Quels films pour nos enfants ?Des films pour les enfants, série adaptées à leurs âges

 

ACCUEIL

 

LES FILMS

 

THEORIES

 

LES LIENS

Amazing Spiderman

THE AMAZING SPIDER-MAN

Sans dégâts dès : 12 ans - Âge conseillé : 14 ans

 

DUREE
137 minutes
MONTAGE

Film de 2012, avec de nombreux effets en images de synthèse très réalistes. Beaucoup de mouvements de caméra, de plans rapprochés, qui facilitent l'immersion dans les scènes. Parker enfant puis ellipse jusqu'à l'adolescence.

MESSAGE

Quête identitaire. Qui suis-je ? Un film qui questionne sur les choix, avec un adolescent qui va devoir choisir sa route, avec les implications que cela génère.

Avoir le sens des responsabilités. Nos actes ont des conséquences, quand on peut faire le bien, il faut le faire, il faut penser à aider l'autre. Peter Parker va d'abord utiliser ses pouvoirs pour tenter d'assouvir une vengeance personnelle, ensuite pour réparer ce qu'il avait produit. Il a pu découvrir l'importance d'aider l'autre, il a pu voir que les gens pouvaient compter sur lui.

Amour parental. Avoir un père (ou un père adoptif) qui nous aime, qui prend soin de nous. Relation sympathique avec les parents, compréhension entre hommes. Besoin de l'intimité dans la chambre, avec une serrure à l'intérieur. Difficulté d'avoir un secret de famille, quelque chose dont on ne parle pas, ici la disparition des parents de Peter, et ce qu'ils étaient vraiment (les secrets ont un prix). Les parents peuvent être parfois lourds (Oncle Ben charrie Peter devant la demoiselle qu'il apprécie. Le commissaire de police joue son rôle de Pater Familias castrateur).

Deuil. Devroir faire face à la mort d'un parent, se sentir responsable, trouver le moyen de s'en sortir. Mort. On nous montre que l'on peut mourir.

Difficulté de vivre avec un handicap. Importance de pouvoir à travailler sur pouvoir bien vivre avec sa différence, de l'accepter. Ici le Dr. Curt Connors n'a qu'un bras, on voit clairement son moignon, il va passer toute sa vie à tenter de trouver une solution pour s'en faire pousser un deuxième, et ce qu'il va enclencher va causer sa perte.

Drague. On découvre une jolie scène de drague, avec des personnages qui peinent à montrer leurs sentiments, usant d'humour pour détendre leurs tensions. Timidité.

Couple. Présentation du jeune homme à la famille de la demoiselle, difficulté de faire face au père, très patriarche dominateur. Dans ce film, c'est Gwen qui est l'amoureuse de Spiderman, on peut déjà craindre sa mort, si c'est comme dans la bande dessinée. Scène de baiser.

Thèmes autour de la science. Avancées scientifiques qui pourraient permettre à l'humanité de moins souffrir. Revalorisation de l'intelligence. On voit comme les savants peuvent souhaiter un monde dépourvu de faiblesse. Cupidité. On voit aussi comme c'est l'argent qui gouverne tout, et que les investisseurs peuvent finalement faire ce qu'ils souhaitent des découvertes. Danger de la science. Il y a un risque d'expérimentation dangereuse, avec des pressions, des menaces pour que cela se fasse rapidement (avec des tests sur des humains). Questions éthiques comme de faire des vaccins de masse avec nuage ou l'évolution de la génétique avec croisements entre espèces.

Critique d'une police focalisée sur la loi et l'ordre. Elle ne peut pas reconnaître en Spider-Man un héros qui veut faire le bien, et le considère comme un fauteur de troubles, un anarchiste, en publiant un mandat d'arrêt contre lui. Injustice.

Genèse du méchant. On découvre que derrière l'agressivité du Lézard, il y a le besoin de faire progresser l'espèce humaine, mais en gérant mal ses émotions. Injustice, culpabilité, impression d'être abandonné, rejeté, font qu'un savant peut sombrer dans le mal.

