique souvent tendue). Rita et Spot. Un chien stupide et une chatte débrouillarde. À la recherche d'un foyer (plutôt pathétique leur besoin de trouver un toit, à manger). Flavio et Marita. Deux hippopotames bourgeois branchés, plutôt moquerie des bobos. Minerva Zibeline. Une demoiselle pulpeuse qui séduit tous les hommes. Katie Ba-boum. Une adolescente candide qui se métamorphose en horrible monstre.

SCENES DIFFICILES

Mises en danger. Les moments les plus tendus découlent surtout des animés qui suivent la folie des Warner (Stradivarius est intéressé par Rita qu'il veut tuer pour faire ses cordes de violon, ou risque d'être immolée par le feu dans un sacrifice pharaonique. Scie circulaire et autres dangers sont courants).

Banalisation de la violence. Les gags fonctionnent souvent avec des personnages qui reçoivent des coups de toutes sortes (personnes étranglées avec yeux qui ressortent, écrasés par de nombreuses enclumes. Les Toons doivent tout supporter: se verser du liquide dans l'oreille, subir une explosion de dynamite, se faire découper par une tondeuse).

Visuel effrayant. La mort qui viendra chercher Wako. Monstre en tous genres (un gros Godzilla, Lucifer, squelettes, loup-garou, Cortex en Jekyll). Le parrain des pigeons peut faire une tête horrible.

Maltraitance. Même si c'est sous forme d'humour, le fait que ces enfants soient enfermés dans un château d'eau est limite.

VOCABULAIRE

Langage parfois argot (séjour en taule, baraque, se faire du blé, ça vous branche, stupide bâtard, sale clébard). Il y a généralement plusieurs chansons par épisode. Beaucoup de jeux de mots et nombreuses paroles.

Commentaires. Les éléments parodiés ne sont pas compréhensibles pour les enfants, la série va aussi tenter de plaire aux adolescents (qui apprécient surtout le côté dénigrant de certains personnages comme Cortex, on peut se moquer de l'autre facilement). Tous les épisodes et les différentes séries contenus dans les Animaniacs n'ont pas la même agressivité. Chaque épisode aura sa propre vie, et ses propres petits délires, on va découvrir des pirates, une royauté. Dignes successeurs des Daffy et autres Titi, une série déjantée qui se permet n'importe quoi (à vous de voir si vous appréciez le concerto de rot).

Il existe aussi un long-métrage. "Wakko et l'Étoile Magique".

Thèmes. Déjanté. Fratrie. Burlesque. Animaux anthropomorphes. Force du faible.