Intégration. Sentiment de rejet (un ado rejeté par ses pairs se sent en décalage et mal à l'aise, en retrait. On le voit ne pas avoir de copine, être coincé). Empathie entre pairs en cas de décès. À la fin du film, Parker est mieux intégré. Les grutiers vont aider Spider-Man, vu que celui-ci avait sauvé le fils d'un des leurs. Harcèlement. Critique des personnes, comme Flash, qui embêtent les plus faibles à l'école, la bonne réaction c'est de réagir à cela, ne pas faire la même chose.

SCENES DIFFICILES

Mises en danger. Risque de se faire écraser. Beaucoup de voltiges. Les blessures sont réalistes. Se retrouver lacéré ou atteint par une balle. Peter revient souvent en mauvais état de ses combats. Spiderman risque de se noyer, emporté dans des conduits d'eau, ne parvenant pas à sortir du courant. Gwen, cachée dans une sorte de petit réduit, risque de se faire découvrir par le Lézard. Effets spectaculaires dans les airs, avec beaucoup de moments où on peut imaginer une chute. Enfant qui doit être sauvé d'une voiture suspendue dans le vide, qui prend feu, Spider-Man à la tient à bout de bras, il risque de tout lâcher, l'enfant est sauvé de justesse. Beaucoup de combats. Bagarre dans le métro avec des personnes mal famées. Combat des rues, avec plein de loubards qui poursuivent Parker dans les ruelles. Génération d'effets de stress avant la confrontation. Corps à corps impressionnant entre Spider-man et le Lézard. La police est présente, elle peut tirer des balles, autant sur le gentil que sur les méchants. On voit des scènes avec du sang. Combat dans les airs ou sous-terre. Destruction du matériel, des murs. Crainte des personnes autour qui peuvent fuir en hurlant.

Malaise. Course contre la montre à différents moments. Une souris mutante, légèrement saurienne, sortie de sa cage, et qui en dévore une autre. Les animaux dans des bocaux. Des araignées vont tomber sur Peter. La main du scientifique qui repousse, blanchâtre, pâteuse. Parker, quand il se fait piquer par l'araignée, ne comprend pas ce qui se passe, moments où il ne sait plus où il est, ne maîtrise pas sa force

Tristesse. Un enfant est quitté par ses parents, on voit la mère qui souffre de le laisser. Mort de Ben, l'oncle de Peter, tué par balle par un malfrat que son neveu aurait pu arrêter, il se sent donc responsable, on voit le sang sur le t-shirt, Peter effondré à côté pleure en tentant d'arrêter l'hémorragie vainement. Sa femme est désespérée. Mort du père de Gwen, qui demande à Peter, lors de son agonie, de ne plus voir sa fille, pour qu'elle ne soit plus mise en danger. Tenant sa promesse, il ne sera pas présent pour la soutenir lors du deuil de son père. Se faire embêter, rejeter à l'école. Ne pas être cru quand on tente d'informer la police. Moment où Spider-Man est à terre, avec le commissaire qui lui enlève son masque. On le sent soumis.

Visuel effrayant. Le vilain du film, le Lézard est impressionnant de réalisme. Il a une tête avec une bouche étrange, des yeux jaunes perçants. Il est très massif, avec de grandes mains pourvues de griffes qu'il sait utiliser. Effet de régénération des parties blessées ou amputées. On réalise qu'il n'est pas vraiment méchant, que c'est un pauvre homme, d'ailleurs à la fin il sauve Spider-Man

Nombreux effet de peurs soudaines. Surtout avec le Lézard qui peut apparaître, griffes en avant, quand on ne s'y attend pas vraiment et faire sursauter.

VOCABULAIRE
Classique. Fond sonore impressionnant.

Commentaires. Un film avec des scènes d'action impressionnantes, avec un Spiderman qui semble réel (on n'a plus l'impression qu'il est en synthèse comme c'était parfois le cas dans les films avec Tobey Maguire). Une petite scène après le générique nous montre qu'il va y avoir une suite, et que l'histoire avec les parents cache quelque chose. Un bon film pour les amateurs du genre. Beaucoup de violence.

Thèmes. Superhéros. Quête identitaire. Courage. Responsabilité. Orphelin. Handicap. Amour. Science. Intégration. Harcèlement. Cupidité. Danger de la science. Deuil. Mort. Drague. Timidité. Amour parental.